NEOPLANETE N°23

Préparation du document



[23]
GRATUIT
OCTOBRE 2011
LE MAG DE L’ENVIRONNEMENT
Exclusif
Brigitte
BARDOT
La lutte anti-fourrure
Ne pas jeter sur la voie publique
Et aussi : les stars contre la fourrure, le vin bio, la pêche durable…
www.neoplanete.fr
Où trouver
Néoplanète ?
Néoplanète est diffusé gratuitement à 100 000 exemplaires dans
toute la France. Pour vous aider à le trouver près de chez vous, voici
les principaux points de distribution. Vous pouvez aussi le lire en ligne.
Pour plus d’infos : rendez-vous sur www.neoplanete.fr
© VECTORSTOCK
Bureaux de poste :
30 000 ex. à partir du 3 octobre 2011
Nice : Le Ray, Malaussena, Marché-aux-Fleurs,
Notre-Dame. Marseille : 01, Prado, Place-Castellane,
Arenc, Capelette BP, Cinq-Avenues, 07, 09, National,
Saint-Ferréol, 08, 11, Sainthe-Marthe, Chartreux.
Aix-en-Provence : Hôtel-de-Ville. Caen : Détolle.
Dijon : Quartier-de-Pouilly BP. Nîmes : Écusson,
Gambetta. Toulouse : Grande-Bretagne,
Saint-Cyprien-République, Côte-Pavée,
Roquelaine, Mériadeck, Bastide,
Victoire, Les Salinières, Nansouty,
Caudéran. Montpellier :
Comédie, Préfecture,
La Paillade, Estanove,
Gambetta BP, Lionel-Terray,
République.
Saint-Étienne :
Badouillère, Préfecture.
Nantes : Decre,
Doulon, Talensac,
Bellevue, Éraudière.
Orléans : Place-d’Arc.
Angers : Montplaisir.
Reims : Drouet-d’Erlon.
Nancy : Marché,
Place-de-la-Commanderie.
Metz : Les Halles. Lille :
Wazemmes BP, Fives, Moulins.
Perpignan : Le Vernet-Polygone.
Strasbourg : Esplanade BP, Forêt-Noire,
Koenigshoffen, Meinau, Neudorf,
Place-de-la-Cathédrale, Haute-Pierre. Mulhouse :
Henner, Boulevard-de-l’Europe. Lyon : Belle-Cour,
Lafayette, Grôlée, Ampère, Duchère. Villeurbanne :
Totem, Grand-Clément, Les Charpennes, Cusset.
Le Mans : République RP, Sablons, Vauguyon.
Paris : Brèche-aux-Loups/La Chambaudie, École-Militaire,
Rochechouart, Jussieu, Plaine-de-Vaugirard,
Ménilmontant, Charonne, Picpus, Le Marais,
Crozatier BP, Saint-Lazare, Olympiades, Corvisart,
Champs-Élysées, Montsouris, Édith-Piaf,
Jeanne-d’Arc. Le Havre : Caucriauville. Amiens :
Le Pigeonnier. Toulon : La Rode-Principal, Liberté.
Boulogne-Billancourt : Sud.
Chez Truffaut :
25 000 ex. à partir du 3 octobre 2011
Saint-Quentin, Les Ulis, Cergy, Saint-Malo, Le Mans,
Vélizy, Deauville, Tours, Aubagne, Avignon, Colmar,
Buchelay, Blois, Cabries, Wittenheim, Pacé, Mérignac,
Pau, Coutevroult, Mauguio, Rennes, Nantes, Nîmes,
Amiens, Orléans, Creil, Toulouse, Colomiers,
Châtenay, Bry-sur-Marne, Paris, Arcueil, Ivry,
Paris-Saint-Denis, Le Chesnay, Domus, Grigny, Villeparisis,
Ponthierry, Baillet, Servon, Herblay, Plaisir,
La Ville-du-Bois, Angoulême, Barentin,
Gisors, Gournay, Isneauville, La Rochelle,
Lorient, Quimper, Saint-Brieuc,
Angers, Carquefou, Lisses.
Chez Virgin : 25 100 ex.
du 3 au 16 octobre 2011
Avignon, Bayonne, Bordeaux,
Charenton-le-Pont,
Claye-Souilly, Clichy, Collégien,
Dunkerque, La Garde,
Les Pennes-Mirabeau,
Lieusaint, Lyon, Marseille,
Mérignac, Montignyle-Bretonneux,
Montpellier, Nice,
Paris-Rivoli, Paris-Champs-Élysées,
Paris-Montmartre, Paris-Barbès,
Paris-La Défense, Puteaux, Rennes,
Roques, Rouen, Saint-Denis, Strasbourg,
Thiais et Toulouse.
Dans des maternités avec les coffrets
Naturellement bébé par Family Service
Toutes les adresses sur www.neoplanete.fr
Et aussi :
Néoplanète est accessible au plus grand nombre,
notamment aux personnes souffrant de déficiences
visuelles, auditives, motrices en allant sur
www.neo-planete.com/lire-le-magazine/
GRATUIT
OCTOBRE 2011
Et aussi : les stars contre la fourrure, le vin bio, la pêche durable…
Ne pas jeter sur la voie publique
 [23]
www.neoplanete.fr
LE MAG DE L’ENVIRONNEMENT
Néoplanète n°23
Octobre 2011
PHOTO DE COUVERTURE :
© DR
« Ne jetez pas Néoplanète,
gardez-le, donnez-le ou
mettez-le dans la poubelle
jaune, pour être recyclé… »
sommaire |
| participer
Innovations, réfl exion, consommation… à chacun sa manière d’agir ..................................................................5
Fourrure : ils veulent sa peau ! ..................................................................................................................................................12
| s’engager
Célèbres et passionnés, ils nous invitent à un monde meilleur
Fourrure : Brigitte Bardot, dans le sens du poil ..............................................................................................................14
Fourrure : des artistes au poil !................................................................................................................................................18
Franz Weber : Au secours des phoques de Saimaa .....................................................................................................24
Michèle Rivasi : La femme aux deux visages ....................................................................................................................25
| s’aimer
Pour être bien, beau et écolo
Fourrure : Si la fourrure vous hérisse le poil ..................................................................................................................26
Peaux sensibles : Bio or not bio ? ............................................................................................................................................30
Semons la graine du vêtement responsable ...................................................................................................................38
© CITRÖEN - BERNARD LEGARFF - MNHN - LOLO LE BEGOOD1/FLICKR - LES GAMELLES DU CŒUR - VECTORSTOCK - DR
| cocooner
Déco, livres… pour la maison, le bien-être et l’épanouissement
Sport urbain : ça peut marcher ! ..............................................................................................................................................39
Les Éco Trophées du cadre de vie : Les insectes à l’honneur ................................................................................ 40
Livre papier ou livre électronique ? ................................................................................................................................................42
Eugenio Menjìvar : La fi ne fl eur du Salvador ..............................................................................................................................43
| savourer
Produits bio et éthiques, bonnes recettes, croquez la vie en pleine santé !
Pêche : Y a comme une arête ! ............................................................................................................................................................46
Tofu ou quoi ? ...............................................................................................................................................................................................50
Du bio dans mon vin ...............................................................................................................................................................................52
| bouger
Pour (se) conduire en vert et contre tout
La chauve-souris inventrice de l’aviation… entre autres ! ....................................................................................... 54
J’ai testé… La Citroën C-Zero ...............................................................................................................................................55
| voyager
Paradis sauvegardés et contrées protégées
Terres d’Amanar ..............................................................................................................................................................................56
Grand-angle sur le monde ........................................................................................................................................................60
Les araignées tissent leur cause ..............................................................................................................................................62
Fourrure : Le prix de la vanité ................................................................................................................................................64
| édito
L’humeur de Christophe Besse
ILLUSTRATION : CHRISTOPHE BESSE
« Comme loisirs ? J’aime, par-dessus tout, m’agripper à une liane
et me balancer d’arbre en arbre. Et vous ? »
Néoplanète, pour changer d’ère
© GÉRALDINE LE GUYADER
Dans notre
société
ultra-informée,
la plupart d’entre nous
ignorent pourtant
l’essentiel : d’où vient
ce que nous mangeons ?
Comment ont vécu les animaux qui sont dans
nos assiettes ? Qui a confectionné les manteaux
que nous portons ? Alors, vous pensez bien que
rares sont ceux qui connaissent les dessous
de l’industrie de la fourrure ! C’est-à-dire
que ces ravissantes vestes en renard
et ces soyeuses écharpes en lapin, qui ont
envahi les magazines de mode, ont été
fabriquées dans des conditions monstrueuses,
avec de pauvres bêtes enfermées, terrorisées,
martyrisées, puis écorchées à moitié vivantes.
N’est-ce pas un des défis de notre époque :
savoir, refuser d’acheter ce que l’on ne connaît
pas, rejeter l’ignorance ? C’est notre rôle
de vous y aider tout le long de nos pages
spécial fourrure : pp. 12-13, 14-17, 18-22,
26-28 et 64-65. Quitte à vous provoquer
une crise de fourrure ! Yolaine de la Bigne,
Directrice de la publication, rédactrice en chef
4 | NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011
zests participer |
La chronique d’Allain Bougrain Dubourg
Ce n’est pas l’intention qui compte…
Voilà tout juste un an,
nous nous apprêtions à partir
pour Nagoya, au Japon.
Un vent d’espoir soufflait
sur ce sommet de la Terre qui devait
responsabiliser nos dirigeants à la biodiversité.
Nous ne fûmes pas déçus. Contrairement
à la conférence de Stockholm marquée
par l’échec, Nagoya mérita
le qualificatif de succès. Et chacun
de rentrer dans son pays avec
la ferme intention d’agir.
Qu’en est-il aujourd’hui
en France ?
À l’évidence, l’intention reste
toujours d’actualité, notamment
avec l’annonce de la Stratégie
nationale pour la biodiversité.
Mais, dans le même temps,
le gouvernement, qui s’était
engagé à accroître la population
d’ours dans les Pyrénées, n’a Colibri en vol.
pas tenu – pour l’heure – sa promesse
en raison… de la sécheresse. Cela mériterait
une explication convaincante ! Et que dire
de l’ambitieux projet d’un Parc national
des Calanques, qui s’est réduit comme
une peau de chagrin, au point de ressembler
à une caricature de parc naturel régional ?
Quant à celui des zones humides, il a
tout simplement disparu des priorités.
Il y a pourtant urgence. En effet, l’UICN révèle
qu’une espèce d’oiseau sur quatre était menacée
dans l’Hexagone (contre une espèce sur huit
dans le monde !), ce qui signifie un déclin
manifeste de la biodiversité
puisque les volatiles sont
des indicateurs de l’ensemble
du vivant. Certes, il y a bien
la Trame verte et bleue
(établissement de corridors
biologiques) pour nous
laisser espérer. Mais, là encore,
elle n’est pas opposable,
c’est-à-dire qu’elle se met en
place à partir d’un consensus
de bonne volonté. Et
en la matière, on sait
que les lobbies gèlent
les potentialités. Rentrée difficile donc pour
tous ceux qui aspirent au respect du vivant.
Rassurons-nous, les présidentiables ne manqueront
pas de nous dire que tout cela va changer !
Journaliste – Réalisateur – Président de la LPO
© PHOTOS : VINCENT DE LOUVIGNY - DR
C’EST D’ENFER !
À partir de bidons de fuel récupérés, Jean Eddy Rémy
crée d’étranges et majestueuses créatures. Connu
dans les Caraïbes, en Europe et aux États-Unis, le jeune
Haïtien est un Bosmétal, un artiste qui sculpte dans le fer
de belles et mystérieuses figures. Au travers de son travail,
il souhaite délivrer un message de paix en montrant au monde
l’énergie positive de son île en pleine reconstruction. Ses œuvres
sont présentées à la DesignPack Gallery, jusqu’au 10 octobre,
dans une exposition intitulée Les Bosmétal – Éternelle 2 e vie en Haïti. CB
DesignPack Gallery, 24, rue Richelieu, 75001 Paris. Plus d’infos sur www.designpackgallery.fr
COUP DE CŒUR
NÉOPLANÈTE
NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011 | 5
| participer zests
La chronique économique de Julie Renauld
NE JETEZ PAS LE PAPIER AVEC L’EAU DU BAIN !
Près de 250 milliards de courriers électroniques ont été envoyés par jour,
dans le monde, en 2009 (spams inclus). On en attend plus de 500 milliards
pour 2013.
Chaque collaborateur d’une entreprise
française de 100 personnes recevrait,
en moyenne, 58 courriels et en enverrait
33 par jour (de 1 Mo). Sur la base de 220 jours
ouvrés par an, cela représente des émissions
de gaz à effet de serre de 13,6 tonnes,
soit 13 vols aller-retour Paris-New York.
Alors, vaut-il mieux lire à l’écran
ou imprimer le document reçu ?
Si le temps de lecture n’excède pas
deux à trois minutes par page, lire à l’écran
a moins d’impact sur le réchauffement
climatique que d’imprimer. Au-delà,
l’impression en noir et blanc, recto/verso,
de deux pages par feuille
devient préférable.
Faut-il aussi remplacer les documents
par des clés USB, lors des conférences ?
Si 100 personnes décident de lire entièrement
un document de 200 pages, enregistré
sur une clé USB, sur leur ordinateur,
les émissions de gaz à effet de serre liées
à la transmission de l’information sont multipliées
par 8 ; soit une augmentation de 20 % de
l’empreinte carbone d’une conférence classique
avec documents écrits. Que cette clé soit
en bambou ne change rien à son impact global.
Passer au tout numérique n’est donc pas
forcément bon pour la planète, là encore,
à nous de trouver l’équilibre.
Green Dating – Les Rendez-vous de l’économie durable
– Directrice générale
Retrouvez p. 42 la comparaison entre le livre version papier ou version numérique.
L’Hortif est un soutien-gorge dont les bonnets sont… des pots
de fleurs. On y met de la terre pour y faire pousser des plantes.
Grâce à un système de capteur, les graines bénéficient tant de la chaleur
que de l’humidité du corps. Si ce modèle s’arbore surtout sur les plages,
certains sont équipés de protections qui permettent de les porter
sous des vêtements. Et dans ce cas,
on choisit des fleurs ou des légumes
qui s’épanouissent dans le noir, comme
les endives. Dans le même esprit, on a vu
apparaître des Hortislips, mais ils n’ont pas remporté beaucoup
de succès. Le Hortif a été conçu au Japon, par Triumph International.
Il est vendu en kit plantation, avec un short, dont la ceinture sert
de tuyau d’arrosage, et un sachet de semis. La marque de lingerie n’en est
pas à son premier coup d’essai, puisqu’elle a également lancé le soutien-gorge
sac à main ou solaire. Anne-Caroline Paucot, www.dicodufutur.com
Jouez les pots de fleurs !
© Photos : Rice BRa - DR
6 | NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011
zests participer |
Le mot d’Alice
DÉCOUPLAGE
Ce mot est à la mode
dans grand nombre de
débats entre économistes
et acteurs du développement
durable. Mais de quoi
parle-t-on ?
D’un concept simple : désolidariser
la croissance économique de son impact
environnemental. C’est-à-dire continuer
à créer des richesses économiques, mais
en dégradant moins – voire plus du tout –
la planète.
Ce découplage peut être relatif,
si la dégradation environnementale
est moins rapide que la croissance
économique (mais dégradation il y a).
Il peut aussi être absolu, si cette dégradation
diminue quand la croissance augmente
(effet ciseau).
C’est cette formule – et son nouveau
modèle économique circulaire et
décarboné – qui suscite les débats
les plus houleux. Une idée impossible,
clame le célèbre économiste Tim Jackson
dans son ouvrage Prospérité sans croissance.
Si le découplage absolu ne peut être
atteint, la seule solution serait une forme
de décroissance, une baisse volontaire
du pouvoir d’achat. Dans tous les cas,
croissance ou pas, il s’agit de faire évoluer
notre modèle économique.
Alice Audouin,
animatrice de www.aliceaudouin-blog.com
| participer zests
La chronique droit de maître Nicolas Gardères
LES ENTREPRISES, AU RAPPORT !
Les quelque 2 500 entreprises de plus de 500 salariés, avec un chiffre
d’affaires supérieur à 100 millions d’euros, ont l’obligation de rédiger
un rapport annuel de leurs actions sociales, sociétales et environnementales.
L’occasion de faire le bilan ou simple outil de communication ?
La raison d’être une entreprise capitaliste
traditionnelle est de générer un profit
financier. Un profit aux effets plus ou moins
positifs sur la collectivité et l’environnement.
Le développement
durable
et sa déclinaison
entrepreneuriale
qu’est la RSE
(Responsabilité
Sociétale
des Entreprises)
ont donc pour
objectif de mettre
les entreprises
face à leurs
responsabilités
et de les inviter
– ou de les contraindre –
à réduire leurs impacts négatifs
ou à les compenser par des actions utiles
sur le plan social ou environnemental.
Y A DE L’IDÉE !
Aujourd’hui (depuis la loi NRE de 2001,
renforcée par la loi Grenelle II de 2010),
elles sont obligées d’en rendre compte
dans un rapport annuel, généralement
consultable sur leur site Internet. S’il est
parfois critiquable – ne reflétant que
partiellement la réalité de l’entreprise ou
réduit à un simple outil de communication –,
il n’en reste pas moins un puissant
stimulus favorable aux conditions de travail
des salariés, aux économies d’énergie
ou à la réduction de la pollution. Certains
regorgent même d’idées originales : financement
d’une école au Niger, construction
d’un hôpital en Birmanie,
vente de yaourts
de qualité à très bas
prix au Bangladesh…
Telle entreprise
incite ses employés
à s’engager dans
des associations
humanitaires.
Telle autre
achète
des quotas
d’émission de gaz
à effet de serre
sans les utiliser
ou promeut la diversité
et l’égalité homme-femme. Telle autre encore
finance les clubs sportifs locaux, plante des arbres
ou investit dans l’énergie solaire. Presque toutes
trient leurs déchets, achètent des ampoules
basse consommation, s’équipent de sanitaires
plus économes en eau.
Le développement durable et la RSE
constituent un progrès, et si la foi aveugle
dans les bonnes intentions des entreprises
serait une erreur, leur dénigrement systématique
en serait une plus grande encore.
Avocat à la cour et vice-président
de l’association Entreprendre vert
© PHOTO & ILLUSTRATION : DR - VECTORSTOCK
8 | NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011
@
SUR
INTERVIEWS ET VIDÉOS
WWW.NEOPLANETE.FR RUBRIQUE « DOSSIERS »
communiqué |
Global Conference 2011
800 acteurs majeurs du développement durable, représentant
plus de 60 nationalités, ont participé à Évian, les 26, 27 et
28 septembre, à la 6 e édition de la Global Conference organisée
par Les Ateliers de la Terre.
© PHOTOS : VECTORSTOCK - DR
■ La thématique centrale de ces rencontres
internationales a été, cette année, l’indispensable
remise en cause des modes de gouvernance
mondiale face à la vulnérabilité croissante
de notre planète.
■ La Global Conference réunit les leaders
d’opinion du monde entier : figures politiques
internationales des pays développés
et des moins avancés, grands capitaines
d’industrie et patrons de TPE/PME, experts
scientifiques, ONG, intellectuels, médias.
■ L’objectif : produire une charte de
propositions d’actions concrètes diffusée
aux acteurs économiques et politiques
internationaux, auprès desquels Les Ateliers
de la Terre mènent des opérations
de lobbying tout au long de l’année.
Débats, tribunes, témoignages, rapports
d’études rythment trois journées d’échanges
intenses. Une vingtaine d’ateliers et de tables
rondes mobilisent la réflexion autour
des questions cruciales de l’énergie, de
la mobilité, de l’eau, de la ville intelligente,
de la gestion des risques, de la biodiversité.
Fondés en 2006 par
Éric Bazin et George
J. Gendelman, les Ateliers
de la Terre sont un think tank, une plate-forme
d’actions pour la promotion du développement
durable, dont la Global Conference est
un rendez-vous majeur. Les Ateliers de la Terre
sur le Net : http://www.planetworkshops.org
Ils participent à la 6 e Global Conference
S.A.S. Le prince Albert II de Monaco.
Severn Cullis-Suzuki :
à l’âge de 12 ans, elle avait
marqué les esprits en prenant
la parole à la tribune
de l’ONU, lors du sommet
de Rio en 1992, pour
s’adresser aux dirigeants de la planète.
Elle s’exprime pour la première fois
en France, à Évian.
Elizabeth Thompson, coordinatrice
exécutive de la conférence Rio + 20.
Lina Ben Mhenni et Gigi Ibrahim,
figures des révolutions tunisienne
et égyptienne.
NÉOPLANÈTE 23 - OCTOBRE 2011 | 9