NEOPLANETE N°24

Préparation du document



Ne pas jeter sur la voie publique
t26_Suez_Presse_Neoplanete_210x148_Mer.indd 1 06/09/11 13:58
LE MAG DE L’ENVIRONNEMENT
Les héros
de Twilight,
Harry Potter, Glee…
Quels messages ?
[24]
GRATUIT
NOVEMBRE 2011
Cahier spécial enfants : alimentation, jouets, cosméto, santé...
www.neoplanete.fr
Où trouver
Néoplanète ?
Néoplanète est diffusé gratuitement à 100 000 exemplaires dans
toute la France. Pour vous aider à le trouver près de chez vous, voici
les principaux points de distribution. Vous pouvez aussi le lire en ligne.
Pour plus d’infos : rendez-vous sur www.neoplanete.fr
© VECTORSTOCK
Bureaux de poste :
30 000 ex. à partir du 31 octobre 2011
Nice : Le Ray, Malaussena, Marché-aux-Fleurs,
Notre-Dame. Marseille : 01, Prado, Place-Castellane,
Arenc, Capelette BP, Cinq-Avenues, 07, 09, National,
Saint-Ferréol, 08, 11, Sainthe-Marthe, Chartreux.
Aix-en-Provence : Hôtel-de-Ville. Caen : Détolle.
Dijon : Quartier-de-Pouilly BP. Nîmes : Écusson,
Gambetta. Toulouse : Grande-Bretagne,
Saint-Cyprien-République, Côte-Pavée,
Roquelaine, Mériadeck, Bastide,
Victoire, Les Salinières, Nansouty,
Caudéran. Montpellier :
Comédie, Préfecture,
La Paillade, Estanove,
Gambetta BP, Lionel-Terray,
République.
Saint-Étienne :
Badouillère, Préfecture.
Nantes : Decre,
Doulon, Talensac,
Bellevue, Éraudière.
Orléans : Place-d’Arc.
Angers : Montplaisir.
Reims : Drouet-d’Erlon.
Nancy : Marché,
Place-de-la-Commanderie.
Metz : Les Halles. Lille :
Wazemmes BP, Fives, Moulins.
Perpignan : Le Vernet-Polygone.
Strasbourg : Esplanade BP, Forêt-Noire,
Koenigshoffen, Meinau, Neudorf,
Place-de-la-Cathédrale, Haute-Pierre. Mulhouse :
Henner, Boulevard-de-l’Europe. Lyon : Belle-Cour,
Lafayette, Grôlée, Ampère, Duchère. Villeurbanne :
Totem, Grand-Clément, Les Charpennes, Cusset.
Le Mans : République RP, Sablons, Vauguyon.
Paris : Brèche-aux-Loups/La Chambaudie, École-Militaire,
Rochechouart, Jussieu, Plaine-de-Vaugirard,
Ménilmontant, Charonne, Picpus, Le Marais,
Crozatier BP, Saint-Lazare, Olympiades, Corvisart,
Champs-Élysées, Montsouris, Édith-Piaf,
Jeanne-d’Arc. Le Havre : Caucriauville. Amiens :
Le Pigeonnier. Toulon : La Rode-Principal, Liberté.
Boulogne-Billancourt : Sud.
Chez Truffaut :
25 000 ex. à partir du 31 octobre 2011
Saint-Quentin, Les Ulis, Cergy, Saint-Malo, Le Mans,
Vélizy, Deauville, Tours, Aubagne, Avignon, Colmar,
Buchelay, Blois, Cabries, Wittenheim, Pacé, Mérignac,
Pau, Coutevroult, Mauguio, Rennes, Nantes, Nîmes,
Amiens, Orléans, Creil, Toulouse, Colomiers,
Châtenay, Bry-sur-Marne, Paris, Arcueil, Ivry,
Paris-Saint-Denis, Le Chesnay, Domus, Grigny, Villeparisis,
Ponthierry, Baillet, Servon, Herblay, Plaisir,
La Ville-du-Bois, Angoulême, Barentin,
Gisors, Gournay, Isneauville, La Rochelle,
Lorient, Quimper, Saint-Brieuc,
Angers, Carquefou, Lisses.
Chez Virgin : 25 100 ex.
du 31 octobre
au 13 novembre 2011
Avignon, Bayonne, Bordeaux,
Charenton-le-Pont,
Claye-Souilly, Clichy, Collégien,
Dunkerque, La Garde,
Les Pennes-Mirabeau,
Lieusaint, Lyon, Marseille,
Mérignac, Montignyle-Bretonneux,
Montpellier, Nice,
Paris-Rivoli, Paris-Champs-Élysées,
Paris-Montmartre, Paris-Barbès,
Paris-La Défense, Puteaux, Rennes,
Roques, Rouen, Saint-Denis, Strasbourg,
Thiais et Toulouse.
Dans des maternités avec les coffrets
Naturellement bébé par Family Service
Toutes les adresses sur www.neoplanete.fr
Dans les 450 GreenCab de la flotte TAXIS G7
Et aussi :
Néoplanète est accessible au plus grand nombre,
notamment aux personnes souffrant de déficiences
visuelles, auditives, motrices en allant sur
www.neo-planete.com/lire-le-magazine/
sommaire |
Néoplanète n° 24
Novembre 2011
PHOTO DE COUVERTURE :
DR
« Ne jetez pas Néoplanète,
gardez-le, donnez-le ou
mettez-le dans la poubelle
de recyclage… »
| participer
Innovations, réfl exion, consommation… à chacun sa manière d’agir ...............................................................5
Dieu est-il écolo ? .............................................................................................................................................................................10
| s’engager
Célèbres et passionnés, ils nous invitent à un monde meilleur
Jérôme Auriac, fondateur et directeur de Be-Linked ..................................................................................................14
Les idoles des jeunes s’engagent pour l’écologie ..........................................................................................................24
| s’aimer
Pour être bien, beau et écolo
Les chaussures de ville ..................................................................................................................................................................16
Les culottes en tiennent une couche ! ................................................................................................................................30
Bébé se fait une bioté ..................................................................................................................................................................33
La mode des bouts d’chou .......................................................................................................................................................34
Les plantes mises en scène par nos enfants ....................................................................................................................36
É-poux-vantable ! ..............................................................................................................................................................................37
© PAPERPOD - MONJOUJOU.COM - JACOB POUL SKOUBO/FLICKR - THECULINARYGEEK/FLICKR - VECTORSTOCK - DR
| cocooner
Déco, livres… pour la maison, le bien-être et l’épanouissement
Jeu, set… et marques ! .................................................................................................................................................................38
Stop aux mauvais joueurs ! ........................................................................................................................................................40
Maternelles écolo ......................................................................................................................................................................................41
| savourer
Produits bio et éthiques, bonnes recettes, croquez la vie en pleine santé !
Les chewing-gums nous font perdre la bulle ............................................................................................................................42
Des bébés biberonnés au bio ............................................................................................................................................................44
Les cantines par le menu ........................................................................................................................................................................47
Halloween, une fête écolo ? Même pas peur ! ..........................................................................................................................49
| bouger
Pour (se) conduire en vert et contre tout
Jouets : ça roule ! ...............................................................................................................................................................................52
Le père Noël, il travaille dur ! ...................................................................................................................................................54
| voyager
Paradis sauvegardés et contrées protégées
L’animal : une sentinelle pour l’enfant ..................................................................................................................................56
Parcs d’attractions : plongez au cœur de la nature .......................................................................................................57
Les Abruzzes, j’en abuse ! ............................................................................................................................................................62
| édito
L’humeur de Christophe Besse
ILLUSTRATION : CHRISTOPHE BESSE
« Et nous, on fait comment pour trouver cinq fruits et légumes par jour
dans une forêt gérée durablement et plantée exclusivement de résineux ? »
Néoplanète, pour changer d’ère
© PHOTO : GÉRALDINE LE GUYADER
Certains
événements
chamboulent
notre vie et nous conduisent
à nous interroger sur la façon
dont nous avons envie
de la mener. Et, souvent,
c’est l’arrivée d’un enfant. Parce qu’ils sont
l’avenir de notre Terre, et que nous voulons
tous offrir aux nôtres un futur plein
de promesses, Néoplanète a voulu leur consacrer
un cahier spécial (pp. 19-59), riche de
questionnements, mais aussi de solutions :
alimentation bio (pp. 44-46), jouets certifiés
(pp. 38-40), vêtements en tissus hypoallergéniques
(pp. 34-35), écoles vertes (p. 41)…
Et, justement, alors que les chrétiens fêteront
bientôt Noël, célébrant la naissance
de Jésus, quelle est l’influence des religions
sur notre vision de la nature (pp. 10-13) ?
Aujourd’hui, pourtant, tous les chefs spirituels
semblent prier pour notre planète, alléluia !
Un thème sur lequel nous reviendrons pour
donner la parole aux spiritualités laïques…
Yolaine de la Bigne,
Directrice de la publication, rédactrice en chef
4 | NÉOPLANÈTE 24 - NOVEMBRE 2011
zests participer |
La chronique d’Allain Bougrain Dubourg
La crise nous fait perdre des plumes
Crise financière oblige, tous les
regards se tournent désormais
vers le dollar, l’euro ou le yen.
Allez parler, en pareilles circonstances,
de l’intérêt d’une libellule ou d’un grand
hamster, et l’on vous renverra au devoir de dignité,
pointant d’autres priorités. Pour preuve, alors
que l’année mondiale de la biodiversité (2010)
avait permis de démontrer publiquement que
cette dernière représentait une potentialité
économique considérable dont l’homme ne
pouvait s’exonérer, la voilà reléguée au rang
des accessoires !
Dans le même temps, on voit bien que les intérêts
lobbyistes valent plus que l’intérêt général.
Témoin, le fameux Parc des Calanques, porté
depuis une vingtaine d’années par quelques
citoyens soucieux de l’avenir, qui se réduit
comme une peau de chagrin, après avoir fait
naître tant d’espoir. Au hasard des petites
affaires réglées en famille, son cœur terrestre
subit une coupe sombre de 20 % et son cœur
maritime, lui, perd 15 % par rapport au projet
initial. Sans parler de la zone tampon avec la ville
de Marseille, qui disparaît tout simplement. Bonjour
messieurs les promoteurs !
Comment ne pas évoquer aussi la virulence
des chasseurs qui ont fait le bras de fer pour
maintenir leurs mortelles habitudes ? Au programme
: chasse à la glu (qui affecte au passage
un grand nombre d’espèces protégées !) et
lâchers de perdrix et de faisans, véritables
cocottes d’élevage destinées à satisfaire les gâchettes
à l’ouverture. Sur ce chapitre, on peut noter
que 38 % seulement du parc sera interdit à
la chasse, alors que le CNPN (Conseil national
de protection de la nature) demandait la délimitation
d’une zone d’au moins 50 %.
Finalement, l’Arlésienne des Calanques n’est
qu’un amuse-gueule, quand on voit le sort
réservé au projet du Parc national des zones
humides en Charente-Maritime. Pour le coup,
c’est niet ! Ainsi en ont décidé les groupes de
pression du coin. Mais, vu la crise, on a d’autres
chats à fouetter !
Journaliste – Réalisateur – Président de la LPO
© PHOTOS : GIP DES CALANQUES - DR
Pour le Parc des Calanques, les promesses n’ont pas été tenues.
NÉOPLANÈTE 24 - NOVEMBRE 2011 | 5
| participer zests
Le mot d’Alice
Anti-écolo
Dans la famille des anti-écolos,
il y a Claude Allègre, notre climatosceptique
national qui, tel un Borgia
dans les couloirs de l’Académie
des sciences, agite ses bagues
à poison contre les climatologues. Ou Élisabeth
Badinter qui voit dans la couche lavable la mauvaise
influence de l’écologie sur l’évolution des
femmes. Et voici l’anti-écolo dernier cri, l’écrivain
et essayiste Pascal Bruckner ! Selon lui,
les écolos transpirent le pétainisme, le masochisme
et le sectarisme, c’est dire si on sent
bon ! Stoooooop !
Flèche après flèche, mépris après mépris, il est
temps de contre-attaquer ! On s’arme de nos
graines germées et on y va ! À nous d’envoyer
aux anti-écolos médiatisés tomates bio et tartes
à la chantilly de lait d’ânesse. Non, nous
n’utilisons pas l’arme nucléaire, ce n’est pas
le style de la maison. À nous de les traiter de
manipulateurs, eux qui présentent leur guerre
contre l’écologie comme un combat pour
la liberté, mais qui la regardent uniquement
sous son jour extrémiste ! À nous de les traiter
de narcissiques, eux qui cherchent le bon
créneau pour rajeunir leur image. À nous de
les traiter d’irresponsables, car leur action
contribue au rejet de l’écologie (35 % de
l’opinion publique, selon le dernier sondage
Ethicity/ADEME).
Agir devient chaque jour plus difficile, comme
le décrit le philosophe Peter Sloterdijk: « Après
moi, le solaire ! » Peut-être qu’au fond, ils ne
décrivent que leurs propres regrets et amertumes.
Mais « Œil pour œil et dent pour dent,
cela ne fait que créer un monde d’aveugles
et d’édentés », dit Gandhi. Alors, trouvons
une autre solution que la baston. Et si on nouait
le dialogue ?
Alice Audouin, animatrice de www.aliceaudouin-blog.com
La chronique économique de Julie Renauld
LES SBF, SANS BUREAU FIXE
Adieu métro-boulot-dodo,
place à la communauté
des travailleurs nomades
qui utilisent les outils
à leur disposition pour travailler à distance.
Car qui dit télétravail ne dit pas forcément
travail à domicile. Grâce à l’application iPhone
de Néo-nomade, tous les lieux de télétravail
et de coworking sont identifiés en fonction
d’où l’on se trouve. Résultat : moins de galère
dans les transports et des endroits pratiques,
proches de chez soi. Particulièrement développé
aux Pays-Bas ou chez les Anglo-Saxons,
ce concept révolutionne le management.
Quand le collaborateur revient dans les murs
de l’entreprise
pour quelques réunions
incontournables, il est
bien plus efficace
que s’il y passe
huit heures
par jour.
Une tendance
qui prend de l’ampleur en France et représente
un bon complément au bureau. L’annuaire
de Néo-nomade (www.neo-nomade.com)
recense huit cents tiers-lieux à ce jour.
Directrice générale – Green Dating
Les Rendez-vous de l’économie durable
© PHOTOS : VECTORSTOCK - DR
6 | NÉOPLANÈTE 24 - NOVEMBRE 2011
La chronique de la biodiversité de Gilles Bœuf
LES RÉCIFS ARTIFICIELS, UNE BONNE IDÉE ?
zests participer |
Pendant la Seconde Guerre mondiale, des milliers d’épaves d’avions
et de bateaux ont sombré dans la mer, au large des côtes du Japon.
Des abris que la faune marine a envahi avec bonheur. Et qui ont donné
des idées aux scientifiques…
© PHOTOS : FABVIRGE/FLICKR - DR
En 1945, le Japon, après les bombes atomiques
larguées sur Hiroshima et Nagasaki, finit par capituler.
Des milliers d’épaves d’avions et de navires
avoisinent les côtes. Rapidement, les pêcheurs
se rendent compte que la faune marine s’installe
volontiers dans ces carcasses.
Germe alors l’idée
de récif artificiel, une aire
de cachettes installées sur
des fonds marins meubles
sans abris naturels. Mais
elles ne se révèlent pas
idéales.
DEUX STRATÉGIES
QUI MARCHENT
Se met alors en place une
recherche sur des structures
en béton. Plus de deux
cents types de constructions
ont été déployées
et accueillent aujourd’hui
Cette épave de bateau accueille
la faune marine.
entre sept et vingt-trois espèces. Leur avantage
? Elles représentent une protection très
efficace contre le chalutage, n’autorisant
qu’une pêche plus écologique, à la ligne ou
avec des petits filets, et ont permis une stabilisation
des captures dans les zones côtières.
Conséquence, le Japon affiche la même biomasse
depuis plus de vingt ans, aux alentours
de 1,5 million de tonnes. Rappelons que le pays
du Soleil-Levant est le deuxième consommateur
au monde de produits aquatiques, avec,
en moyenne, 67 kg par habitant (contre 30 kg
en France).
Aujourd’hui, deux stratégies cohabitent avec
succès. Grâce à la première, celle de laisser
faire la nature, la faune
marine s’implante par ellemême.
Mieux, après agencement
de l’espace, on libère
jeunes ormeaux, crevettes,
coquilles Saint-Jacques, huîtres,
moules et diverses espèces
de poissons, comme des
dorades, des turbots ou même
des thons ! Encore bien plus
étonnant : les grands pélagiques
affectionnent ces zones
qui leur offrent des conditions
de vie optimales et
stabilisent leurs populations
en dehors des circuits migratoires.
Quant à la seconde,
la création de récifs artificiels, ce sont les administrations
locales et les coopératives qui
les mettent en place en fonction des saisons
et des limites géographiques. Le but est de restaurer,
d’améliorer la ressource et de refertiliser
le milieu marin par une organisation de la bande
côtière. C’est un bel exemple d’aménagement
d’écosystèmes par l’humain.
Professeur à l’université Pierre-et-Marie-Curie
– Observatoire d’océanologie-Laboratoire Arago
de Banyuls-sur-Mer – Président du Muséum national
d’histoire naturelle de Paris
NÉOPLANÈTE 24 - NOVEMBRE 2011 | 7
| participer zests
La chronique droit de maître Nicolas Gardères
LE SALE AIR DE LA PEUR
Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) qui vient de publier
une étude, chaque année, dans le monde, on compte deux millions de décès
imputables à la pollution de l’air. Ce triste bilan fait écho aux actions
menées récemment contre la France, tant par la Commission européenne
que par les ONG.
La pollution atmosphérique est due principalement
à la présence alarmante d’oxydes
d’azote et de particules fines en suspension
dans l’air émis par les activités industrielles,
la circulation des voitures et des camions ou
le chauffage domestique. Conséquence directe
de leur inhalation : deux millions de morts
dans le monde (maladies respiratoires, maladies
cardiovasculaires, cancers du poumon,
mort prématurée des personnes fragiles…),
dont 1,3 million en zones urbaines et plusieurs
milliers dans nos grandes villes françaises. Comme
toujours, les premières victimes sont les enfants,
avec près d’un million de décès causés par
la pneumonie chez les moins de 5 ans.
cesse, par sa passivité, de mettre en danger
la vie de ses citoyens. Ce combat est long
et difficile, parce qu’il impose des changements
structurels (investissements coûteux, modification
des comportements individuels) dans
l’industrie, les transports ou le bâtiment,
mais apparaît absolument prioritaire, tant l’idée
d’un génocide par inaction est inacceptable.
Avocat à la cour et vice-président
de l’association Entreprendre vert
BONNET D’ÂNE
POUR LA FRANCE
Le plus choquant ? Alors que des seuils légaux
existent dans la plupart des pays incriminés,
ceux-ci sont très mal respectés (l’OMS considère
que leur simple application aurait permis
d’éviter plus de 50 % des décès). Et l’Hexagone
ne joue pas les bons élèves ! Constatant l’absence
de mise en œuvre par l’État français d’une
directive de 2008 relative à la qualité de l’air,
la Commission européenne a porté l’affaire
devant le Cour de justice de l’Union, tandis
que l’association de protection de l’environnement
Les Amis de la Terre – Paris, représentée
par notre confrère Louis Cofflard, a déposé
une plainte devant le tribunal administratif de
Paris contre le gouvernement, afin que celui-ci
© PHOTOS : SYLVAIN MASSON/FLICKR - DR
8 | NÉOPLANÈTE 24 - NOVEMBRE 2011
zests participer |
L’humeur d’Éric Poincelet
Europhagie et prêts de travers…
L’europhagie, qui signifie « manger de l’euro », est un phénomène physiologique
désignant l’ingestion rapide d’une quantité d’argent. Celle-ci pénètre dans les poches
d’organismes curieusement appelés prêteurs. Dans certains cas, elle est excessive
et devient gênante (Dico Déconnomie 2011, Grassement & En douceur).
© PHOTO & ILLUSTRATION : JACOB POUL SKOUBO/FLICKR - VECTORSTOCK - DR
CA Y EST, C’EST FAIT !
Pour la première fois de notre histoire,
la rémunération des banksters représente
le premier poste budgétaire
de la France. Devant
l’Éducation, et même devant
la Santé (chez nous) et la Défense
(les interruptions de santé chez
les autres). Si, sérieux…
BaroinBoyScout vient de révéler son projet de
loi de Finances 2012. La « charge de la dette »
est en tête (à couper) de tous les postes budgétaires.
En d’autres termes, c’est ce que nous versons
aux flibustiers de la finance pour les remercier
de nous avoir persuadés de
leur avoir emprunté cher, au lieu
de l’avoir fait à pas cher auprès
de la Banque de France, comme
au bon vieux temps, avant que
les banksters ne prennent le pouvoir.
C’est ballot…
De Gaulle, le chantre de l’orthodoxie
budgétaire, doit se retourner
dans sa tombe. Et il le fait
tellement, ces derniers temps
d’ailleurs, que le cimetière de
Colombey doit faire le bruit
d’une rôtissoire, mais bon…
49 milliards d’euros… Nous payons donc plus
aux banksters que le revenu global du tourisme,
première activité économique de la France.
La dernière aussi, à terme, mais c’est un autre
débat. Que font-ils de tout ça, ces banksters,
à part jouer au golf en pouffant et se gaussant ?
Mémorial du général de
Gaule - Croix de Lorraine.
Nan, c’est vrai, au bout d’un moment, logiquement,
ça doit lasser de jouer au golf en pouffant
et se gaussant.
C’est vrai que c’est très bizarre : on
emprunte pour « cajoler » les banksters
et les convaincre qu’on va pouvoir
les rembourser grâce aux emprunts.
Pourtant, moi, quand j’ai fait un chèque
à mon conseiller clientèle de la Société
générale pour combler mon découvert, ça l’a
pas fait rire. C’est bizarre, vous dis-je…
L’important, c’est de garder notre notation
AAA, qui nous permet d’emprunter à Bakou,
si j’ai bien compris. L’Azerbaïdjan, ça change
de la Françàfric, quoique, l’Afrique, on n’avait
pas besoin de rembourser.
Grâce à notre AAA, on va
donc pouvoir emprunter pas
cher, à peine deux fois le taux
auquel les banksters empruntent
eux-mêmes à la Banque
centrale, qui distribue l’argent
public qu’on lui a donné, juste
avant d’emprunter au privé. Ça
s’appelle faire la culbute.
On ne parle dorénavant plus
de taux d’usure, mais de taux
de pénétration… En parlant
de broche, ce bruit de rôtissoire
à Colombey, ça devient insupportable…
Président de Planet Watch 24
Les autres Humeurs d’Éric Poincelet
sont sur www.neo-planete.com
NÉOPLANÈTE 24 - NOVEMBRE 2011 | 9