<a href="zh5;2236" title="WAI HTML"><img alt="Cover" src="/cover/co/2236.gif"></a> <div id="wrapper"> <div id="slider"> <ul class="navigation"> <li><a href='#p1'>1</a></li> <li><a href='#p2'>2</a></li> <li><a href='#p3'>3</a></li> <li><a href='#p4'>4</a></li> <li><a href='#p5'>5</a></li> <li><a href='#p6'>6</a></li> <li><a href='#p7'>7</a></li> <li><a href='#p8'>8</a></li> <li><a href='#p9'>9</a></li> <li><a href='#p10'>10</a></li> <li><a href='#p11'>11</a></li> <li><a href='#p12'>12</a></li> <li><a href='#p13'>13</a></li> <li><a href='#p14'>14</a></li> <li><a href='#p15'>15</a></li> <li><a href='#p16'>16</a></li> <li><a href='#p17'>17</a></li> <li><a href='#p18'>18</a></li> <li><a href='#p19'>19</a></li> <li><a href='#p20'>20</a></li> <li><a href='#p21'>21</a></li> <li><a href='#p22'>22</a></li> <li><a href='#p23'>23</a></li> <li><a href='#p24'>24</a></li> <li><a href='#p25'>25</a></li> <li><a href='#p26'>26</a></li> <li><a href='#p27'>27</a></li> <li><a href='#p28'>28</a></li> <li><a href='#p29'>29</a></li> <li><a href='#p30'>30</a></li> <li><a href='#p31'>31</a></li> <li><a href='#p32'>32</a></li> <li><a href='#p33'>33</a></li> <li><a href='#p34'>34</a></li> <li><a href='#p35'>35</a></li> <li><a href='#p36'>36</a></li> <li><a href='#p37'>37</a></li> <li><a href='#p38'>38</a></li> <li><a href='#p39'>39</a></li> <li><a href='#p40'>40</a></li> <li><a href='#p41'>41</a></li> <li><a href='#p42'>42</a></li> <li><a href='#p43'>43</a></li> <li><a href='#p44'>44</a></li> <li><a href='#p45'>45</a></li> <li><a href='#p46'>46</a></li> <li><a href='#p47'>47</a></li> <li><a href='#p48'>48</a></li> <li><a href='#p49'>49</a></li> <li><a href='#p50'>50</a></li> <li><a href='#p51'>51</a></li> <li><a href='#p52'>52</a></li> <li><a href='#p53'>53</a></li> <li><a href='#p54'>54</a></li> <li><a href='#p55'>55</a></li> <li><a href='#p56'>56</a></li> </ul> <div class="scroll"> <div class="scrollContainer"> <div class='panel' id='p1'><pre>www.neoplanete.fr LE MAG DE L’ENVIRONNEMENT [12] GRATUIT FÉVRIER - MARS Polémique de la viande LES GRANDS CHEFS Ne pas jeter sur la voie publique ET AUSSI… le ski et les pistes vertes, la beauté au miel, la route du futur…</pre></div> <div class='panel' id='p2'><pre>REPORTAGES, COURTS-MÉTRAGES, DOCUMENTAIRES, CONFÉRENCES + DE 2600 VIDEOS GRATUITES EN LIGNE WWW.TERRE.TV</pre></div> <div class='panel' id='p3'><pre>[EDITO] De g a u c h e à d r o i t e : Al a i n Pa s s a r d, Al a i n Duc asse, Olivier Roellinger. Ph o t o d e c o u v e rt u r e : réalisée a u Pl a z a Athénée / Ma u r i c e Ro u g e m o n t. Néoplanète 14, impasse Carnot - 92240 Malakoff Tél. : 01.49.85.75.31 Fondatrice, directrice de la publication, rédactrice en chef : Yolaine de la Bigne, yolaine@neoplanete.fr Assistante, partenariat et communication : Daphné Victor, daphne@neoplanete.fr Rédacteur en chef adjoint : Stéphane Aitaissa, stephane@neoplanete.fr Ont collaboré à ce numéro : Matthew Allen, Alice Audouin, Allain Bougrain Dubourg, Fabienne Broucaret Gérard Feldzer, Teddy Follenfant (tfollenfant@noos.fr), Christopher Jauneau, éric Lambin, élise Morin, Fabrice Nicolino, Elizabeth Reiss (elizabeth.reiss@ethicity.fr), Julie Renauld, Fred Ricou, Vincent Rondreux, Sandrine Segovia-Kueny, Emmanuelle Vibert Maquette : Grégoire Benjamin, Sébastien Azevedo Secrétaire général de la rédaction : Jean-Michel Véry Service photo : Géraldine Le Guyader, Illustrations : Christophe Besse Publicité Label Régie, Virginie Hoang, Gil Maillet, tél. : 01.41.91.79.79, virginie@labelregie.com, gil@labelregie.com, thomas@labelregie.com Abonnement : 25 euros (frais postaux pour la France métropolitaine) Néoplanète est imprimé à 100 000 ex. sur papier recyclé et édité par Kel Epok Epik Le Verger - 22 350 Caulnes N° Siret : 502 305 105 www.neoplanete.fr Directeur technique : Loris Guignard Rédactrice : Fabienne Broucaret Directeur artistique : Romée de la Bigne Imprimé en France par SIEP 77 / Rotoaisne 02 sur un papier respectueux de l’environnement, 100 % recyclé : Eural Premium, 70 g/m², produit en France par Arjowiggins Graphic. « un papier et une marque » La protection de la planète bouleverse toutes nos habitudes, notamment nos excès de viande, néfastes pour notre santé comme notre planète (p. 10-11), et que d’autres sociétés commencent – hélas – à imiter : même en Inde, patrie de Gandhi et de 300 millions de végétariens, le dernier chic est d’avaler des hamburgers pur porc ! Nous avons demandé à des experts et des chefs comment concilier plaisir et respect, sans mettre en danger un pan de notre économie. Leur avis, différents souvent complémentaires, sont tous savoureux (p. 12 à 17). Un sujet qui me fait sauter de joie… à l’image de nos chefs en couverture. Retrouvez nous aussi sur www.neoplanete.fr avec ses infos quotidiennes et la web-radio dont les programmes vont encore s’enrichir : émissions gastronomiques, lectures pour les enfants, quotidienne pour les ados, entretiens sur la ville de demain et sur la biodiversité, petites annonces de job… à écouter et lire sur son PC ou désormais l’iPhone, en grignotant un… steack de tofu ? Yolaine de la Bigne, rédactrice en chef PARTICIPER Innovations, réflexion, consommation… à chacun sa manière d’agir Zests.................................................................................................................................................................................................... p.4 Y’a pas que le steack dans l’assiette ! ............................................................................................................................ p.10 Le bonheur n’est plus dans le pré................................................................................................................................... p.12 S’ENGAGER Célèbres et passionnés, ils nous invitent à un monde meilleur Les chefs se mettent à table............................................................................................................................................... p.14 Pascal Légitimus, voyage en terre « Inconnu » ........................................................................................................ p.18 Océans : les poissons ont la parole................................................................................................................................ p.19 Jean-Michel Cousteau, 20 000 lieux sous les mers ............................................................................................... p.20 Valantin s’en va t-en guerre................................................................................................................................................ p.21 Christophe André, votre papier SVP............................................................................................................................. p.22 S’AIMER Pour être bien, beau et écolo Une beauté qui fait bzzz....................................................................................................................................................... p.24 Zests................................................................................................................................................................................................. p.26 COCOONER Déco, livres, produits d’intérieur pour un chez-soi sain et câlin Le design fait salon...............................................................................................................................................................................p.28 10 gestes pour préserver notre intérieur.............................................................................................................................p.30 Design et recyclage.............................................................................................................................................................................p.32 Zests.............................................................................................................................................................................................................p.34 SAVOURER Produits bio et éthiques, bonnes recettes, croquez la vie en pleine santé ! Jackpot au lait..........................................................................................................................................................................................p.38 Zests.............................................................................................................................................................................................................p.40 BOUGER Pour (se) conduire en vert et contre tout Sur la route du futur............................................................................................................................................................... p.44 Zests................................................................................................................................................................................................. p.46 VOYAGER Paradis sauvegardés et contrées protégées Etoiles des neiges...................................................................................................................................................................... p.48 Zests................................................................................................................................................................................................. p.52 © Ma u r i c e Ro u g e m o n t G R A P H I C</pre></div> <div class='panel' id='p4'><pre>[participer] ZESTS L’humeur de Christophe Besse l’Entreprise, par Teddy Follenfant Le groupe PIERRE ETOILE Depuis cinq ans, Les Respirations d’Enghien signalent au public les actions remarquables dans les domaines de l’air et de l’eau. Lancées par des entreprises privées, des collectivités ou des organismes publics, ces initiatives favorisent la protection de l’environnement et le développement durable. En novembre dernier, le promoteur constructeur Pierre Etoile s’est vu ainsi remettre un « Oxygen Award ». Une récompense pour son engagement environnemental, en particulier dans le cadre de son concept de résidences écologiques «Terra Natura ». Ces constructions, alliant éco-construction et éco-gestion, garantissent un confort thermique optimal. Les logements sont construits selon des exigences de « chantier vert » et offrent une importante réduction des charges grâce à l’utilisation des énergies renouvelables (solaire actif et passif, géothermie, pompes à chaleur, biénergie…). Leur conception permet des émissions de CO 2 pratiquement nulles. En 2008, Pierre Etoile a d’ailleurs été le premier promoteur immobilier français à obtenir le label suisse Minergie pour ses constructions à Cormeilles-en- Parisis (Val d’Oise). Cet engagement en faveur du développement durable passe par un processus d’évaluation de la part d’organismes indépendants. Ceux-ci garantissent une formation et un contrôle des performances aux différents stades de la réalisation. Par souci de qualité du paysage urbain, Pierre Etoile privilégie des architectures en phase avec l’environnement, veille à la pérennité des matériaux utilisés sur les façades et répond aux problématiques urbaines d’aménagement : valoriser un centre-ville, réhabiliter un terrain pollué, édifier des constructions multifonctionnelles (commerces, logements sociaux ou en accession à la propriété…). Début 2010, cette éco-société lancera la commercialisation de deux nouvelles opérations à Noisy-le- Grand et au Bourget (Seine-St-Denis) avec le label BBC (concept de bâtiment basse consommation). Une « Etoile » à suivre dans l’habitat durable… Plus d’infos sur www.pierre-etoile.fr DR [ 4 ]</pre></div> <div class='panel' id='p5'><pre>Le rythme dans la peau Ne jetez pas vos cassettes ! Sonic Fabric les récupère et en fait des vêtements. Composés à 50 % de bandes magnétiques audio et à 50 % de polyester, ils sont beaux , durables et… audibles ! Chaque pièce est composée d’un assemblage complexe de sons avant d’être tissée. Les cravates émettent ainsi des ondes positives dans l’entourage de ceux qui les portent. Christofer Jauneau Plus d’infos sur www.sonicfabric.com/fabric.html halte aux gâchis ! La chronique d’Allain Bougrain Dubourg La biodiversité, mots pour maux Il y a deux écoles. L’une veut remettre le mot « nature » au goût du jour ; l’autre plaide pour le terme « biodiversité », jugé plus crédible. L’année 2010, décrétée « de la biodiversité », permettra peutêtre de trancher. Mais, les priorités sont ailleurs : victime de la médiatisation des questions climatiques, la biodiversité n’en finit pas d’agoniser. Une espèce d’oiseau sur huit s’éteint. De même, une espèce de mammifère sur cinq et une espèce de batracien sur trois s’estompent. Or, comme le dit joliment Hubert Reeves : « La biodiversité, c’est notre assurance vie ». Sans elle, point de salut pour les bipèdes que nous sommes. Pour arriver à convaincre de l’impétueuse nécessité de protéger le vivant qui nous entoure, il faut faire face aux questions récurrentes : de fenêtre, un vison que à quoi servent une hirondelle une tortue d’Hermann ou d’Europe ? Outre l’on découvre Alors que 8 millions de personnes vivent en dessous du seuil de pauvreté en France, des milliards d’euros d’invendus de biens non alimentaires sont détruits chaque année. La solution ? Distribuer tous ces produits manufacturés (shampooings, gels douche, vêtements, petit électroménager…) à ceux qui en ont besoin via le puissant réseau des associations caritatives. L’Agence du don en nature - ou ADN - se charge de jouer les intermédiaires entre les entreprises (grande distribution par exemple) et les associations (Samu social, Restos du Cœur, SOS Villages d’enfants, etc.). Celles-ci s’engagent à ne pas revendre les produits, mais évitent aux industriels les coûts massifs de destruction du matériel. Un recyclage économique et solidaire qui a déjà permis, en moins d’un an, de redistribuer 500 000 euros de produits provenant de 14 marques donatrices, à 22 associations partenaires. Et d’aider 50 000 personnes démunies. L’objectif à trois ans étant de redistribuer 10 millions d’euros de produits afin d’aider près d’un million de personnes démunies. ADN propose un reporting annuel sur la collecte, une réponse sous 48 heures aux propositions de dons via son site Internet. Plus d’infos sur www.adnfrance.org Julie Renauld chaque jour les potentialités des espèces au bénéfice de l’homme (saviez-vous, par exemple, que la reproduction singulière de l’oursin a permis des études contre le cancer conduisant au prix Nobel ?), il me paraît inopportun de justifier le devoir de protection par un service rendu à l’homme. Cette démarche - qui participe néanmoins à la réflexion - pourrait conduire à exclure toute espèce dont nous n’avons pas prouvé qu’elle nous était bénéfique. Si les interrelations qui r égissent l’ensemble du monde vivant ne sont pas encore décryptées, il semble évident que l’on ne saurait se passer de la moindre de ces composantes. Un peu comme un échafaudage complexe dont le plus modeste boulon pourrait faire défaut. En 1992, en participant au Sommet de la Terre à Rio, j’avais le naïf sentiment que ce constat ne tarderait pas à entrer dans les consciences. Dix-huit ans plus tard, j’en doute. Il y a pourtant urgence. 2010 nous invite à transformer les bons vœux en réalité. Retrouvez désormais Allain Bougrain Dubourg sur FR2 dans Les héros de la biodiversité, programmes courts qui parleront du mérou, du cheval de Przewalski, de la tortue cistude ou du phoque gris, du lundi au jeudi à 20 h 30, jusqu’à fin février puis le week-end jusqu’au 26 décembre 2010 sur FR2 et FR3. [ 5 ]</pre></div> <div class='panel' id='p6'><pre>[participer] ZESTS Le mot d’Alice : Europe L ’Union européenne agit-elle pour ou contre le réchauffement climatique ? On peut se poser la question à en juger par sa discrétion à Copenhague. Le sommet a échoué à fixer des objectifs à l’horizon 2100 pour limiter le réchauffement climatique à plus de 2°C. Qu’en est-il exactement ? Pour y répondre, analysons les trois piliers de l’Europe : la législation, les fonds structurels et le grand marché. My taylor is « REACH » Commençons par la législation. Si l’Europe a d’excellentes initiatives « vertes », à l’exemple du programme REACH qui contrôle la réglementation chimique européenne. En revanche, ça pêche au niveau de l’harmonisation de la fiscalité, en particulier celle du CO 2. Dans les années 90, son application dans le secteur de l’automobile a conduit à la suppression des taux majorés et des taxes spécifiques dans des pays comme la Grèce ou le Danemark qui avaient jusque-là des politiques restrictives (donc peu de voitures et de routes). Résultat : des millions de véhicules et donc de bouchons dans leurs agglomérations ! Passons ensuite aux fonds structurels, ils servent à financer la cohésion et la mise à niveau des nouveaux pays membres. Là encore, de très bonnes choses ont été mises en œuvre : stations d’épuration, traitement des déchets, modernisation des chemins de fer, mais aussi… le plan autoroutier ! retour de bâton ! Arrivons au point clé : le grand marché. Sa monnaie unique a conduit à la ruine ceux qui ne savaient pas multiplier par 6,5 et, on l’aura compris, son fonctionnement repose sur le transport routier des marchandises au détriment du fluvial et du ferroviaire. Les camions représentent ainsi 20 % de l’ensemble des émissions de CO 2 . Pour entrer dans le grand marché, la Grèce, l’Espagne, le Portugal et l’Irlande, aujourd’hui tous en souffrance économique et sociale, ont bénéficié de dérogations pour pouvoir augmenter rapidement leurs émissions de gaz à effet de serre, condition nécessaire, selon l’Europe, à leur développement économique. Cette accélération, véritable manne pour les spéculateurs, a conduit par exemple l’Espagne à construire 600 000 logements en un an ! Retour de bâton environnemental et financier garanti ! En résumé, l’Europe suit deux voies différentes, d’une part celle du développement économique fondé sur les énergies fossiles, la consommation et la croissance, et d’autre part celle de la protection de l’environnement. Ces deux voies lui coûteront - tant qu’elles resteront séparées - de plus en plus cher. Il est temps qu’elles fusionnent. Le mot de la fin revient à Lucien Chabason, père de la loi Littoral et notre énarque écolo préféré, directeur délégué de l’Institut du développement durable et des relations internationales (IDDRI) : « En dépit des traités qui ont suivi sa création en 1957, l’Europe reste d’abord et avant tout le marché unique qui vise des objectifs économiques. Tant que les autres objectifs, sociaux et environnementaux, ne seront pas considérés au même niveau, le développement durable restera à la périphérie ». Fils et filles de Jean Monnet, réveillez-vous ! Alice Audouin Auteur d’Écolocash et animatrice du blog « Alice in Warmingland » (www.aliceaudouin-blog.com) Des chiffres et des larmes Étonnante cette base d’informations en direct proposée par le site planetescope.com, en un clic, elle vous permet de découvrir l’évolution de la planète selon différentes thématiques. Zoom, par exemple, sur le gaspillage alimentaire de grande ampleur aux États-Unis ou sur les kilos d’imprimés publicitaires distribués dans nos boîtes aux lettres… Avec un compteur de chiffres qui défile en temps réel, le constat est sans appel et marque l’étendu des dégâts. Alarmant, parfois ludique, mais surtout très instructif. S.A. [ 6 ]</pre></div> <div class='panel' id='p7'><pre>monoxyde de carbone : GAz pas hilare Chaque année, le monoxyde de carbone est responsable de la mort de 100 personnes et intoxique près de 5 000 victimes. Comprendre : le CO est un gaz toxique, incolore et inodore. Il provient de la combustion incomplète de gaz… Il est inhalé par les poumons, puis agit en remplaçant l’oxygène dans le sang. Savoir : le CO est un gaz mortel. Avec 10 % de présence dans l’air, c’est la mort immédiate ; avec 1 % ce sera en 15 minutes ; avec 0,1 % en une heure. Prévenir : avec un appareil de chauffage et de production d’eau chaude, attention à l’évacuation des produits de combustion, à leur bonne ventilation. Surveillez aussi leur vétusté et leur utilisation. Les gazinières et inserts peuvent se révéler un risque supplémentaire en cas de non-conformité. Enfin, le brouillard extérieur perturbe la ventilation et le grand froid accentue la sur-utilisation d’autres appareils. Restez vigilants et aérez au moins une fois par jour 10 minutes. Reconnaître : une intoxication aiguë s’accompagne de vertiges et d’une perte de connaissance. Chez les enfants de moins de deux ans, elle est caractérisée par une absence de mouvements des muscles et de cris. Dans le cas d’une intoxication chronique, les symptômes sont des maux de tête, des nausées, une confusion mentale, avec à terme des troubles cardiaques ou respiratoires, voire une perturbation du développement cérébral, en particulier chez les enfants. Les femmes enceintes sont vulnérables car il y a un risque élevé pour le fœtus. Agir en cas de doute : • Aérer immédiatement les lieux en ouvrant grand portes et fenêtres. • Faire évacuer toutes les personnes. • Appeler les secours : le 18 pour les pompiers ou le 15 pour le SAMU. • Attendre qu’un professionnel ait identifié la cause de l’intoxication. • Faites réparer votre appareil défectueux. Dr. Sandrine Segovia-Kueny Déléguée générale de l’Association Santé Environnement France. www.urgencesanteclimat.com Bravo à • Leroy Merlin pour son premier magasin à énergie positive, ouvert à Valence, avec notamment une toiture photovoltaïque qui couvrira 115 % de la consommation électrique conventionnelle du bâtiment. • Watteco qui lance baro- Watt™, le premier baromètre énergétique familial pour surveiller ses dépenses d’électricité et réduire ses factures. Plus d’infos sur www.barowatt. com La r s Sundström - Sl a v o m i r Ul i c n y - Ma rt i n Fabricius/w w w .s x c.h u Les couleurs au sommet Et si l’on peignait les montagnes pour éviter le dégel ? C’est l’idée du scientifique péruvien Eduardo Gold. Parce que les couleurs sombres absorbent la chaleur et que les couleurs froides la rejettent, il propose d’enduire les parties rocheuses des cimes de la cordillère des Andes. Soit 700 km de long ! Un projet titanesque que la Banque mondiale pourrait financer afin de créer quelque 15 000 emplois sur cinq ans. Cela pourrait éviter que la plus grande chaîne montagneuse du globe disparaisse d’ici à 20 ans, comme le prévoient certains. Mais il nous faudra des sommets d’imagination pour sauver le monde. [ 7 ] Plus d’infos ? www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p8'><pre>[participer] ZESTS La chronique d’Éric lambin Le bonheur en 5 points « L’argent ne fait pas le bonheur » : ce vieux dicton, redécouvert par la science économique, est une évaluation subjective de la situation d’un individu par lui-même, sur l’ensemble des dimensions qui affectent son existence. Une vie heureuse, de qualité, est associée à l’existence d’opportunités, au sens et au but que les personnes assignent à leur vie, comme à la capacité de jouir des possibilités offertes à chacun. Les facteurs qui déterminent la vie heureuse se déclinent en cinq catégories : la situation personnelle : santé, vie affective, loisirs, travail, mobilité…, le sentiment de sécurité : peur de la criminalité, des conflits, des guerres…, l’environnement social : appartenance à un réseau de relations, confiance et possibilité d’une aide en cas de besoin…, l’environnement institutionnel : libertés publiques, participation politique, bon fonctionnement de la justice…, l’environnement naturel : exposition au bruit et à la pollution, accès à des espaces naturels préservés et sentiment de connexion avec la nature… Plusieurs des facteurs associés au bonheur dépendent directement ou indirectement de l’environnement naturel : le cadre de vie, la santé, l’accès à l’eau potable et à une alimentation équilibrée, la sécurité face aux catastrophes naturelles, ainsi que la vie spirituelle, esthétique et symbolique. Promouvoir des politiques de développement durable est donc dans l’intérêt de tous. « Devenez plus heureux grâce à la préservation de la nature » : voilà le nouveau dicton ! Éric Lambin est l’auteur de Une écologie du bonheur, aux Editions Le Pommier (2009). Ro b e r t Ai c h i n g er./w w w .s x c.h u</pre></div> <div class='panel' id='p9'><pre>[PARTICIPER] La montagne, ça se gagne ! Comment intégrer le développement durable aux Jeux olympiques, sauvegarder l’eau, faire évoluer l’urbanisme des stations de sports d’hiver ? Autant de sujets primordiaux débattus aux Ateliers de la Montagne de Courchevel par de nombreux experts. Parmi eux, Patrice Hernu, qui n’a pas sa langue dans sa poche ! Patrice Hernu, conseiller D é v e l o p p e m e n t durable auprès du MEEDDM (1) et de l’INHESJ (2) , s’est fait connaître, entre autres pour son concept de la « globalocalité ». L’idée? Les ressources fossiles carbone seraient achetées par un fonds mondial du carbone, puis transformées en certificats monétaires obligatoirement annexés aux grandes monnaies de réserve. Patrice Hernu en appelle à la convocation d’un « Bretton Woods du carbone », carbone vivant compris, pour intégrer le développement durable dans la régulation de l’économie monétaire et financière à l’échelle mondiale. Selon lui, « la lutte contre le CO 2 doit être menée parallèlement avec la défense de la biodiversité sinon cela ne sert à rien. Depuis toujours, nous avons constaté que les fontes de glace précédaient souvent le réchauffement climatique, par exemple au Tibet ou au Kilimandjaro. L’obsession trop exclusive du CO 2 conduit à de fausses priorités car ce n’est malheureusement pas le seul problème. La déforestation, comme toutes les atteintes aux sols et aux végétaux qui fixent le carbone, est beaucoup plus grave. Toutes les périodes de réchauffement de notre planète lors des derniers millénaires ont été fastes pour la nature alors épanouie. En revanche, les refroidissements qui ont suivi, eux, ont été dramatiques. Par exemple, après l’optimum médiéval (900-1200), il a fallu défricher les forêts et assécher les marais pour compenser la perte. Cela n’a pas empêché disettes et famines. La période de décollage industriel a été également très dure. Les glaciers des Alpes se sont reformés. Il a fallu reconquérir la montagne ! Mais aujourd’hui - et c’est le véritable changement - le réchauffement que nous connaissons depuis la sortie du LES ATELIERS DE LA MONTAGNE petit âge glaciaire (1850) est très néfaste en raison des activités humaines. Le CO 2 ne trouve plus à se fixer alors qu’il est émis en excès ! Il faut donc ralentir l’ensemble des pollutions humaines qui détruisent les stocks végétaux, l’humus et la qualité des eaux... Il y a urgence ! ». (1) Ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer. (2) Institut national des hautes études de la Sécurité et de la Justice. Soutenus par l’ADEME, Green Cross International, le WWF, l’UNEP, l’IUCN et le WBCSD, les Ateliers de la Montagne réunissent nombre d’experts, scientifiques, industriels, politiques, acteurs du DD afin de débattre de l’avenir du monde et notamment de la montagne. Des débats passionnants à suivre sur www.planetworkshops.org ©HO W I E-GA R B E R [ 9 ]</pre></div> <div class='panel' id='p10'><pre>[la polémique] illustration : c h r i s to p h e besse Y’a pas que le steack dans l’assiette ! Depuis quelques décennies, notre consommation de viande a triplé et notre rapport aux animaux a changé. Ce n’est pas sans incidence sur notre santé. Par Fabrice Nicolino Ce n’est pas une histoire très drôle. Quand, en 1834, le physicien André-Marie Ampère invente le mot de « zootechnie », il n’en mesure pas encore les conséquences. Et pourtant ! Quelques années plus tard, l’un des premiers spécialistes français de l’élevage, Martial Laplaud, écrit tranquillement : « La zootechnie a pour but d’enseigner la théorie et la pratique des moyens de gagner de l’argent avec les animaux domestiques ». Voilà qui est franc. Mais il faudra attendre la fin de la Seconde Guerre mondiale pour que de jeunes techniciens et ingénieurs – pour la plupart salariés de l’Inra, fondé en 1946 – décident de « dynamiter » l’agriculture française. Le retour de De Gaulle au pouvoir en 1958, et le soutien indéfectible d’Edgard Pisani, [ 10 ] son ministre de l’Agriculture, vont enfin ouvrir la voie aux « fermes » hors-sol et aux élevages concentrationnaires. En seulement quelques décennies, le lien immémorial entre les hommes et les bêtes a ainsi été rompu. Il ne s’agit pas de prétendre que le passé était beau et tendre avec les animaux. Simplement, les animaux restaient des animaux, quel que soit leur destin, des</pre></div> <div class='panel' id='p11'><pre>êtres vivants et sensibles auxquels on ne demandait pas d’être de la marchandise, jambons sous cellophane et autres nuggets de poulet. « SUIVEZ LE BŒUF ! » Les temps ont changé et, chaque année en France, nous tuons plus d’un milliard d’animaux d’élevage. Ou plutôt, nous les faisons abattre par des ouvriers d’abattoirs dont nous ne voulons surtout pas entendre parler. Souvent payés au Smic, ils sont victimes d’un grand nombre de maladies professionnelles liées à la prolifération de bactéries et aux risques infectieux. Sans compter les mutilations. Quant à nous, qui nous « contentons » de manger, l’addition est lourde, directe et salée. À coup de campagnes publicitaires étendues sur des décennies – la première, dans les années soixante, s’appelait « Suivez le bœuf » –, l’État est parvenu à ses fins. Résultat : notre consommation de viande a triplé depuis l’avant-guerre. Un signe de bonne santé ? Bien au contraire. Des études parues dans les meilleures revues scientifiques de la planète s’accumulent et pointent des liens entre forte consommation de viande – rouge surtout – et maladies souvent graves. Obésité, diabète, infarctus et affections cardio-vasculaires, voire certains types de cancers. En décembre 2007, les résultats d’une étude portant sur 500 000 personnes ont été publiés dans PLoS Medicine, magazine scientifique de référence aux Etats-Unis. Sans appel : les gros mangeurs de viande rouge et de charcuterie ont plus de risques de développer un cancer colorectal ou des poumons – lié au mode de cuisson au gril –, mais aussi de la prostate. Elle est en outre associée à un risque de cancer de l’œsophage et du foie, alors que les charcuteries et viandes fumées atteignent la vessie et les os. Sur un plan général, le débat scientifique porte désormais sur la quantité de viande à ne pas dépasser. L’une des autorités officielles françaises en la matière, l’Institut national du cancer (INC), a provoqué en février 2009 un beau charivari en recommandant aux gros mangeurs de viande rouge et de charcuterie de limiter leur consommation. En soulignant notamment que le risque de cancer colorectal était augmenté de 29 % par portion de 100 grammes de viande rouge consommée par jour. Parallèlement à l’impact sur notre santé, cette surconsommation a d’autres conséquences. Derrière la production de viande, il y a l’industrie mondialisée de l’élevage. Laquelle repose en Europe, CHAQUE FRANÇAIS DISPOSE AU BRÉSIL DE 458 M 2 DE SOJA OGM ! et surtout en France, sur l’importation massive de soja transgénique – des millions de tonnes chaque année dans l’Hexagone –, qui apporte aux animaux leur ration de protéines. STEACK OUT Le soja est très efficace, très bon marché, mais incroyablement destructeur sur l’environnement. Dans des pays où il y a peu, il était totalement inconnu – Argentine, Paraguay, Brésil –, il couvre aujourd’hui des D R - W W W .S X C.H U dizaines de millions d’hectares. Mais comme il ne pousse pas encore dans les arbres… il a fallu lui faire de la place, beaucoup de place. Et ce au détriment des petits paysans locaux, installés depuis des lustres sur des fermes vivrières. Au détriment aussi de la grande forêt tropicale amazonienne et de savanes exceptionnellement riches sur le plan de la biodiversité, comme le Cerrado du Brésil. En divisant la surface de soja transgénique qui nous est réservée là-bas par le nombre de Français – végétariens compris–, on obtient exactement 458 m 2 . En d’autres termes, chacun d’entre nous dispose en Amérique du Sud de cette surface de soja OGM, destinée à nourrir notre bétail. À méditer… Et deux interrogations demeurent incontournables. D’abord la famine qui frappe plus d’un milliard d’humains et qui ne peut que s’aggraver à mesure que la demande de viande s’accroît dans les pays dits émergents. On estime qu’il faut de sept à neuf calories végétales pour obtenir une calorie animale. En clair, l’alimentation des animaux requiert des surfaces géantes d’herbes et de céréales. Cela ne peut se faire qu’au préjudice d’une alimentation basée sur les végétaux. On tourne en rond. Ensuite, la question du climat dont on aura tant parlé – en vain ? – à Copenhague. Elle est intimement liée à notre frénésie de consommation de viande. Un rapport de la FAO, (Food and Agriculture Organization), publié en 2006 mais passé quasi inaperçu en France, estime « que l’élevage est responsable de 18 % des émissions de gaz à effet de serre, soit plus que les transports » : voiture, train, bateau et avion réunis ! Autrement dit, la meilleure façon d’être en bonne santé tout en protégeant la planète, c’est encore de diviser par deux ou trois notre consommation de viande. Est-ce si difficile ? À lire de Fabrice Nicolino Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde. (éd. Les Liens Qui Libèrent). [ 11 ] Fabrice Nicolino en interview sur www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p12'><pre>[la polémique] Le bonheur n’est plus dans le pré Loin des élevages traditionnels, l’animal est devenu une industrie source de mal-être et de pollution. Nous avons rencontré deux des meilleurs spécialistes de cette question, devenue fondamentale pour notre quotidien. Et notre avenir. Propos recueillis par Christopher Jauneau JOCELYNE PORCHER Chargée de recherches à l’INRA*, Jocelyne Porcher est une référence en matière de relations entre éleveurs et animaux. Que pensez-vous des problèmes écologiques et éthiques que soulève la production de viande ? C’est le système industriel qui produit de la souffrance pour les éleveurs et les animaux, notamment dans certains abattoirs, véritables usines de la mort. Il est urgent de réformer. L’élevage intensif a détruit le lien avec les animaux. Les éleveurs font ce métier pour être dans la nature avec des animaux qu’ils aiment, qu’ils souhaitent élever autrement et plus longtemps. C’est un paradoxe, mais l’élevage n’empêche pas les sentiments. La mort de l’animal, c’est la fin du travail, ce n’est pas le but. Avant, on tuait une vache à ses 10 ans, maintenant c’est moitié moins. Pour produire plus. Quelle serait la solution ? On devrait réinventer l’élevage artisanal qui ne considère pas l’animal comme de la « viande sur pattes » et établit avec lui une relation affective. Je peux témoigner de mon expérience dans l’élevage de brebis pour la fabrication de fromage. La production de lait n’est pas un drame si on s’y prend correctement, et mes animaux n’en étaient pas du tout traumatisés. Aujourd’hui, la production est la même partout dans le monde - animaux, bâtiments, organisation [ 12 ] du travail. Alors que l’élevage est différent en fonction des pays, des gens, des territoires, des animaux. Il faudrait des petits élevages disséminés sur tout le territoire. Que pensez-vous des conditions de travail des employés des abattoirs ? Il n’existe pas de reconnaissance sociale du métier. Les employés ne veulent pas maltraiter les animaux, mais ils sont pressés par le système qui demande de produire beaucoup et vite. J’ai mené une enquête auprès des transporteurs. Ces gens-là aiment les bêtes et essaient de bien faire leur travail. Mais il faut rentabiliser le camion, c’est comme ça pour tous les types de transports, faire</pre></div> <div class='panel' id='p13'><pre>vite, pousser les bêtes… C’est bien le système industriel qu’il faut changer. Que conseillez-vous à ceux qui ne veulent pas manger de viande ? Le problème n’est pas la viande que nous consommons. Quand vous mangez du fromage ou du lait, des agneaux et des veaux sont élevés aussi pour l’abattoir. C’est un véritable déni de faire comme si ça n’existait pas. La mort des animaux nous attriste car, à travers elle, c’est le reflet de notre propre mort que nous voyons et ça nous fait peur. Mieux vaut la voir en face et changer l’élevage pour que ce soit acceptable et respectueux des animaux et des éleveurs. Il devient impératif de modifier notre approche afin de ne pas impacter notre avenir. Comment réagissent les autres éleveurs ? Beaucoup sont d’accord avec moi, mais ils sont coincés par le système industriel. Ils voudraient faire marche arrière, revenir à l’élevage traditionnel, mais ne peuvent pas. Il faudrait un porte-parole différent, qui s’exprime vraiment en leur nom. * Institut scientifique de recherche agronomique. À lire de Jocelyne Porcher : Éleveurs et animaux, réinventer le lien (PUF), Bien-être animal et travail en élevage (Quae), Une vie de cochon avec C. Tribondeau (La Découverte). LA SUÈDE CONTRE LE CO 2 DES ALIMENTS Combien de taux de CO 2 a été émis pour produire le steak ou le yaourt que vous souhaitez acheter ? En Suède, une expérience est menée actuellement pour pouvoir le lire sur l’étiquette. En effet, 25 % des émissions des pays développés proviennent de la nourriture consommée par la population. Si les clients suivaient les recommandations à la lettre, il serait possible de réduire les émissions du secteur alimentaire de 50 %. Il s’agit d’accepter de changer nos habitudes, à moins que nous y soyons rapidement contraints par une taxe sur les produits polluants. CLAUDE AUBERT Ingénieur agronome, pionnier de l'agriculture biologique en France, Claude Aubert est l’un des premiers à avoir travaillé sur les problématiques de notre alimentation. AN D R E A KRATZENBERG - C. WEBER - S X C.H U Préconisez-vous de devenir végétarien d’un point de vue écologique ? Non. Le végétarisme est un choix éthique. Sur le plan de la santé, une petite quantité de viande n’est pas négative. Il faut de toute façon des animaux d’élevage pour entretenir la nature. Les prairies ont un intérêt écologique au moins aussi important que les forêts. Elles stockent le CO 2 dans le sol, la forêt, elle, dans la végétation. Ces deux milieux ont une capacité de 500 kg de carbone par hectare et par an. Il y a plus de carbone dans les prairies que dans les zones cultivées. Si l’on supprime l’élevage pour diminuer le CO 2 , le bénéfice serait annulé par le carbone libéré du sol. Comment faire alors ? Il faut distinguer les herbivores des porcs et des volailles. On a besoin des ruminants, mais il faudrait les nourrir d’herbe, ce qui n’est pas le cas. Et éviter ces grains concentrés issus de cultures intensives qui participent à la déforestation de l’Amazonie. Cependant, si on donne à une vache moins d’herbe et plus de concentré, elle produit moins de méthane. Les trois quarts des émissions de méthane de l’élevage proviennent de l’éructation des ruminants, le reste provient des déjections. On émet de toute façon moins de gaz à effet de serre avec les porcs et les volailles. Si on veut continuer à manger de la viande, que peuton faire pour aider la planète ? Il faut manger moins de viande en général, surtout du bœuf, du mouton et de l’agneau. Et privilégier les élevages bio, plus respectueux des animaux. Il est nécessaire aussi de diminuer la part des produits laitiers dans notre alimentation. Ils contribuent moins à l’effet de serre par kilo de protéines que la viande rouge, mais plus que le porc et la volaille. La campagne des « trois produits laitiers par jour », c’est faux. Les gens absorbent un litre de lait par jour, surtout pour le calcium, mais il y a beaucoup d’autres sources comme l’eau et les légumes. L’idéal serait donc de revenir à un élevage de petite dimension et biologique. Si la consommation de viande était raisonnable, ces exploitations pourraient-elles nourrir sept milliards d’humains ? Aucun système n’est plus productif que les jardins de case : de petites parcelles d’un hectare maximum où le paysan produit tout ce qu’il lui faut, sauf des céréales. Mais un élevage familial peut être intensif. On pourrait nourrir sept milliards d’humains si on mangeait moins de viande. Il vaut mieux en consommer souvent mais en petite quantité. La viande ne doit pas être l’élément central des repas. Le vrai couscous par exemple, c’est une montagne de graines, beaucoup de légumes et un peu de mouton. En France, c’est le contraire. À lire de Claude Aubert : Faut-il être végétarien pour la santé et la planète ? avec Nicolas Le Berre et Pierre Rabhi, Il est bon mon poisson ! Guide d’achat écologique et recettes avec Lionel Goumy, et en septembre dernier Manger sain pour 3 fois rien : avec 150 recettes bio. ( Terre Vivante). [ 13 ]</pre></div> <div class='panel' id='p14'><pre>[la polémique] VIANDE Les chefs se mettent à table C’est le débat du moment ! Après le livre de Fabrice Nicolino Bidoche ; la « grève de la viande » de certains participants à Copenhague ; la Une du Monde sur les nuisances de l’élevage, nous souhaitions donner la parole à ceux qui enchantent nos assiettes. Alain Ducasse, Alain Passard et Olivier Roellinger, trois de nos plus grands chefs se livrent sur le sujet tout en évoquant, chacun à sa manière, l’évolution de notre cuisine. Textes de Stéphane Aitaissa et photos de Maurice Rougemont Alain Ducasse, dans les cuisines du Plaza Athénée. ALAIN DUCASSE : “FAIRE DE LA VIANDE UN ACCESSOIRE” Avec son dernier ouvrage Nature, aux éditions Ducasse, le grand chef démontre que la cuisine évolue vers une voie verte. Et que la viande est en train de passer au second plan. Révolution ? La cuisine reviendrait-elle à une plus grande authenticité ? J’aime raconter cette histoire. En 1987, je lance dans mon restaurant monégasque un menu 100 % légumes que j’appelle « Les paysans de Provence ». À l’époque, il représentait 5 % des ventes, aujourd’hui 15 %. Cela prouve que l’on a fait du chemin ! Se nourrir mieux est une préoccupation de plus en plus présente. Et nous n’avons pas attendu de publier ce livre pour faire une cuisine saine et naturelle, qui © M A U R I C E R O U G E M O N T [ 14 ]</pre></div> <div class='panel' id='p15'><pre>compose 95 % du menu de notre restaurant Le Spoon, à Paris. Ce n’était pas gagné d’avance, mais maintenant ça fonctionne. Ceux qui avaient l’habitude de manger une pièce de bœuf préfèrent aujourd’hui déguster juste quelques lanières d’un bœuf d’origine. Nous commencerions à manger moins de viande ? Il s’agit d’en consommer de façon plus juste, plus éthique et plus équitable. Le cuisinier français a une image de leader et doit envoyer des signes afin que la planète puisse nourrir le plus durablement ses habitants. Dans nos restaurants, la tendance depuis longtemps est de privilégier le local. Nous optons aussi pour des poissons issus de la pêche durable, et nous diminuons les protéines animales au profit des végétales, comme le tofu. Ce n’était pas évident, mais nous l’avons fait et nos clients sont contents. Nous leur racontons une belle histoire autour des légumes, ils découvrent des sensations qu’ils ne soupçonnaient pas. Cela demande peut-être plus d’attention pour valoriser gustativement des racines, des produits saisonniers, mais c’est enrichissant. Comment vous y êtes vous pris pour faire passer la viande au second plan dans vos menus ? Traditionnellement en France, le légume - la garniture - était un accessoire. Nous nous sommes donc efforcés de faire de la protéine animale, un accessoire. Je ne m’interdis pas de servir de la viande. Simplement, nous privilégions les bas morceaux en petites quantités, ce qui nécessite plus de temps, plus d’amour pour le mijoter et le valoriser. Tout en continuant de mettre en avant les céréales, les condiments, les légumes et de faire ainsi attention à notre planète. Que pensez-vous de cette polémique sur la viande ? C‘est un sujet tabou parce qu’il vise un pan de notre économie. Les productions de viande en France sont culturellement importantes. Le bœuf de Normandie n’est pas celui de l’Aubrac, par exemple. On sait ce que coûte à la planète de fabriquer un kilo de bœuf, peut-être que demain tous les hamburgers seront au tofu ! Mais encore une fois, parce que c’est un problème qui touche à l’économie, il ne faut pas de rupture radicale avec nos traditions, simplement une évolution progressive et sereine. C’est un juste équilibre à trouver pour qu’il soit durable. Le Spoon, 12 rue de Marignan, Paris VIII e . OLIVIER ROELLINGER : “NOUS, CUISINIERS, NOUS DEVONS PRENDRE POSITION !” Le natif de Cancale, trois fois étoilé, défend avec vigueur la mer et l’environnement marin. Et n’en oublie pas pour autant la problématique de la viande… Votre nouveau credo concerne la protection de l’environnement marin… En tant que vice-président de Relais &amp; Châteaux, j’ai poussé un cri d’alarme car la mer, ce garde-manger naturel est en train de se vider. Or, en Europe, la moitié des produits marins est consommée dans les restaurants, nous avons donc un rôle clé de prescripteur. Et souvent, le cuisinier se fournit en poissons et coquillages sans aucune connaissance. Comment est-ce pêché ? Dans quel océan ? Les stocks sont-ils en état ? Respecte-t-on la saisonnalité… ? Il est inacceptable que seul 1 % des pêcheurs dans le monde s’approprie 60 % des pêches. Nous avons fait signer un engagement sur six points face à ces dérives. L’un d’entre eux stipule qu’à partir du 1 er janvier 2010, le thon rouge soit totalement rayé de nos cartes ainsi que des plus grands restaurants japonais. Cette charte est disponible sur notre site et peut être signée par tous ! Avez-vous bataillé pour convaincre les signataires ? Non, il a fallu surtout expliquer les choses. Si une espèce disparaît, c’est tout un éco-système qui s’effondre. Éric Tabarly disait : « Pour les Européens, la mer, c’est ce que les gens voient lorsqu’ils ont le dos tourné à la plage ». Comme on n’en distingue pas le fond, ça devient la plus grande poubelle de l’humanité. Et malheureusement le thon rouge n’est pas le seul touché. Le cabillaud, la raie et l’anguille sont aussi en danger. Imaginez que le grenadier et l’empereur, deux poissons que l’homme a découvert il y a moins de vingt ans, sont déjà en voie de disparition ! Mais cette prise de conscience concerne aussi les ressources amniotiques, le carné, les OGM, le rapport aux pesticides ou aux insecticides. Et c’est à nous, cuisiniers, de prendre des positions ! Pas aux lobbyings économiques ni aux politiques qui manquent de latitudes. Est-ce plus difficile d’éduquer le cuisinier que le consommateur ? Le cuisinier fonctionne surtout par omission, ou par manque de connaissance, mais il reste très sensible à la qualité et à l’origine du produit. Quant au consommateur, il est tellement [ 15 ]</pre></div> <div class='panel' id='p16'><pre>[la polémique] Olivier Roellinger, cuisinier de la mer, face à sa source d’inspiration. abreuvé d’infos qu’il en perd son latin. Nous faisons passer le message dans nos établissements en expliquant pourquoi on ne trouve plus le cabillaud de l’an dernier, par quoi il est remplacé et pourquoi c’est aussi bon. Il y a tellement d’autres variétés à découvrir ! Il ne faut pas se focaliser sur certains poissons comme la sole ou le turbo qui ont obtenu leurs lettres de noblesse non pas parce qu’ils étaient meilleurs mais pour leurs facultés de conservation (à l’époque de la noblesse, on les transportait à la Cour très facilement). Aujourd’hui, grâce à la chaîne de froid et à nos moyens de transport, tous les poissons sont délicieux. Tout se résumerait au changement de comportement ? Oui, le chinchard par exemple est considéré par les Japonais, qui sont de grands amateurs de poisson cru, comme le meilleur poisson qui puisse exister. Chez nous, on l’appelle le poisson-chat et on le jette à la poubelle. Pourtant c’est divin et ça ne coûte absolument rien. [ 16 ] Que pensez-vous des problèmes engendrés par la surconsommation de viande ? Je suis avant tout un cuisinier de la mer donc mon rapport avec le monde carné a toujours été ambigu. Je ne cuisine la viande qu’à hauteur de 5 % sur ma carte. Je me sens bien avec le gibier qui, comme le poisson, est un animal en liberté et se nourrit à sa guise. Dès que l’on parle viande, on parle élevage mais aussi de l’être humain qui s’en occupe. Or, celui-ci est dans une logique du toujours plus : donner le moins possible d’aliments peu coûteux à l’animal pour qu’il devienne le plus gras possible en un minimum de temps. On arrive à des aberrations, comme la maltraitance animale, et des produits pauvres en qualités nutritives et gustatives. La consommation de la viande va être de plus en plus compliquée. Pourquoi tuer un petit veau dans une prairie sous un joli pommier uniquement pour se nourrir ? Mais comment manger un veau élevé en batterie ? Tout ça n’est pas très engageant. Et puis, on n’a pas besoin de manger de la viande ou du poisson tous les jours ! Ne faut-il pas simplement réapprendre à se nourrir? En Occident, on est persuadé depuis trois siècles que le bon s’articule autour de trois saveurs : le gras, le sel et le sucre. Mais il existe une multitude de parfums, d’épices qui enchantent les cuisines du monde et qui n’ont pas besoin de ce gras et de ce sel que l’on va chercher très souvent sur des graisses animales. Le souci est d’avoir dit : « Arrêtez la viande, mangez du poisson ». Sauf que la mer ne suffira pas et l’élevage n’est absolument pas la solution. Car tant qu’on n’aura pas trouvé de protéines végétales pour nourrir les poissons d’élevage, on continuera à vider la mer pour obtenir bien souvent un poisson de piètre qualité. Quel est l’aliment plaisir qui peut se substituer aisément à la viande ou au poisson ? Il y a un potentiel énorme dans les algues. Elles ne polluent pas, elles ont même tendance à assainir un lieu, je pense à la dulce, à la porphyre ou encore au wakamé. Par exemple, le wamaké qui se cultive en Bretagne est considéré par les Japonais comme le meilleur au monde. Il est qualifié comme une source de protéines exceptionnelle. Les algues font partie des espoirs de demain, des ressources qui pourront nourrir l’humanité tout en gardant cette notion de plaisir. Les Maisons de Bricourt, 35260 Cancale. © M A U R I C E R O U G E M O N T</pre></div> <div class='panel' id='p17'><pre>ALAIN PASSARD : “JE VEUX FAIRE DU LÉGUME UN GRAND CRU !” Du rouge, il est passé au vert, et a osé, avant les autres, retirer la viande rouge de sa carte pour se concentrer sur les légumes. Aujourd’hui, il continue de tracer son sillon jusque dans ses potagers qu’il cultive avec passion. En 2001, vous avez supprimé la viande rouge dans votre restaurant L’Arpège. Un choix gustatif ou éthique ? J’ai connu une véritable rupture dans ma créativité par rapport au tissu animal liée à deux facteurs. D’une part, j’avais envie de travailler sur une autre matière, plus colorée, avec ce sentiment d’avoir été au bout de la cuisine animale. J’ai ensuite été choqué par le scandale de la vache folle. Curieusement, j’ai opté pour le légume que j’avais ignoré pendant trente ans. J’ai fait un apprentissage dans les années 70 à une époque où l’on parlait plus facilement de turbo ou de poularde, rarement d’un poireau ou d’un oignon. Je me suis aperçu que j’avais ignoré ces produits, que je les avais toujours considérés comme le parent pauvre de la cuisine. Et c’est en quelque sorte grâce à eux que j’ai retrouvé goût à la création. Vous avez été l’objet de nombreuses critiques à l’époque… Il n’y avait rien de marketing dans ma démarche, tout était passion. Et les gens ne l’ont pas compris. J’ai entendu beaucoup de choses. De la part de mes confrères, de journalistes mais j’étais si déterminé et tellement serein que j’y ai fait face. Et presque dix ans après, on peut constater que je n’étais pas dans totalement dans le faux sur le sujet. Français adorent la viande. Mais les ministères travaillent sur ce problème, je suis persuadé que nous sommes entourés de gens de qualité qui vont encore faire évoluer les choses. Pour vous les légumes sont comme des vins ? Oui, j’aimerais que dans dix ans, les jardiniers soient considérés comme les cuisiniers ou les sommeliers d’aujourd’hui. Et faire du légume un grand cru ! J’ai racheté trois vieux potagers dans des régions différentes, avec des natures de sol, une pluviométrie et un climat distincts et nous faisons des essais. On plante la même graine, le même jour, à la même heure sur les trois potagers. Prenons le navet. Je le récolte, je le goûte cru, cuit, j’en fais même un jus, je le considère comme un vin et je lui mets des notes. C’est ainsi que nous décidons de planter tel légume dans tel potager car il y trouve toute son expression gustative et olfactive. Le légume, c’est l’avenir de la cuisine. L’Arpège, 84 rue de Varenne, Paris VII e . Et la clientèle, comment a-t-elle réagi ? Nous avons perdu une grande partie de nos clients, il ne faut pas oublier que L’Arpège était au départ une rôtisserie. Il y a eu un passage à vide, le temps d’effectuer ce transfert. La maison s’est fermée à certains et s’est ouverte à d’autres, les curieux et les passionnés de légumes. Aujourd’hui, je mets au service des légumes, ils ne sont pas cuits à la vapeur, ils ne sont pas bouillis. Ils sont grillés, poêlés, flambés, fumés, cuits en croûte de sel… Et nous sommes en passe de définir la nouvelle haute gastronomie légumière. Êtes-vous sensible à la cause, à la souffrance animale ? Oui, d’autant que je suis entouré d’animaux dans mes jardins : vaches, chèvres, cygnes, poules… J’aime l’animal profondément, il inspire la douceur. On ne peut pas rester insensible à ses souffrances ! Pourquoi le sujet est-il tabou en France ? Je ne pense pas qu’il soit si tabou, on en entend parler régulièrement. La cause avance, mais ça reste un sujet délicat car les [ 17 ] Alain Passard, un grand chef qui a du nez. L’intégralité des interviews sur la radio www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p18'><pre>[S’ENGAGER] PASCAL LÉGITIMUS VOYAGE EN TERRE « INCONNU » Depuis vingt ans, Pascal Légitimus mène de front carrière artistique et engagement écologique. Ambassadeur de « Play to Stop : Europe for Climate » à Copenhague, il prêche la bonne parole auprès des politiques, des leaders d’opinions et du grand public. À bon entendeur… Par Stéphane Aitaissa et Yolaine de la Bigne Vous êtes resté sur un sentiment mitigé à votre retour de Copenhague ? Copenhague n’était pour moi qu’une étape, pas une finalité. J’ai eu la chance de rencontrer des ambassadeurs comme moi, venus de tous les pays européens. avec la même question en tête : « Que fait-on là et à quoi sert-on ? ». Même si chacun a œuvré médiatiquement pour son pays, on a eu le sentiment que la vibration de Copenhague était linéaire. Chaque État est venu avec ses chiffres, ses dossiers et a défendu ses propres intérêts. C’était un peu : « Après moi, le déluge ! ». Comment l’expliquez-vous ? Les enjeux économiques biaisent tout. Avec ces groupes industriels, pharmaceutiques, agro-alimentaires, qui maîtrisent l’économie mondiale, il est évident que les politiques commerciales passent avant l’humain et la planète. Vous êtes donc plus que jamais motivé à brandir votre bâton de pèlerin… Je vais continuer à médiatiser la problématique, car la Terre souffre. Mais les gens en sont de plus en plus conscients, et ce qui m’a fait plaisir. Si Copenhague avait été une réussite, ça aurait été beaucoup plus grave. Qu’entendez-vous par « plus grave » ? Nous aurions sombré dans une espèce d’apathie. En faisant confiance aux gouvernements, peut-être que les citoyens auraient arrêté de bouger, que la voix du peuple, la vox populi, se serait éteinte. Vu qu’il ne s’est rien passé, on sent les gens énervés et remontés, c’est quelque part positif, un mal pour un bien. Ça veut dire que la société civile a plus que jamais l’avenir de notre L’intégralité de l’interview sur la radio : www. planète entre ses mains… Evidemment. Les politiques ne sont que nos représentants, ils légifèrent, mais c’est à l’échelle individuelle que doivent se jouer les choses. Les hommes comprennent que leur santé et celle de leurs enfants sont peut-être en danger. L’égoïsme doit disparaître et on y travaille ! En délivrant parfois des messages qui peuvent effrayer ? Oui, je le crois. Mais mon discours est moins effrayant que la réalité. Les tsunamis, les inondations, les tremblements de terre existent. Beaucoup de gens me disent qu’il ne faut pas être alarmiste, au contraire, il faut faire peur. Méfionsnous, il ne nous reste que trente ans pour s’en sortir ! .fr [ 18 ] En quoi a consisté votre rôle d’ambassadeur lors de la campagne « Play to Stop : Europe for Climate » ? Il a tourné autour de deux axes : convaincre les politiques qu’il faut légiférer sur la problématique et parler aux enfants, aller dans les écoles, expliquer les enjeux, faire prendre conscience qu’il faut protéger l’eau, ne pas polluer notre environnement, etc. De quand date cette prise de conscience ? J’ai été élevé dans une mouvance bio, petit, j’avais d’ailleurs une devise : « Sois bio et taistoi ». Ma famille était dedans, j’ai eu la chance d’avoir grandi dans le respect de la nature et des êtres humains. Votre implication pourrait prendre une tournure plus politique ? C’est un métier la politique. Je suis un homme de spectacle, un clown triste dans l’arène qui n’a pas envie de se mélanger à ce panier de crabes. On n’a pas tout à fait la même philosophie. Je trouve par exemple navrant que le gouvernement n’ait pas pensé à lancer un ministère de la pauvreté. Si Coluche a ouvert les Restos du Cœur, c’est qu’il y avait une carence. Pourtant, ce n’est pas le rôle de l’artiste, c’est au pouvoir d’initier cela. Qu’est-ce qui vous le plus marqué dans les pays que vous avez traversés ? Plus les gens sont pauvres (avec le minimum vital) et plus ils sont heureux. Plus ils sont riches, plus ils sont malheureux. C’est un paradoxe. J’ai vu ceux qui n’avaient rien, et qui dégageaient une énergie incroyable. A contrario, d’autres plus aisés sont obsédés par l’argent, et si anxieux à l’idée de le per- dre qu’ils en deviennent malheureux. C’est une belle leçon à méditer… PH DE L A C R O I X</pre></div> <div class='panel' id='p19'><pre>Océans Les poissons ont la parole ! À l’occasion de la sortie d’Océans, « LE » film de ce début d’année signé Jacques Perrin et Jacques Cluzaud, nous avons interviewé nos cousins marins. Et dans l’ensemble, ils en frétillent de la nageoire. Par Monique Neubourg À tout seigneur, tout honneur. Jojo le mérou (1), qui a repris de l’écaille de la bête depuis que les océanographes signalent qu’aux abords de Massilia on a retrouvé une belle population, qualifie Océans de « Monde du silence du XXI e siècle ». « Cousteau, Perrin et Cluzaud : même combat ! » qu’il scande le Jojo sur l’air des lampions en faisant des bulles. Avec les moyens d’aujourd’hui, il est aussi bluffant pour les spectateurs de 2010 que l’était en 1955 le documentaire dont il est le héros. La pieuvre (2), qui se languissait de son Kirk Douglas d’amour, est sortie de sa torpeur devant les anguilles jardinières qui l’hypnotisent - on dirait des illusions d’optique - et le combat singulier entre une squille mante et un crabe. Il irait bien y glisser un ou deux tentacules, sans arrière-pensées. Coquette, la raie manta (3) est une tombeuse. Comme elle aurait aimé croiser Jacques Perrin en marin des Demoiselles de Rochefort ! Quand elle voit les seiches flamboyantes, danseuses gracieuses aux nageoires imaginées par la haute couture, la coquette en devient verte de jalousie, elle avait toujours cru qu’elle était la plus belle. Nemo (4) voit enfin à quoi il ressemble en vrai. Et découvre sa grande famille composée d’autres poissons rigolos nommés Voilier, Lune ou Perroquet, tout aussi ébouriffants que lui. Ça lui donne envie de sortir de son aquarium car à la sortie du dessin animé, tous les minots ont réclamé leur Nemo... Mumble (5), entre deux pas de claquettes, s’émerveille devant les tortues de mer et les iguanes marins, ces reptiles qui, comme lui, se partagent entre terre et mer et se hâtent avec lenteur, un peu comme lui. Quand il voit ses congénères, ces empereurs polaires, il bat des ailes, et quelque part, une otarie farceuse l’imite. Y’a d’la joie ! Willy (6) se lèche les babines, tel un enfant au palais de Dame Tartine, à la vue des cétacés. Par qui commencer ? Une baleine à bosse ? Tentant ce ventre blanc à l’air si tendre, aussi tendre que le petit qui s’y niche. Ou un béluga, il ferait bien son caviar de ce dauphin qui ressemble étrangement à Casper le fantôme. Parce que le hareng, faut pas pousser, ça n’a qu’un temps. Flipper (7) s’insurge en captant les pensées de Willy, déjà tout traumatisé qu’il est par The Cove qu’il n’a même pas pu voir en entier. Il demanderait bien aux espadons et narvals de s’aligner en rangs serrés et de s’en aller embrocher cette orque dite baleine tueuse. À moins de lui expédier un commando d’araignées géantes, hautes sur pattes, comme les droïdes de La Guerre des étoiles. Bas les nageoires, Willy, c’est assez ! Bob l’éponge (8), repu, swingue en mesure, au gré des courants, fasciné par les mouvements des gorgones caressées par les petits poissons. On le croirait à Roland Garros. Le poisson d’avril rapplique, avec un bon mot pense-t-il : « Pas question que je me cogne deux heures de fond d’écran ! ». Il a tort le bougre. Océans est un film magnifique, passionnant, émouvant au point qu’on en oublie les prouesses techniques pour se laisser emporter par sa majesté. On y vole avec les fous, on y plonge avec les loups. www.oceans-lefilm.com (1) Le Monde du silence - (2) 20 000 lieues sous les mers - (3) Abyss - (4) Le Monde de Nemo - (5) Happy Feet - (6) Sauvez Willy - (7) Flipper le dauphin - (8) Bob l’éponge. Vi n c e t Le c o m t e o c é a n f u t u r e s s o c i e t y [ 19 ] </pre></div> <div class='panel' id='p20'><pre>[S’ENGAGER] JEAN-MICHEL COUSTEAU VINGT MILLE LIEUX SOUS LES MERS Fils du célèbre commandant au bonnet rouge, Jean-Michel Cousteau a parrainé Voyage sous les mers 3D, un film réalisé par Jean-Jacques Mantello. Une expérience unique qu’il a souhaité nous faire partager. Avec relief évidemment. Propos recueillis par Stéphane Aitaissa Explorateur, océanographe, producteur de film, comment vous définissez-vous ? Je suis plongeur avant tout. Mon père m’a fait découvrir la Méditerranée et depuis je n’ai jamais quitté les océans. J’ai eu le privilège dans ma vie de parcourir environ les trois-quarts de la planète. Avec votre environnement familial et votre goût de l’aventure, vous êtes forcément un écologiste convaincu ? Je suis convaincu que la mer est devenue une poubelle. Il n’y a plus rien à pêcher. Par ailleurs, la déforestation produit du CO 2 qui acidifie les océans. C’est dramatique. « Voyage sous les mers 3D » qui sort en DVD* a été un projet titanesque... Sept ans de travail condensés en 82 minutes ! l26 expéditions et plus de 1500 heures de plongées… On vit l’expérience à travers une tortue de mer. Un vrai lien entre terre et mer car les femelles reviennent où elles sont nées au bout de deux ans pour pondre au même endroit. Que se passe-til pendant ces deux ans ? C’est ce que pourra découvrir le spectateur chez lui et en 3D. On découvre que toutes les espèces marines sont inter-dépendantes... Tout est lié. La nature est organisée de telle manière qu’elle peut compenser des manques. Mais en perdant des espèces, on affaiblit le système et cela peut être une catastrophe. Si les récifs de corail venaient à disparaître, cela signifierait la fin des océans. Qu’est-ce qui les détruit ? La fin des océans signifie la fin de l’espèce humaine. Entre 25 et 30 % des récifs coralliens sont déjà morts. Ils sont pourtant vitaux. C’est d’abord un lieu de reproduction très important et donc une source de nourriture pour les populations côtières. Les pays en voie de développement bordent 85 % des récifs. Ils en sont dépendants car ces derniers protègent les côtes des intempéries. Quand ils meurent, c’est fatal pour les territoires « à ras de l’eau » comme les Bahamas ou les Maldives. Enfin si les récifs disparaissent, les touristes n’iront plus dans ces pays. Ce serait une catastrophe économique. Quelles sont les actions menées par votre fondation Ocean Future ? Notre mission est de protéger les océans pour protéger les hommes. On se concentre sur trois domaines. D’abord l’éducation des enfants avec deux programmes : « Ambassadeur de l’environnement » et « Sustainable Reef » (récif durable). Ensuite l’information que nous délivrons à travers de la télévision, des conférences et de plus en plus sur Internet. Enfin, le dernier volet consiste à engager un dialogue avec les décideurs politiques et industriels. L’espoir n’est-il pas dans les mains des jeunes citoyens finalement ? Absolument. Il ne faut pas se reposer sur nos dirigeants. Notre film peut fédérer les jeunes qui seront nos futurs décideurs. Et qui sait, ils prendront peut-être de res décisions que nous. meilleu- Plus d’infos sur www. oceans-lefilm.com 3D E N T E R TA I N M E N T - FR A N Ç O I S MANTELLO - CARRIE VO N D E R H A A R. *Film disponible en DVD et Blu-ray le 2 février 2010. Sortie cinéma le 26 août 2009, réalisé par Jean-Jacques et François Mantello, avec Marion Cotillard, Belen Rueda. Titre original « Oceans 3D : Into the Dee », documentaire britannique, durée : 1h21, Wild Bunch Distribution. [ 20 ] </pre></div> <div class='panel' id='p21'><pre>Valantin s’en va-t-en guerre Un combat ! Jean-Michel Valantin envisage le réchauffement climatique avec les yeux du général Sun Tzu plutôt qu’avec la philosophie de Joan Baez ! Docteur et chercheur au Centre interdisciplinaire de recherche sur la paix et d’études stratégiques (Cirpes), il est l’un des premiers spécialistes mondiaux en « sécurité climatique ». En clair : quels les effets politiques du réchauffement global et leurs conséquences sur l’ordre mondial ? Selon lui, la géopolitique va être bouleversée par des désordres climatiques, une montée des eaux, la désertification et autres crises alimentaires. Si, aujourd’hui, des réseaux de solidarité et de nombreuses solutions locales émergent pour prévenir de ces dangers collatéraux, il manque une « gouvernance mondiale » pour les gérer à l’échelle planétaire. Toujours selon Jean-Michel Valantin, il faut oublier les « babas cool » et leur passivité, seule l’alliance avec des « guerriers » peut nous sauver. Un John Rambo qui donnerait sa vie pour un ours blanc… Un peu comme le héros d’Avatar ? Justement assure le chercheur, Hollywood, vitrine de la Défense américaine, a tout compris ! Le personnage d’Avatar abandonnant l’instinct de conquête pour celui de préservation n’est pas anodin ! En attendant, Jean-Michel Valantin, le « Murat du bio », prépare ses troupes, et il a de quoi faire : toute la jeunesse française scolarisée ! Car ce haut fonctionnaire - en charge du Développ e m e n t durable à la Direction générale de l’enseignement scolaire du ministère de l’Éducation nationale - voudrait que tous les élèves soient éduqués aux défis de la planète. À quand les exercices d’entraînement ? Et une deux, une deux. Parés ? Protégez ! À lire de Jean-Michel Valantin : Écologie et gouvernance mondiale (Autrement- 2007), Menaces climatiques sur l’ordre mondial (Lignes de repères - 2005), Hollywood, le Pentagone et Washington (Autrement-2003, réédition en 2010). Alice Audouin D R [ 21 ] Plus de VIP ? www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p22'><pre>[S’ENGAGER] D R CHRISTOPHE ANDRÉ VOS PAPIERS SVP ! L’utilisation du papier recyclé est une nouvelle donne, souvent méconnue par les consommateurs. L’occasion d’en savoir plus avec Christophe André, directeur général d’Arjowiggins Graphic et fournisseur du papier de Néoplanète. Propos recueillis par Stéphane Aitaissa Quel est l’engagement d’Arjowiggins Graphic et de ses papiers « verts » ? Notre engagement autour des papiers « verts », c’est-à-dire à faible empreinte carbone, n’est pas récent, mais a connu une réelle accélération depuis plus de deux ans avec l’intégration d’un nouveau processus de fabrication. À partir des vieux papiers collectés dans les bureaux, il permet de fabriquer du recyclé extra-blanc et écologique nécessitant trois fois moins d’eau et cinq fois moins d’énergie que des papiers traditionnels. Notre vocation est d’apporter des solutions complètes aux clients. À ceux qui souhaitent exprimer leur engagement avec des papiers visiblement recyclés, comme à ceux qui désirent utiliser des papiers éco-responsables, mais sans aucune altération de la blancheur et de la qualité perçue. L’un des avantages du recyclé est de donner une seconde vie au papier… Chaque employé de bureau utilise en moyenne 75 kg de papier par an. C’est considérable ! Face à cela,, deux écoles. L’une consiste à vouloir diminuer drastiquement sa consommation. L’autre repose sur un geste simple, quotidien, avec un impact plus fort sur l’environnement : la collecte et le tri sélectif des vieux papiers de bureaux. Aujourd’hui, de nombreuses sociétés et associations le proposent aux entreprises. Cela permet ensuite, via notre usine de désencrage, la transformation de ces déchets en pâte à papier recyclée, puis en papier 100 % recyclé. Vous étiez au sommet de Copenhague. Quelle a été votre action sur place ? Nous avons participé en tant qu’obser- Qu’est ce qui pourrait inciter les gens à opter pour le recyclé ? C’est une affaire d’information et d’éducation. Information, car l’image que le grand public se fait du papier recyclé est souvent obsolète. En 2010, il est possible d’être 100 % engagé et recyclé sans diminuer ses attentes en termes de qualité et de rendu. En témoigne une grande partie des catalogues des expositions temporaires du Louvre, réalisée sur notre papier recyclé. Éducation ensuite, car le public est peu sensibilisé. À l’heure où les débats des Nations portent sur le changement climatique et les moyens de contenir le réchauffement, il semble indispensable d’éclairer les citoyens sur le fait que le choix du papier recyclé est un geste simple et tueux des générations respec- futures. vateur. Notre objectif était triple. Tout d’abord, comprendre les impulsions et les moyens que les États souhaitaient se donner pour atteindre l’objectif de réduction d’émission des gaz à effet de serre. Ensuite, sensibiliser sur le sujet certains de nos clients et des grandes entreprises européennes qui nous accompagnaient. Enfin, mettre en perspective ces débats et les actions concrètes qu’on peut entreprendre afin d’être un citoyen écoresponsable. Les choix de papiers sont pour nous des choix climatiques. Aujourd’hui une nouvelle famille de papiers à faible empreinte carbone et énergétique est apparue sur le marché et répond à ces défis cruciaux. Vous étiez accrédité avec l’ONG Responding to Climate Change (RTCC). Quel est son rôle ? Basée en Angleterre, cette ONG est particulièrement active dans la promotion des changements de comportements. Notre démarche auprès de cette ONG s’inscrit donc dans cette ligne pédagogique que nous bâtissons depuis plusieurs mois. Par ailleurs, elle complète l’engagement stratégique que nous avons auprès de WWF depuis 2009. Nous travaillons conjointement sur le développement et la promotion de papiers recyclés, respectueux de l’environnement, avec une empreinte CO 2 réduite de 50 % par rapport aux produits issus de la filière traditionnelle. [ 22 ]</pre></div> <div class='panel' id='p23'><pre>www.neoplanete.fr Le média de l’environnement RADIO MAG VIDEOS SITE Tous les jours Infos - Vidéos - Interviews radio - Actu Conso - Chroniques - Bons plans... Disponible sur Iphone</pre></div> <div class='panel' id='p24'><pre>[S’AIMER] bzzz Une beauté qui fait Les abeilles souffrent de nos excès sur la planète et les produits de la ruche deviennent un luxe. Pourtant, leurs bienfaits nous sont indispensables pour rester beaux et en bonne santé ! Par Emmanuelle Vibert Les abeilles sont en danger, nous répètent les apiculteurs. La faute aux pesticides, aux parasites, et au réchauffement climatique… En 2008, le sud-ouest de l’Allemagne a perdu 80 % de son cheptel, la Slovénie 50 % et l’ensemble de l’Union européenne 30 % (source : congrès Apimondia 2009). Or nous avons besoin d’elles pour la pollinisation des fleurs. Mais pas seulement, partout dans le monde des chercheurs et des praticiens confirment la richesse cosmétique et médicale des produits de la ruche. En 1984, quand il a appliqué du miel sur les plaies de ses patients, le professeur Bernard Descottes aurait pu passer pour un illuminé. Aujourd’hui, il est mondialement reconnu dans le [ 24 ]</pre></div> <div class='panel' id='p25'><pre>milieu médical et de l’apiculture, et regretté depuis son décès en octobre dernier. Ce chef du service de chirurgie viscérale et transplantation du CHU de Limoges a utilisé pendant 25 ans du miel de thym pour favoriser la cicatrisation (deux fois plus rapide qu’avec du tulle gras). Un cas à part ? Non. Aux États- Unis, en Chine ou en Roumanie, on soigne des milliers de malades atteints de sclérose en plaque grâce au venin d’abeille. Dans le monde entier, de plus en plus de labos passent à la loupe les produits de la ruche pour développer leur potentiel thérapeutique. PRIORITÉ AU BIO Est-ce que ça marche avec un miel premier prix de supermarché ? Il y a peu de chances. Pour se soigner grâce aux abeilles, mieux vaut choisir des produits bio. Exempts de pesticides, de traitements antibiotiques ou chimiques, vous aurez aussi l’assurance que les abeilles n’ont pas été nourries de sucre ou de produits industriels qui dénaturent le miel et dégradent la santé des insectes. Avec son concept novateur d’« Apiculture douce ® » , Catherine Ballot-Flurin, spécialiste en la matière (www.ballot-flurin.com), va encore plus loin. Elle exclut toute nourriture artificielle, et affirme que les abeilles disposent des ressources pour se soigner par elles-mêmes. Dans Les Bienfaits de l’apithérapie, son ouvrage qui vient de paraître aux Éditions Eyrolles, elle parle de respect : « Un miel récolté avec douceur sera bien meilleur que pris de force sans l’accord des abeilles ». Il serait grand temps de faire entrer l’apiculture douce dans la Constitution française. DICTIONNAIRE DE LA RUCHE CIRE • Propriétés À partir du nectar et du miel, les abeilles fabriquent la cire, le matériau de construction de la ruche. Elle est particulièrement riche en vitamine A. Elle nourrit la peau, soigne les vergetures, les rhumatismes… • Qu’est-ce qu’on en fait ? Dans son livre, Les Bienfaits de l’apithérapie, Catherine Ballot-Flurin, la spécialiste de l’apiculture douce, propose la recette d’un baume de soin. Au bain-marie, faites fondre à 40°C 30 g de cire d’abeille. Ajoutez 90 g d’huile d’olive ou de sésame. Hors du feu, ajoutez 15 g d’extrait de propolis et 3 gouttes d’huile essentielle de lavande. Battez à la fourchette et mettez en pot. GELÉE ROYALE • Propriétés « Sécrétion des nourrices, la gelée royale est un aliment réservé à la reine et aux jeunes larves, précise Catherine Ballot-Flurin. Elle est une synergie d’éléments agissants pour la stimulation immunitaire et sexuelle car la reine pond jusqu’à 2 000 œufs par jour et vit 30 fois plus longtemps que les butineuses. » Ça laisse rêveur, non ? • Qu’est-ce qu’on en fait ? Une cure tous les matins au printemps ou à l’automne, pendant trois semaines : un gramme ou deux de gelée fraîche à laisser fondre sous la langue. Pour un « masque jeunesse de la reine » (à faire une fois par mois), Catherine Ballot-Flurin recommande de se nettoyer le visage avec un verre d’eau mélangé à une cuillerée de miel, puis d’appliquer au doigt un flacon de 10 g de gelée royale pure (quel luxe !), et de rincer après une demi-heure. MIEL • Propriétés Chaque miel est unique, sa composition dépend des variations climatiques, de la richesse botanique alentour… Mais tous ont des vertus anti-bactériennes, anti-inflammatoires, anti-oxydantes et sont remplis d’oligoéléments. Leur douceur en fait un ingrédient cosmétique de premier choix. •Qu’est-ce qu’on en fait ? Sur les tartines le matin : voilà la recette la plus simple du monde pour soigner les maux de l’hiver et se fortifier. Pour un masque super hydratant, mélangez une cuillère à café de miel, une autre d’huile de jojoba et une cuillère à soupe de yaourt (avec de l’avocat, c’est aussi top !). Laissez reposer 10 minutes avant de rincer. POLLEN • Propriétés Les abeilles mélangent le pollen des fleurs à du miel (le pain d’abeilles) pour nourrir les larves. « C’est l’aliment le plus riche que l’on connaisse, révèle Catherine Ballot-Flurin, le seul sur la planète à contenir les 20 acides aminés à partir desquels les protéines de la vie sont construites. » Il stimule les défenses immunitaires, régule le système digestif, renforce l’organisme. • Qu’est-ce qu’on en fait ? On en prend une cuillère à café à jeun pendant un mois pour reprendre des forces. On peut le mélanger à des yaourts, des fruits, le saupoudrer sur une salade… PROPOLIS • Propriétés Les abeilles fabriquent ce mastic pour protéger la ruche. La propolis « contient flavonoïdes et composés phénoliques, et sa pharmacologie est étendue, apprend-on sous la plume d’Henri Clément (« L’Abeille, sentinelle de l’environnement », aux éditions Alternatives). On l’emploie pour traiter les problèmes d’ORL (nez, gorge, oreilles…), les aphtes, les gingivites et les infections dentaires ». On peut l’utiliser aussi en cas de brûlures, d’herpès ou d’eczéma… • Qu’est-ce qu’on en fait ? On applique une goutte d’extrait de propolis sur une verrue tous les jours jusqu’à sa disparition. Elle peut aussi aider les fumeurs à se sevrer. On trouve d’ailleurs des gommes à la propolis dans les magasins bio, pour prévenir tous les maux de l’hiver. DR - J. GA B R I E L / W W W .S X C.H U [ 25 ] Plus de bien-être ? www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p26'><pre>[S’AIMER] Par Fabienne Broucaret Fiche produit Pour mieux comprendre les impacts de notre consommation sur le monde Les polaires Elizabeth Pastore-Reiss, cabinet Ethicity, www.ethicity.net MATIÈRES PREMIÈRES Impacts négatifs • Le tissu est constitué à 100 % de polyester, matériau à base de pétrole brut. • La fabrication du polyester comporte un procédé chimique nécessitant un catalyseur dont le plus utilisé est un métal lourd : l’antimoine. Impacts positifs • Les polaires peuvent être confectionnées à partir de plastiques recyclés (polyester PCR®). • La fi bre polaire présente un bilan positif si elle est fabriquée à partir de bouteilles en plastique recyclées. Il faut environ 27 bouteilles pour faire un pull. • D’autres alternatives aux fi bres en polyester d’origine fossile sont développées. Par exemple, des fi bres végétales comme le maïs. FABRICATION Impacts négatifs • La fi lature du tissu à partir des fi bres désordonnées consomme de l’électricité. • La teinture du tissu pour obtenir différentes couleurs de vêtements nécessite l’utilisation de nombreuses substances chimiques. Impacts positifs • La fabrication est souvent locale. • L’utilisation de tissus recyclés produit moins de déchets et réduit la mise en décharge. UTILISATION Impacts négatifs • Le transport des vêtements vers les points de vente se fait souvent par camion. • Le nettoyage est une source majeure d’impact dans l’utilisation du vêtement : consommation d’eau, d’électricité et forte présence de produits chimiques (lessive). Impacts positifs • Les vêtements polaires sèchent rapidement et ne se repassent pas. D’où une économie d’énergie (sèchelinge et fer à repasser). • La matière polaire est plus chaude et « respirante » qu’un pull en acrylique. Elle évite de superposer d’autres vêtements (ou de pousser le chauffage !). FIN DE VIE Impacts négatifs • L’incinération des polaires produit des émissions toxiques. Impacts positifs • Possibilité de recyclage: programmes de retraitement des tissus qui encourage les clients à ramener leurs vêtements usagés. (Texiloop, Ecotextile, Patagonia…) Conclusion : La principale source d’impact des vêtements polaires se situe dans ses matières premières et la fabrication de ses fi bres. Cependant des alternatives sont possibles et les fi bres polaires sont recyclables. SO CHIC ! « English Zest », le nouvel ensemble de la marque Occidente revisite l’art britannique du métissage des matières et des couleurs. Le résultat ? Un charmant patchwork, en coton biologique labellisé GOTS et en dentelle fleurie de Calais certifiée Oeko Tex, rehaussé d’une broche camée ornementée de pierres naturelles. « English Zest » d’Occidente. Soutiengorge, 60 euros ; culotte, 45 euros. www.occidente.fr [ 26 ] KISS ME Teinte « Écorce » ou « Griotte », voici l’un des rares gloss certifié Cosmébio. Hydratant et repulpant, il contient de l’huile d’amande douce et du miel. Son parfum ? Un subtil arôme de framboise. Élaboré par les laboratoires Cattier, il est exempt de colorants artificiels, de sels d’aluminium et de conservateurs de synthèse. Prix : 10,90 euros le tube de 14 ml. www. laboratoirecattier.com Le diaporama lingerie bio sur www. .fr DR - PATA G O N I A</pre></div> <div class='panel' id='p27'><pre>FAITES PEAU NEUVE Frais et translucide, le gel désincrustant de So’Bio Étic nettoie les pores en profondeur et facilite l’élimination des poils incarnés. Les écorces exfoliantes de bambou rendent le teint plus clean et préparent la peau au rasage. Label Cosmébio. 7,80 euros, le tube de 125 ml. www. leanatureboutique.com ASSOCIATION DE BIENFAITEURS Oubliez les irritations ! Onctueuse et moussante, la crème à raser de Melvita assure en efficacité et en douceur. Le karité, l’aloe vera et la sève de bouleau sont réputés pour leurs vertus réparatrices et hydratantes. À marier avec le baume après-rasage aux extraits de figue et de citron. Labels Cosmébio et Ecocert. 12,85 euros, la crème à raser (150ml) ; 15,50 euros, le baume après-rasage (50ml). www. melvita.fr LA BONNE LATITUDE Le concept 66°30 ? Rééquilibrer la peau de votre visage en puisant parmi les meilleurs ingrédients de la nature tout en la préservant. Au menu : fluide ultra-hydratant, crème anti-âge, sérum éclat, baume réparateur et soin contour des yeux. Labels Cosmébio et Ecocert. De 35 à 57 euros. www.66-30.com POUR LES DOUILLETS… Au kaolin et à l’argile, le masque naturel d’Au bonheur des hommes est idéal pour les peaux sensibles. Sans paraben, il associe extrait de romarin et huile de noisette pour un moment de détente hebdomadaire. Appliquez-le en couche épaisse, laissez agir 10 à 15 minutes, rincez à l’eau claire et le tour est joué. 29,50 euros, le tube de 100ml. www.aubonheurdeshommes.com P H O T O S D R DR La panoplie du bio man Après-rasage, shampooing, crème anti-rides, contour des yeux… Messieurs, voici tout le nécessaire pour une mise en « bioté » réussie. À vous de jouer ! Par Fabienne Broucaret … ET POUR LES COQUETS ! Le shampooing cheveux et corps de K pour Karité est un vrai cocktail vitaminé. Sa recette : une bonne dose de beurre de karité relevée d’huiles essentielles, de menthe poivrée et de petit-grain. Les plus coquets adopteront aussi le gel fixation forte, la lotion vivifiante et l’exfoliant capillaire. Label Cosmébio. De 9,90 à 13,90 euros. www.kpourkarite.com RELAX MAX ! L’huile de massage Florame est un véritable soin pour le corps à base de cèdre, d’argan et d’olive. Son parfum d’agrumes rehaussé de notes boisées favorise la relaxation et la détente musculaire. Label Cosmébio. 14,95 euros, les 150 ml. www.fl orame.com ÇA FLEURE BON LA PROVENCE Le déodorant Green, de Bio for men, est composé de 98 % d’ingrédients naturels. Labels Cosmébio et Ecocert. 13,30 euros, les 50 ml. www.provence-argile.com [ 27 ]</pre></div> <div class='panel' id='p28'><pre>[COCOONER] Le design fait salon ! Le design se prépare à un avenir toujours plus respectueux de l’environnement. En témoigne le salon Maison &amp; Objet avec ces nouveaux créateurs et leurs produits qui ne nous pèseront pas sur la conscience… Par Matthew Allen, avec la collaboration du salon Maison&amp;Objet LES DESIGNERS ONT DU CŒUR Constance Huin et Pierre Lefevre lancent leur collection « Spécimen » une nouvelle vision pour le XXI e siècle. Au travers d’une production poétique, presque onirique, ce projet parle des hommes et de leurs rapports complexes à la nature et à leur propre nature… « Spécimen » exprime le décryptage intérieur d’un nouvel être né dans un monde futuriste où l’homme et le végétal se percutent mais finissent par fusionner… LA MAISON TOUTE EN LIN Penseriez-vous qu’un jour il serait possible de bâtir une maison entièrement en lin ? Le designer François Azambourg et Masters of Linen, les spécialistes du lin D R - C E L C M A S T E R’S O F L I N E N - GILLES BELLEY &amp; V E R O N I Q U E H U Y G H E [ 28 ]</pre></div> <div class='panel' id='p29'><pre>DR - VÉ R O N I Q U E HU Y G H E - 5.5 DESIGNERS et du chanvre, se sont associés pour réaliser une matrice du projet. Elle a été dévoilée au public à l’occasion du X e anniversaire du salon du design contemporain : Now ! Design à vivre. Cette installation techno-sensorielle est un véritable lieu de gestation qui projette le lin vers des perspectives innovantes pour de nouvelles applications. Du decking terrasse au mobilier design, plus de 80 entreprises européennes présentent sur cet espace pédagogique une centaine de semi-produits ou de produits finis. PHILIPPE STARCK, CRÉATEUR DE L’ANNÉE MAISON&amp;OBJET 2010 Les convictions écologiques de Starck ne datent pas d’hier. Il crée d’abord Good Goods, le catalogue des non-produits pour les non-consommateurs du futur marché moral, puis sa propre compagnie de nourriture organique. Plus récemment, il développe le concept révolutionnaire de l’écologie démocratique en créant des éoliennes personnelles à des prix accessibles. Lesquelles annoncent l’arrivée à terme de bateaux solaires ou de véhicules à hydrogène… Citoyen du monde, infatigable et rebelle, Starck considère comme un devoir de partager sa vision éthique et subversive d’un monde plus équitable. MINI-ÉCOSYSTÈME AT HOME Mathieu Lehanneur invite la nature et la technologie de pointe dans nos intérieurs pour tirer parti des ressources accessibles. Un mini-écosystème, tel un objet design vivant, implique le renouvellement de notre paysage domestique. A l’image de son projet Local River, le créateur propose un grand aquarium accueillant des plantes, un système d’élevage de poissons et de production de légumes à domicile. Dans le même esprit, le diffuseur minéral, développé avec la marque AirMineral et commercialisé cette année, « transformera l’air d’un espace en air aussi vertueux que si vous vous trouviez au bord de l’océan »… EN PRISE SUR L’ÉNERGIE Gilles Belley est adepte des objets indicateurs de la consommation d’électricité. Ils alertent l’utilisateur sur son niveau de consommation et l’incitent à stopper toute utilisation superflue. À la suite d’une collaboration avec EDF R&amp;D Design, il poursuit plus loin sa réflexion. Avec la prise patère, qui regroupe tous nos objets électroniques vers une seule source d’électricité, ou Nootan, une gamme de prises, interrupteurs et sur plinthes minimalistes mises en lumière par un verso coloré, ce lauréat de la bourse Agora 2009 intègre avec intelligence et poésie la notion d’énergie vivante dans la maison. L’HÔPITAL DU MEUBLE ET DE L’OBJET Si par malheur un jour votre chaise a mal au dos, ou si votre table se casse une patte, vous pouvez désormais appeler une ambulance pour les emmener à l’hôpital. Elles seront alors prises en charge par cinq médecins spécialisés. Vincent, Jean- Sébastien, Anthony, Claire et David, plus connus sous le nom des 5.5 Designers. En effet, pourquoi se séparer de son mobilier défectueux alors que l’on peut facilement le retaper et privilégier une démarche écologique et économique ? Pour se faire, les 5.5 développent des prothèses pour chaises, des systèmes de sutures pour buffet… Ingéniosité et pragmatisme. De Scotch Brite à Veuve Clicquot ou Baccarat, les cinq « toubibs » revisitent les univers des marques qu’ils bousculent avec subtilité. • Pour en savoir plus : www.maison-objet.com [ 29 ] Plus de nouveautés éthiques sur www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p30'><pre>[cocooner] Notre habitat est le premier lieu où nous pouvons agir en faveur de l’environnement. Pièce par pièce, suivez le guide pour démarrer en beauté l’année internationale de la biodiversité ! Avec Noé Conservation 10 gestes pour préserver notre intérieur Dans le salon : Je désodorise sans « pschitt » Oubliez la bombe désodorisante, même si elles vous 1 promettent un retour aux « Senteurs d’autrefois » ou un voyage dans les « Jardins d’Eden ». Penchez plutôt pour des gestes simples et à des alternatives naturelles. Aérer chaque jour votre maison une dizaine de minutes afin de renouveler et d’assainir l’air de vos pièces. De mauvaises odeurs persistent ? Une orange piquée de clous de girofle parfumera très bien votre intérieur. Pour vos armoires, confectionnez de petits sachets que vous remplirez de fleurs de lavande récoltées durant l’été. Enfin, vous pouvez également utiliser les diffuseurs d’huiles essentielles, ou du papier d’Arménie dont la recette ancestrale, à base de benjoin, désodorise et purifie l’air. Dans la cuisine : J’évite les produits contenant de l’huile de palme Difficile d’échapper à l’huile de palme : un produit alimentaire sur dix vendu en supermarché en contient. Il s’agit pourtant d’une véritable catastrophe écologique : 2 les forêts tropicales malaisiennes et indonésiennes subissent une importante déforestation pour faire pousser des palmeraies. Une menace directe pour la biodiversité et en particulier les orangs-outans qui voient leur habitat se réduire comme peau de chagrin. Scrutez les étiquettes : l’huile de palme est généralement mentionnée dans les ingrédients, parfois comme « matière grasse végétale ». Choisissez donc un produit qui n’en contient pas, les orangsoutans vous remercieront ! Je valorise mes déchets de cuisine Le compostage se démocratise, il n’est plus l’apanage des propriétaires de jardin, les citadins en appartement peuvent désormais le pratiquer. Saviez-vous qu’un déchet sur trois est compostable ? Épluchures de fruits 3 et de légumes, marc de café, coquilles d’œufs écrasées, autant de résidus que vous pouvez transformer en engrais naturel pour vos plantes d’intérieur. Les composteurs d’intérieurs ou lombricomposts sont en vente dans le commerce pour un prix encore élevé, mais les bricoleurs seront ravis d’en concocter un « fait maison ». Le principe est simple : dans un compartiment étanche, des vers se [ 30 ]</pre></div> <div class='panel' id='p31'><pre>nourrissent de nos déchets organiques et les réduisent en humus. Pas d’angoisse, vous ne verrez rien, c’est promis ! Mais vous obtiendrez un véritable terreau et du jus fertilisant pour vos plantes d’intérieur. JE DÉGIVRE RÉFRIGÉRATEUR ET CONGÉLATEUR Pensez à le dégivrer au moins tous les trois mois. Une couche de givre de 3 mm augmente de 30 % votre consommation en énergie ! Après avoir débranché vos appareils pendant une petite heure (pour que le givre fonde), 4 quelques astuces permettront de les rendre à nouveau opérationnels : une eau vinaigrée (50 % eau, 50 % vinaigre blanc) fera office de détergent et éliminera la saleté. Un jus de citron dilué dissipera les éventuelles mauvaises odeurs. Exit les frigos insalubres et gourmands en électricité… qui font froid dans le dos ! DANS LES TOILETTES : JE RÉAMÉNAGE MA CHASSE D’EAU Un Français consomme chaque jour 150 litres d’eau : 10 fois plus qu’un habitant du Sahel ! À ce chiffre astronomique, il est possible de soustraire une quinzaine de litres simplement en réaménageant votre chasse d’eau. Plusieurs solutions se présentent : placer une bouteille remplie d’eau ou installer une plaquette WC (12 euros, l’unité) dans le réservoir. À chaque chasse, l’économie d’eau réalisée est équivalente au volume de la bouteille 5 dans le premier cas et à 3 ou 4 litres dans le deuxième cas, soit plus de 5 000 litres par personne et par an ! Et pour les plus audacieux, sur l’échelle des solutions économes en eau, la mise en place de toilettes sèches arrive en première position ! DANS LA SALLE DE BAINS : JE RALENTIS LE DÉBIT DE MON ROBINET Un robinet standard a un débit minimum de 12 litres par minute, bien plus qu’il n’en faut pour se brosser les dents ou se laver le visage ! Afin de pallier ce gaspillage quotidien, vous pouvez installer un aérateur d’eau sur le bec du lavabo de votre salle de bains. Il permettra de réduire le débit de moitié, voire des deux tiers. En magasins, vous le trouverez sous d’autres noms comme « mousseur hydroéconome » (de 5 à 9 euros). Une goutte d’eau dans votre budget mais un beau geste pour la sauvegarde de l’or bleu. 6 JE ME FAIS BEAU/BELLE AVEC DES COSMÉTIQUES BIO Les Français ne plaisantent pas avec la coquetterie ! Chaque habitant utilise en moyenne 27 produits cosmétiques différents par an. Ces articles de beauté, souvent le fruit d’une industrie chimique, peuvent se révéler nocifs pour notre santé et dangereux pour notre planète. Privilégiez des produits naturels pour prendre soin de votre peau et de vos cheveux. Et même si les cosmétiques bio sont de plus en plus présents dans les magasins, pourquoi ne 7 pas tester quelques recettes naturelles et reconnues ? Un masque hydratant au yaourt, un gel douche au savon d’Alep et à l’huile de lavande, etc. De quoi faire peau neuve au naturel ! DANS LA CHAMBRE : JE CHAUFFE MON LIT AVEC UNE BOUILLOTTE Nul besoin de surchauffer votre chambre pour atteindre une température confortable au lit. Avant de vous coucher, glissez une bouillotte sous la couette. Il est conseillé d’utiliser plutôt les bouillottes remplis de noyaux de cerises ou encore de graines d’épeautre. Il suffit de les chauffer au micro-onde pour que la chaleur se diffuse progressivement. D’une façade à 8 l’autre, du nord au sud, la chaleur ne s’installe pas de la même façon dans vos pièces : pensez à adapter le chauffage de chaque chambre, séjour ou salon en fonction de son exposition, de sa situation ou de l’isolation… Cela vous évitera également quelques factures de chauffage salées. DANS LA BUANDERIE : JE FABRIQUE MA PROPRE LESSIVE Facile, très économe et écologique, cette potion magique à fabriquer chez soi rendra votre linge propre et parfumé. Diluez dans un bidon de lessive vide : 3 litres d’eau bouillante, 150 g de savon de Marseille râpé grossièrement, 4 gouttes d’huile essentielle, et du citron éventuellement pour blanchir. Secouez allégrement et votre lessive « maison » est prête ! Cette recette ne coûte que 25 cents les 3 litres, soit près de 50 fois moins chère 9 que la lessive du commerce ! Et comme assouplissant, un verre de vinaigre blanc fera parfaitement l’affaire. DANS TOUTE LA MAISON : J’ADAPTE MES LAMPES À MES BESOINS Les ampoules économes fluoro-compactes sont désormais bien connues pour éclairer tout en limitant la consommation d’énergie. Cependant, il est inutile et inefficace de remplacer vos ampoules classiques par des ampoules économes dans les lieux de passage comme les couloirs et les toilettes. Les lampes économes sont en effet longues au démarrage, et donc peu adaptées aux zones d’éclairage de courte durée. 10 De nouvelles venues arrivent progressivement dans les rayons des magasins : les ampoules LED (diode électroluminescente). Pour votre lampe de chevet ou de bureau, vous aurez devant vous entre 50 000 et 100 000 heures de lecture assurées ! Avec ces conseils, vous économiserez de l’électricité sans vous abîmer les yeux. AN TO N I O JI M ÉN E Z ALONSO - FL E U R SUIJTEN / W W W .S X C.H U [ 31 ] Plus de tuyaux sur www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p32'><pre>[COCOONER] DESIGN &amp; RECYCLAGE AVEC Par Élise Morin Grâce au tri et au recyclage, les emballages ne sont plus des déchets mais deviennent de véritables ressources pour le futur. En partie réutilisés pour un usage identique, ils permettent aussi d’inventer de nouveaux objets, de nouvelles formes, notamment dans le domaine de l’art. C’est pourquoi Michelle Brand a bon fond Michelle Brand transforme les fonds des bouteilles plastiques en cascades de fleurs cristallines. L’artiste britannique traque avec élégance : le « jetable », les mauvaises habitudes de consommation et nos regards endormis sur les objets du quotidien. DES BOUTEILLES EN FLEURS Ainsi, sa collection de luminaires suspendus « Cascade » est fabriquée avec des fonds de bouteilles en plastique transformés en fleurs d’une beauté féerique et d’une grande douceur. Simplement découpés, polis à la main et assemblés avec patience, les plastiques forment un « tissu » décoratif qui se décline en abat-jour, cloison ou installation. Pour collecter de 100 à 150 bouteilles par semaine, Michelle Brand travaille en étroite collaboration avec « Emerge », une structure pionnière qui sensibilise individus, entreprises et communautés au bien-fondé du recyclage. Dans ce petit laboratoire, elle anime des ateliers pour mobiliser les éco-designers au « slow design », une philosophie qui fait écho au mouvement international « slow food », né en Italie dans les années 80 pour lutter contre la culture fast et encourager de saines pratiques alimentaires. D R Après un master de design et d’architecture bioclimatique à l’université de Manchester, Michelle Brand s’intéresse à la gestion des déchets. Elle conçoit l’habitat comme un micro « écosystème » créatif dans lequel il est possible d’expérimenter des solutions à échelle humaine pour défier le gaspillage. « Beaucoup de ressources, de temps et de matériel passent dans la production, mais la fin de vie de ces objets nous appartient, explique-t-elle. Nous nous devons de récupérer cet investissement grâce à une nouvelle utilisation. » « LE SLOW DESIGN » En opposition à la notion de productivité, à la standardisation de l’industrie et à la frénésie de consommation, les objets « slow » sont uniques et conçus en respectant le temps nécessaire à la qualité. Les matériaux sont recyclés, les techniques de fabrication traditionnelles et artisanales. En offrant une seconde vie aux objets ordinaires, le slow design condamne en douceur notre vision du « jetable ». Après la transformation de ces produits de série, et leur renaissance en cascades de lumières, on se surprend à oublier leurs humbles origines. Aucun fard pourtant n’aura été nécessaire pour sublimer le plasti- que : il aura fallu du temps et seulement du temps pour doner tant d’élégance à nos déchets ménagers. [ 32 ]</pre></div> <div class='panel' id='p33'><pre>Coca-Cola, au-delà de sa politique de réduction de ses emballages, encourage les consommateurs à trier, recycler, réutiliser, bref, à faire du neuf avec du vieux. Tour d’horizon de quelques-uns de ces génies du recyclage dénichés par Néoplanète. Fabrice Peltier Emballé c’est signé ! ! Expositions, livres, conseils aux entreprises et bien sûr créations, Fabrice Peltier prend tous les chemins pour faire évoluer les mentalités et transformer les déchets d’emballages en œuvres d’art. Le recyclage, Fabrice Peltier connaît ! En 1983, le designer crée P’Référence, société spécialisée dans la création design packaging. Il devient ainsi l’un des pionniers dans le domaine : en vingtdeux ans, l’agence aura créé plus de dix mille packagings ! Adepte de l’éco-design dès la première heure, Fabrice s’est attaché à expliquer son métier au travers de deux ouvrages : L’Eau, source d’innovations, ainsi que La Boîte, solution d’avenir, aux éditions Pyramyd. Récemment nommé expert pour le design packaging auprès de l’Organisation des Nations unies pour le Développement Industriel (ONUDI), il aide aussi les sociétés à améliorer leurs emballages afin de développer leurs exportations. Et en qualité d’éco-designer, il s’implique aussi auprès des entreprises dans une démarche de recyclage… artistique. Ainsi, avec le soutien de Coca-Cola Entreprise et la Ville de Paris, Fabrice Peltier a mis en place pour Noël des illuminations de rues. Il a utilisé pour cela des lustres composés de 45 bouteilles plastiques chacun, et fait pousser des arbres de quatre mètres de haut fabriqués avec 1 200 bouteilles par pied. L’objectif était bien sûr de sensibiliser l’opinion au recyclage dans une période de consommation particulièrement marquée. Fabrice Peltier a ouvert en 2008, à Paris, la Design Pack Gallery : un espace unique au monde spécialisé dans l’art du design packaging. Il y organise, à partir du 29 mars, l’exposition « ‘R’ de Recyclage - La seconde vie des emballages », et révèle ainsi au grand public comment ces emballages peuvent servir de matière première à de nombreux artistes. Quand de simples bouteilles deviennent des lustres, alors les tes se transforment en… cagetbibliothèques. P H O T O S : D R Plus d’infos : www.designpackgallery.fr [ 33 ]</pre></div> <div class='panel' id='p34'><pre>[PLUS BELLE SERA LA TERRE] Une vie de bourgeon… Quand le printemps arrive, après des mois de dormance, la nature revit. Augmentation de la lumière grâce aux jours plus longs, et remontée des températures sont les facteurs déclenchants de ce nouveau cycle. Les bourgeons sortent, les premières feuilles et fleurs apparaissent comme par magie. Ce n’est en réalité que l’aboutissement d’un lent processus commencé six mois à un an plus tôt… Fo t o l i a À l’automne, le manque de lumière ralentit la production de la biomasse végétale. Puis les températures froides bloquent la circulation de la sève, entraînant la chute des feuilles sur les plantes caduques et le repos végétal. Les bourgeons sont déjà formés et attendent patiemment leur heure. Le froid hivernal, favorisant le sommeil des bourgeons, est nécessaire aux espèces tempérées qui poussent sous nos climats. Sans cette période, la végétation ne reprendrait pas avec vigueur ensuite, et le cycle végétal en serait fortement perturbé. Sans hiver, nous n’aurions pas de jardins aussi beaux et productifs à la belle saison ! Le réchauffement progressif du sol au printemps entraîne chez la majorité des plantes une augmentation de l’activité des racines. Ces dernières puisent les éléments nutritifs et les minéraux nécessaires à la plante. Cet apport crée une pression qui se dirige vers le haut de la plante, c’est la montée de sève. Les bourgeons, jusqu’alors protégés du froid par leurs écailles, s’ouvrent alors avant de laisser place à [ 34 ] La photosynthèse, c’est quoi ? Les plantes ont besoin de quatre éléments : l’eau, la lumière, le dioxyde de carbone et les minéraux du sol. Les pigments de la chlorophylle absorbent d’abord l’énergie lumineuse et la transforment en énergie chimique. Cette énergie sert ensuite à assimiler le carbone (C) du C0 2 qui en réagissant avec l’eau produit du glucose. Le dioxygène (O 2 ) sera relâché dans l’atmosphère. Le glucose entre enfin dans le processus de fabrication de la matière organique. Ce processus est vital pour notre planète car, sans cette formidable biomasse absorbant le gaz carbonique et rejetant de l’oxygène dans l’air, aucun être terrestre ne pourrait respirer ! La plantation renouvelée d’espèces très diversifiées devient donc primordiale dans notre monde rejetant toujours plus de CO 2 . une magnifique fleur ou un savoureux fruit. Alors, tous au jardin ! Allons observer ce qu’il s’y passe et préparons les nouvelles plantations pour perpétuer la biodiversité, garante de la préservation de notre environnement. Plus d’infos sur www.truffaut.com, rubrique « Plus Belle sera la Terre ».</pre></div> <div class='panel' id='p35'><pre>ÉCO KIDS Par Stéphane Aitaissa JE POUPONNE, TU POUPONNES… Place aux petits ! Le site www.la-ptite-prairie.com lance une collection de tee-shirts en coton bio et imprimés uniques ainsi qu’une collection de bodys, pour les plus jeunes, afi n qu’ils adoptent d’ores et déjà la « baby bio attitude »… À DÉVORER SANS FIN Lombres Où s’en vont les objets usés, cassés, dont plus personne ne veut ? Zanna et Deeba vont le découvrir, par hasard, en dénichant un passage vers une ville bien étrange : Lombres. Une sorte de Londres, un peu différent, complètement loufoque où tout ce dont nous nous débarrassons est réutilisé. Parmi les personnages de cet étrange roman, le méchant est particulièrement retors, puisque insaisissable… le Smog ! De China Miéville (Au Diable Vauvert) ; 20 euros. Océans : petites histoires des fonds marins Un très bel album que celui-ci ! Avec la participation de Jacques Perrin, le producteur du fi lm Océans, les auteurs nous entraînent sous les mers grâce à 12 petits contes. L’album est accompagné d’un CD audio qui nous berce tant par les histoires racontées que par le bruit de la mer… Reposant et instructif. De Stéphane Durand, Jacques Perrin et Marc Boutavant (Seuil jeunesse) ; 18 euros. Z’A NOUS LA TERRE Sous la houlette de Nature &amp; Découvertes, la grande fête des enfants dédiée à l’environnement revient pour une seconde édition aux Pavillons de Bercy (Paris XIIe) les 20 et 21 mars prochains. Au programme : deux jours de fêtes, de spectacles, de balades et d’ateliers pour tous les enfants à partir d’un an afi n de mieux appréhender la nature et notre planète, tout en s’amusant. BRAVO À • Toys’R’Us qui propose toute une gamme d’éco-jouets : une voiture de course conçue à partir de matériaux naturels dans un emballage entièrement recyclé, le jeu « Énergie éolienne » pour découvrir l’énergie naturelle ou un doudou bio à serrer dans ses bras en attendant le marchand de sable. STEPHEN R A I N E R/W W W .S X C.H U – D R OOZ OOZ, ça ne veut rien dire, nous sommes d’accord. Mais ZOO, tout de suite ça vous évoque déjà plus ! Des visiteurs qui regardent des animaux dans les cages … Et si nous nous mettions à leur place et que l’on scrutait de l’autre coté des barreaux, nous verrions sans doute de drôle de choses… De Thierry Dedieu &amp; Compagnie (Gallimard jeunesse) ; 15 euros. Par Fred Ricou www.leshistoiressansfin.com ÇA BIBERONNE ! Il s’appelle « Gaston » et c’est le premier biberon sans bisphénol A de la gamme Cloud. A noter que toutes les autres parties du biberon – capuchon, bague et pastille de transport – sont également sans bisphénol A. Côté tétine, sa composition est à 96 % de caoutchouc naturel (et non de latex) et non allergisante. Allez, bon appétit ! [ 35 ]</pre></div> <div class='panel' id='p36'><pre>[cocooner] ZESTS Par Stéphane Aitaissa Complètement cintrés ! C’est fou : sur les 100 à 200 millions de cintres qui viennent chaque année supporter nos vêtements seuls 15 % sont recyclés ! Mais ils vont filer un mauvais coton avec ces nouveaux éco-cintres de Chic Green. Fabriqués en France, en carton recyclé ou en bois certifié PEFC avec un crochet en bioplastique, ils ont déjà été adoptés par les hôtels et les pressings. Ces « Baby », « Lady » et « Daddy », roses ou oranges, devraient bientôt se faire accrocher par le grand public. www.chicgreen.fr Yolaine de la Bigne Jeu de mots Utiliser les lettres de vieilles enseignes de magasins, les détourner, les assembler pour former des mots et des phrases en bois, en zinc ou en bakélite : c’est la belle idée du site de déco design Kidimo. Vos créations sont à accrocher ou à poser, dans la maison, sur votre table, à l’intérieur ou sur votre terrasse. La parole est à votre « home sweet home ». www.kidimo.com pierre à gratter Une maison écolo n’est pas nécessairement une yourte minimaliste où s’entassent quelques irréductibles. On connaissait déjà le parpaing en terre cuite, le béton cellulaire, le bois ou encore la terre. Voici maintenant la pierre ponce. Cette roche volcanique contient d’innombrables bulles d’air qui en font un isolant acoustique et thermique exceptionnel. Écologique à la fabrication comme à l’utilisation, la brique Monomur est aussi ignifuge, anti-humidité, anti-moisissures et empêche la prolifération des acariens, des bactéries et autres virus. Que demander de plus ? www.monomur.com Christofer Jauneau Ça cartonne ! Le carton est décidemment tendance côté déco ! Tandis que Cocobohème lance le « sans dessusdessous », tabouret d’un côté, guéridon de l’autre tout en carton (80 euros), Myfab propose quatre écochairs (129 euros) en forme de lettres (Z, b, G, E) et un étonnant canapé Flexilove ( à partir de 199 euros), en carton et bois 100 % recyclés. Le plus : il s’étire comme un accordéon en fonction des besoins et des envies. Bravo à • www.pages-energie.com, premier portail collaboratif dédié à l’éco-habitat. Il permet notamment aux particuliers d’entrer en relation avec les éco-acteurs qualifiés (installateurs, artisans, bureaux d’études…) afin de piloter et de structurer leur projet d’éco-construction ou d’éco-rénovation. [ 36 ]</pre></div> <div class='panel' id='p37'><pre>votre future CUISIne Tri, traitement et stockage des déchets solides, utilisation, récupération et recyclage de l’eau, gestion des déchets organiques…. Tout est sur place ! Avec ce projet Ekocook , Victor Massip et Laurent Lebot veulent réduire l’empreinte carbone de nos cuisines. Carte blanche 2010 attribuée par le VIA* dans le cadre de l’exposition « Aide à la création Via 2010 ». Jusqu’au 7 mars à la galerie VIA : 29, avenue Daumesnil, Paris XII e . * (Valorisation de l’innovation dans l’ameublement) « Respekt» pour la maison bioclimatique « Villa Concept », première « Maison Respekt » à voir le jour un an après le concours lancé par Rockwool, vient de remporter la médaille d’or de l’Union des Maisons Françaises (UMF) dans la catégorie « Maison à énergie positive ». Située dans le Sud de la France, à Pelissanne (Bouches-du-Rhône), cette villa de 148 m² ne consomme qu’entre 35 et 45 kWh/m²/an. Elle se distingue aussi par ses larges baies vitrées, son toit végétal et ses panneaux solaires. Entièrement isolée en laine de roche Rockwool, c’est a priori la première d’une longue série : elle est en effet accessible pour 200 000 euros ! www.maison-respekt.fr Fabienne Broucaret excusez du pneu Conçu pour l’intérieur comme pour l’extérieur, ce modèle « Tempête » à 182 euros, signé François Liguori, est fabriqué à partir de pneus recyclés.. Une autre création du designer, réalisée avec de fines lamelles d’aluminium de récupération, est également disponible. (« Zest », 200 euros). www.meublesindustriels.com S.A. Un salon de premier plan Nouveaux matériaux, nouvelles pratiques, nouveaux savoirs, nouvelles exigences techniques et réglementaires… parce que l’architecture doit faire face à un profond bouleversement, la 3 e édition de la Biennale de l’habitat durable, à Grenoble, promet d’être passionnante ! L’architecte Françoise-Hélène Jourda sera la commissaire générale de ces six jours d’événements : ateliers, conférences européennes et salon du bois, expos, visites de bâtiments performants, échanges et formation professionnelle avec un final en beauté : la remise du prix de l’Habitat durable et du prix de la Rénovation thermique par « Môssieur » Frédéric Taddeï luimême. Alors c’est ce soir ou jamais ! À Grenoble, du 19 au 28 mars 2010. www.biennalehabitatdurable.fr Yolaine de la Bigne [ 37 ] p h o t o s d r</pre></div> <div class='panel' id='p38'><pre>[SAVOURER] Jackpot AU LAIT En véritable « addict » du lait, Sonia Ezgulian s’est amusée à concevoir des recettes originales uniquement à base du précieux breuvage. Et nous sert la crème de la crème… Propos recueillis par Stéphane Aitaissa La cuisinière-écrivaine, Sonia Ezgulia multiplie les expériences avec inventivité. EM M A N U E L AU G E R Vous avez un parcours atypique avec un passage du journalisme à la cuisine… Oui, même si la cuisine a toujours fait partie de ma vie. Je suis née dans une famille arménienne, de parents maraîchers. J’ai donc toujours eu un rapport aux produits de la nature, et quelque part à la cuisine. Après dix ans passés à Paris- Match à la rubrique « Art de vivre », où j’ai notamment réussi à imposer une chronique gastronomie, j’ai finalement décroché pour enfiler le tablier… Ça s’est imposé comme une évidence ? En quelque sorte. Mais je me définis comme une femme du quotidien, entendez par là que j’aime faire la cuisine de tous les jours. Et à une certaine époque, il me paraissait totalement incongru de le faire pour des inconnus. Pour moi, c’est un acte d’amour que l’on partage avant tout avec les siens. Puis je me suis rendu compte que c’était un moyen d’expression incroyable. Lorsque l’on voit le travail des grands chefs, c’est une vraie leçon. Et un moyen de parler aux gens mais de façon gustative. Prenez-vous en considération le problème de l’industrie bovine dans le choix de vos produits ? Évidemment, j’aime aller à la rencontre des petits producteurs sur les marchés, écouter leurs histoires, savoir où les bêtes ont été élevées, avec quel type de nourriture. Car la qualité du lait peut varier en fonction de l’alimentation de la vache, herbe ou foin par exemple. Et, sauf pour le lait, il m’arrive aussi d’acheter bio, ma farine, mes graines et mes huiles le sont. Est-ce votre addiction au lait qui vous a poussé à imaginer ces recettes dans votre ouvrage Le lait, dix façons de le préparer ? J’adore boire un verre de lait, c’est un délice. J’en abuse même parfois, si bien que les médecins me rappellent à l’ordre car, comme pour toute chose, gare aux excès ! C’est vrai que c’est un ingrédient méconnu, assez peu utilisé mais très intéressant à cuisiner. Et il n’est pas cher, c’est un atout important. Je le considère comme les épices et je l’utilise avec la même parcimonie. Mais je veux sentir sa présence. Le lait qu’on ajoute dans une tarte et dont on ne sent pas le goût, ça ne m’intéresse pas. N’est-il pas un ingrédient restrictif dans l’élaboration d’un plat ? Non, on peut le cuisiner cru, juste poché, travailler la peau de lait, etc. J’adore par exemple faire pour les enfants des crêpes fourrés à la peau de lait, elles sont bien meilleures que celles nappées de pâte à tartiner. Et puis la palette des produits laitiers en général est si vaste que l’on peut même faire découvrir des produits d’exceptions à ses invités. La crème de Bresse, par exemple, ou le vacherin Mont d’Or sans oublier des recettes comme le chapon au lait de truffes ou les morilles séchées. LA POLÉMIQUE DU LAIT ? C’est le même souci que pour la viande : l’image de vaches paissant tranquillement dans les prés cache une autre réalité. Car si on ne les tue pas pour obtenir du lait, elles finissent néanmoins à l’abattoir lorsqu’elles ne peuvent plus produire. Attention donc au leurre qui consiste à penser que consommer des produits laitiers n’implique aucune souffrance animale. Pour produire, notamment en quantité industrielle, il est nécessaire que la vache mette bas, indépendamment des traitements qu’elle subit pour donner plus. Cependant, le veau lui est retiré quelques jours après sa naissance car, si on le laisse téter, la vache contrôle et freine la descente de lait et par conséquent réduit sa productivité. Si c’est une femelle, elle ira rejoindre d’autres vaches laitières. Si c’est un mâle, tout dépendra de la qualité de sa chair. Mais quel que soit le type d’élevage, sachez que vaches et veaux finiront tous à l’abattoir. Le lait, comme la viande implique donc une consommation raisonnable et raisonnée… [ 38 ]</pre></div> <div class='panel' id='p39'><pre>✂ Sandwiches de poire au charolais frais Recette de Sonia Ezgulian pour la Collective des produits laitiers INGRÉDIENTS 2 poires Williams un peu dures 200 g de charolais bien frais 1 citron jaune 1 cuillerée à soupe de miel de châtaignier 2 pincées de poivre mignonette PRÉPARATION Écrasez avec une fourchette le charolais frais avec le miel et le poivre mignonette. Avec une mandoline, émincez huit lamelles de poire dans la partie la plus longue du fruit (conservez le reste pour en faire une salade). Citronnez-les pour éviter qu’elles ne noircissent. Déposez une bonne cuillerée à café de charolais au miel entre deux lamelles, pressez légèrement pour répartir le fromage sur toute la surface et servez. Beurres aromatisés Recette de Sonia Ezgulian pour la Collective des produits laitiers INGRÉDIENTS 50 g de beurre doux 1 demi-cuillerée à moka rase de thé matcha en poudre 50 g de beurre demi-sel 1 pincée de paillettes d’algues mélangées 50 g de beurre demi-sel 1 cuillerée à café de poudre de tomates séchées (épiceries fi nes) 50 g de beurre doux 1 pincée de cumin P H O T O S : N.CA R N E T - CNIEL PRÉPARATION Faites ramollir chaque quantité de beurre séparément dans un petit bol. Ajoutez la poudre de thé matcha dans un bol, malaxez et formez un petit palet de beurre. Réservez au frais. Renouvelez l’opération avec les autres parfums. Enveloppez les palets de beurre dans du papier calque alimentaire blanc irisé et dressez le tout sur un petit plateau. ✂ [ 39 ] Plus de recettes sur www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p40'><pre>[savourer] Par l’équipe de www.mescoursespourlaplanete.com vent et appellent à manger moins de viande. Il ne s’agit plus de médecins mettant l’accent sur les problèmes de santé qu’une surconsommation peut engendrer, mais bel et bien de l’appel de militants écologistes nous invitant à sauver la planète ! La production de viande rouge (bovine) - en dehors de la culture biologique ou de la production fermière locale - générerait deux à trois fois plus d’émissions de gaz à effet de serre que la viande blanche. Elle représente à elle seule, 9 % du total des émissions de CO 2 dans le monde, soit plus que le secteur des transports ! Étant donné le nombre d’experts qui conseillent de réduire sa consommation, l’occasion est peut-être belle pour privilégier fruits et légumes, et redécouvrir céréales et légumineuses, tout aussi riches en protéines ! Cuisine de saison La viande Autrefois considérée comme un aliment de luxe réservé aux grandes occasions et aux familles aisées, la viande est dans nos assiettes quasi-quotidiennement. Sa consommation a plus que doublé depuis cinquante ans. Pour faire face à cette demande, sa production a connu de profondes évolutions. Partout dans le monde, les petites exploitations familiales ont disparu au profit d’élevages spécialisés et intensifs, concentrés dans les mains de quelques grands groupes industriels. Outre une amélioration du rendement, sa consommation a généré de lourds impacts sur l’environnement au point que désormais, de nouvelles voix s’élèle bio sur un Plateau Pleine Nature vous concocte des plateaux repas bio et vous les livre au bureau. Trois menus au choix : bio, gourmand ou équilibré. Les plats sont conçus par un chef cuisinier, avec fruits et légumes de saison, produits issus de l’agriculture biologique, et un approvisionnement au plus près pour limiter l’impact sur le transport et garantir la fraîcheur. Un spécialiste s’assure de leur apport nutritionnel : protéines animales, végétales, acides gras et vitamines. Les légumes sont préparés dans un laboratoire certifié AB, tandis que la cuisson et la taille des aliments sont ajustées pour jouer sur les variations de textures ! Le tout est joliment présenté dans un packaging en carton coloré recyclable, les couverts sont proposés en option. [ 40 ]</pre></div> <div class='panel' id='p41'><pre>DÉCRYPTER LES ÉTIQUETTES ? LE LABEL DEMETER Les produits labellisés Demeter sont issus de l’agriculture biodynamique qui utilise uniquement des méthodes naturelles tenant compte des rythmes saisonniers et des infl uences cosmiques (Lune, Soleil, planètes…). Comme tous les labels d’agriculture biologique, il porte essentiellement sur la phase de production agricole mais pas sur l’ensemble du cycle de vie. Ainsi, il ne dit rien sur les emballages, le transport ou la transformation, pas plus que sur l’équilibre nutritionnel des produits élaborés. Un label malgré tout exigeant, mais encore peu courant : les produits portant le logo ne se trouvent généralement pas en grande distribution mais dans les magasins bio. BIOCOOP DIT « EAU REVOIR » L’enseigne engagée Biocoop, leader du bio en France avec 320 magasins, a bien retiré l’eau en bouteille plastique de ses étalages, quel qu’en soit le format : 50 cl, 1,5 litre et 5 litres ! Cela au profi t d’alternatives de fi ltration (carafes, fi ltres sur robinet, osmoseur inverse). Cette décision, écologique et commerciale, fait suite à deux ans de débats et d’études qui concluent que « l’eau en bouteille est une véritable aberration écologique, un luxe qui coûte trop cher à la planète ». Au total, selon l’enseigne, l’initiative devrait permettre d’économiser 1, 6 million de bouteilles d’eau par an, soit environ 70 tonnes de plastique ! 14% C’est la part moyenne du budget dépensé par un Français pour se nourrir. Soit trois fois plus en 1960 ! Nous nous sommes habitués à payer de moins en moins chers nos aliments, achetés aux deux tiers dans les grandes surfaces qui tirent sur les prix. Dans le même temps, il semble qu’on ait perdu de vue leur valeur nutritionnelle, gustative et écologique. Une alimentation plus saine et naturelle, voire biologique, coûtera sans doute plus cher… simplement parce que les prix bas d’aujourd’hui sont arbitraires. Selon Lylian Le Goff, médecin impliqué depuis de nombreuses années dans la prévention alimentaire, le prix des aliments issus de l’agriculture conventionnelle serait multiplié par deux, voire trois ou quatre, s’il refl était leur coût global pour la santé des hommes et pour la planète. Être prêt à payer 100 euros pour un téléphone portable mais pas plus de 2 euros pour les repas des enfants à la cantine ? Peut-être est-il temps de dépenser différemment… D R – G &amp; A SC H O L I E R S - AN D R Z E J GD U L A - JE A N SCHEIJEN - PATRICK NIJHUIS / W W W .S X C.H U [ 41 ]</pre></div> <div class='panel' id='p42'><pre>[SAVOURER] Par Stéphane Aitaissa TRUFFÉS DE PLAISIR Véritable diamant noir, la truffe débarque dans les assiettes du chef Stéphane Duchiron. Depuis ses cuisines, il nous concocte un menu en neuf étapes autour de ce champignon unique allié à des produits authentiques. À la carte : œuf de poule bio au plat, truffes du Tricastin, lard croustillant et brioche juste toastée, velouté chaud de potimarron aux truffes, ravioles d’échalotes grises de Champagne aux truffes ou encore salade de choux-fleurs graffitis et truffes. À découvrir au restaurant Le Fougère : 10, rue Villebois-Mareuil, Paris XVII e . www.restaurant-les-fougeres.com D R - GU Y DU R A N D- JE A N SCHEIJEN / W W W .S X C.H U LE TÉFLON, ÇA NE COLLE PLUS ! Jugés cancérigènes outre-Atlantique, certains anti-adhésifs comme le téflon font désormais l’objet d’une véritable fronde menée par l’Environmental Working Group (EWG). Cette puissante organisation environnementale américaine conseille de ranger au placard toutes ses poêles en téflon ainsi que les ustensiles en céramique qui se désagrègent lors de la cuisson. Que faire ? Opter pour la bonne vieille casserole en fonte, en inox ou en acier inoxydable. L’occasion de ressortir le service offert par grand-mère… www.ewg.org/node/27686 (guide pour les ustensiles de cuisine sains en anglais). JE TARTINE… Petit déj’ ou goûter, vos papilles vont s’émerveiller avec la nouvelle gamme de produits Ethiquable : pâte à tartiner (3,19 euros, le pot de 220 g), pâte de cajou (3,95 euros, le pot de 220 g) et miel de longanier (4,95 euros, le pot de 400 g). Faites des réserves, l’hiver est rude ! BRAVO À [ 42 ] Au Domaine de Regusse. Qualifié « agriculture raisonnée » et certifié Terra Vitis ® , le domaine a décidé d’engager l’ensemble de son exploitation et de ses vignobles dans une démarche de viticulture durable. Bueno vino ! www.domaine-de-regusse.com B.A.B-A QUE VEUT DIRE LE TERME « ŒUF FERMIER » EN LABEL ROUGE OU BIO ? La mention « œuf fermier » reconnue par la loi française stipule que ce type d’œuf provient de poules pondeuses élevées en plein air (Label Rouge) ou selon le mode de production biologique. • L’exploitation est limitée à 6 000 poules. • Les œufs sont ramassés et triés tous les jours à la main. • L’alimentation doit contenir au moins 65 % de céréales (complétées de protéines végétales, vitamines et minéraux). Le plus du bio : des matières premières issues de l’agriculture biologique. • Côté traçabilité, le nom et l’adresse du propriétaire doivent impérativement figurer sur l’emballage.</pre></div> <div class='panel' id='p43'><pre></pre></div> <div class='panel' id='p44'><pre>[bouger] Dès 2003, le groupe Colas, leader mondial de la construction de routes, a réalisé une analyse du cycle de vie des structures des chaussées. Cette étude a démontré que la construction de routes avec du béton de ciment, ou des enrobés à chaud, consommait plus d’énergie et produisait jusqu’à dix fois plus de gaz à effet de serre que d’autres techniques de réalisation. C’est le cas pour le traitement des sols en place à froid ou le joint actif, système de préfissuration des chaussées qui permet aussi une économie de coût et d’entretien. Moins de pollution, moins cher, moins contraignant : trois bonnes raisons de le développer ! « En chaussée neuve, les structures les plus nocives sont les bétons de ciment, les moins polluantes sont à base de techniques à l’émulsion de bitume », indiquent les spécialistes de Colas. Ils soulignent également l’intérêt du recyclage de la matière et relativisent au passage l’impact de la construction des routes sur l’environnement : « Sur une trentaine d’années, selon que le trafic soit faible ou fort, la circulation des véhicules consomme 10 à 345 fois plus que la construction et l’entretien durant la même période ». Depuis cette étude, le groupe a lancé un revêtement avec un liant utilisant de la matière végétale. Un bitume qui mange les mauvaises particules Eurovia, un autre spécialiste du BTP, a également travaillé sur des bitumes plus écologiques en collaboration avec la société japonaise Mitsubishi Materials. Au programme : la dépollution atmosphérique avec un revêtement capable de manger les NOx : de vilaines particules d’oxydes d’azote rejetées par les voitures. Adieu les pics de pollution ! Et bonjour Noxer, un enduit qui joue avec la réaction de photocatalyse de l’oxyde de titane. Selon les résultats des essais délivrés en laboratoire et après des tests lors d’une journée ensoleillée, 90 % des gaz pollués qui viennent au contact de la chaussée seraient éliminés. C’est à Dinan, en Côtes-d’Armor, que ce procédé a été pour la première fois appliqué. Alors, pourquoi ne pas faire produire l’énergie par les routes ? Justement ! Inno wattech, une société israélienne, innove via Sur la route du futur... Voiture électrique, hybride, à l’éthanol… Les constructeurs automobiles changent de cap pour satisfaire l’impérieux besoin de préserver notre Terre. Les constructeurs de route, eux, creusent des chemins de traverse et s’installent dans la course. Il n’y a pas que les véhicules qui changent. Il y a aussi les routes ! Par Vincent Rondreux [ 44 ]</pre></div> <div class='panel' id='p45'><pre>une technologie qui intègre des cristaux piézo-électriques dans les revêtements de routes. Le but ? Récupérer l’énergie des véhicules et celle générée par les variations de températures. Sans compter, à très court terme, sur la contribution des multiples capteurs que l’on pourra installer à la fois sur la chaussée et, bien sûr, dans les voitures. De la route qui « parle » aux véhicules à la voiture qui « scanne » la route, le tout connecté aux régulateurs de vitesse, il est dès lors possible d’imaginer de multiples améliorations en termes de sécurité, de fluidité du trafic et, in fine, de consommation de carburant. Sauf bien sûr si… les progrès effectués ne compensent pas l’augmentation du nombre de voitures et des kilomètres parcourus. DES PANNEAUX SUR L’AUTOROUTE… Et puis, s’il y a de nouvelles voitures, avec de nouvelles énergies, ce sont également de nouveaux paysages qui doivent logiquement se dessiner. Exemple sur l’île de la Réunion où vient d’ouvrir la route des Tamarins, quelques dizaines de kilomètres d’autoroute nord-sud perchées sur les hauteurs et jouant à saute-mouton dans la montagne. Le Conseil régional de la Réunion - dont l’objectif est le 100 % énergie renouvelable - s’est posé la bonne question : comment y intégrer l’énergie solaire ? Parmi les options possibles : équiper les aires de repos et doter certains tronçons de panneaux solaires, lesquels soient capables bien sûr de résister aux cyclones de la région. L’Agence régionale de l’énergie de la Réunion (ARER) estime que l’on pourrait couvrir 132 hectares, soit environ « 150 à 180 mégawatts crête de puissance solaire sur environ 70 % de la route… ». Au final, il s’agit de « transformer positivement l’impact sur le paysage » en développant au passage un nouveau concept sur les aires de repos : le HUB H2-Solaire, véritable « centre d’affaires multifonction avec services, commerces, restaurant panoramique, tertiaire, station hydrogène, recharge rack électrique… ». Et bien sûr, l’hydrogène et l’électricité seraient fournis par les panneaux solaires de la couverture, elle-même pouvant récupérer l’eau de pluie. Belle feuille de route ! JEFF HIRE / W W W .S X C.H U [ 45 ] Envie de bouger ? www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p46'><pre>[Bouger] ZESTS Par Stéphane Aitaissa Glissez durable Cet hiver, les fabricants de skis ne manquent pas d’imagination pour relever le défi de l’éco-conception. La preuve par quatre. Par Fabienne Broucaret Pionniers Les skis Grown sont fabriqués à partir de cendres, de fibres de basalte et de bois de sapin issu d’une forêt gérée durablement. Pour l’achat d’une paire, une lampe basse consommation vous sera offerte. Récompensée en 2008 par le prix Ecodesign du Salon mondial de l’industrie du sport d’hiver, cette enseigne allemande n’alimente son atelier qu’avec des énergies renouvelables. Son objectif ? Utiliser le moins de matériaux différents dans la fabrication d’un ski afin d’en faciliter le recyclage. 1 200 euros, www.grownskis.com Girls only Les atouts green du modèle pour femmes « Attraxion Echo » de Rossignol sont nombreux : 20 % de fibres de lin, 50 % d’encre en moins par rapport à un ski traditionnel et une semelle composée à 25 % de matières recyclées. Sans oublier le noyau en peuplier issu d’une forêt espagnole gérée durablement, là où sont fabriqués les skis, dans une usine certifiée ISO 14001, une norme environnementale reconnue. 680 euros, avec fixation. Tél. : 04 38 03 80 38. www.rossignol.com Haut de gamme La marque Lacroix vient de sortir les skis LXR HD, un modèle en aluminium et en bois. Sa finition métallique est exempte de tous plastiques et vernis. 1 790 euros, www.ski-lacroix.com d r - d a v i d e g u g l i e m o - w w w .s x c.h u Élégants Les skis « The First » de Styibwe sont en bois labellisé FSC et PEFC (programmes européens des forêts certifiées). Ils sont recyclables à 80 %, la moyenne nationale étant de 35 % dans cette industrie (source Tri-Vallée). La jeune marque utilise le noyau des skis usagés pour chauffer son atelier. Et envoie les carres, la partie métallique qui se trouve sur les bords de la semelle, dans les circuits de récupération de l’acier. Édition limitée à 99 exemplaires, 1 890 euros. www.styibwe.fr Une planche dans le mouv’ ! Avec deux roues pivotant à 360° et une barre de torsion reliant deux plates-formes, The Wave, fabriquée par la société américaine Street Surfing, est une sorte de planche à roulettes qui permet d’avancer par un simple mouvement de « twist » sans poser pied à terre, même dans une montée ! Ça plane pour moi… C.J. [ 46 ]</pre></div> <div class='panel' id='p47'><pre>L’ÈRE DE GÉRARD FELDZER DIRECTEUR DU MUSÉE DE L’AIR ET DE L’ESPACE, AU BOURGET (93) TRANSPORT SUR LE FIL Yolaine de la Bigne. Vous nous emmenez dans les airs aujourd’hui ? Gérard Feldzer. Dans les airs car il s’agit du transport par câble, nous sommes en pleine saison de sports d’hiver, donc indissociable des remontées mécaniques. Aujourd’hui de plus en plus les téléphériques, funiculaires et autres télécabines descendent de leur montagne pour s’installer en zone urbaine. Pas une grande ville qui ne se développe sans y penser. Barcelone, Montréal, Hong Kong, Singapour, Lisbonne ou encore Milan, qui prépare son exposition universelle, toutes investissent dans ce moyen de transport pourtant ancien. Le téléphérique du Pain de Sucre à Rio remonte à 1912 ! Y. B. Et en France ? G. F. En 1955, à Chamonix, la France inaugurait le plus grand téléphérique du monde. Il vous emmène sur l’Aiguille du Midi à 3 800 mètres de hauteur. Record battu par celui de Mérida au Venezuela qui grimpe aujourd’hui à 4 800 mètres. Tous ces systèmes sont basés sur le même principe : la motorisation est au sol et les cabines montantes sont entraînées par les cabines descendantes. Le « tram aérien », comme on l’appelle aussi, coûte moins cher que d’autres modes de transport : pas d’expropriations, une consommation trois fois moins importante qu’un tramway terrestre, cinq fois moins qu’un bus et dix fois moins qu’une voiture. C’est l’un des moyens de transport les plus écologiques. Le leader mondial sur ce marché est une société française : Pomagalski. Créée en 1936 et basée à Grenoble, elle transporte par câble et [ 47 ] par heure près de sept millions de passagers dans le monde. Pomogalski a également installé dernièrement le métrocable de Medellin en Colombie, les nouveaux téléphériques de Rio et de New York. L’entreprise sort même un CycloCable ® qui permet aux cyclistes fatigués de remonter la pente… Y. B. Alors, on va bientôt tous se téléporter ou se télétransporter ? Aller travailler dans le confort, le silence, flottant au dessus des bouchons et des paysages, ce serait possible ? G. F. Pour se téléporter façon « Star Treck », il faudra quand même attendre un peu. Cependant de nouvelles recherches voient le jour, comme la téléportation quantique par exemple. Pour ma part, j’essaie désespérément de me téléporter chaque matin de mon lit à la douche ! J’espère y arriver un jour... Retrouvez Gérard Feldzer dans « Circulez, il y a le monde à voir ! » sur la web-radio de Néoplanète : www.neoplanete.fr GARDEZ LE CONTRÔLE ! Dekra Automobile, le leader du contrôle technique, place le développement durable au cœur de sa stratégie en lançant le programme « Mon centre vert ». Sous la forme d’un site Extranet, ce concept permettra à l’ensemble des trois enseignes du réseau (Dekra, Norisko et Autocontrol) de contrôler son impact sur l’environnement. Concrètement, chaque gérant pourra créer virtuellement son centre vert en fonction de diverses options : mobilier écolo, toiture végétale, éclairage basse consommation, isolation renforcée, mur végétalisé, etc. Plus d’infos sur www.dekra-automotive.fr S.A. UNE ALLEMANDE LÉGÈRE COMME L’AIR Et si le futur de la voiture passait par le diesel ? C’est le pari un peu provocant de la société allemande Loremo, avec un modèle diesel à faire pâlir la Prius. Out les systèmes hybrides et autres batteries coûteuses et polluantes : place au minimalisme ! Structure ultra légère de moins de 100 kg, absence de portières, carrosserie en plastique thermo moulé, moteur logé entre les sièges avant et arrière, la Loremo ne consomme que 1,5 l/100 km, une vraie prouesse. Et pour ceux qui oseraient la confondre avec la Tata indienne, sachez que la petite allemande rime aussi avec modernité puisque climatisation, ABS et GPS font partie du package. Avouez qu’un Paris/Nice avec 15 litres de carburant, c’est plutôt tentant ! ww.loremo.com C.J. D R - D A V I D E G U G L I E M O - W W W .S X C.H U</pre></div> <div class='panel' id='p48'><pre>[VOYAGER] Étoiles des NEIGES Rues piétonnes, tri sélectif, respect de l’architecture locale, énergies nouvelles… Les stations de sports d’hiver dévalent les pentes « tout schuss » pour faire respecter leurs montagnes. Tour de piste, à bâtons rompus, des initiatives et des stations vertes trois étoiles. Par Stéphane Aitaissa [ 48 ]</pre></div> <div class='panel' id='p49'><pre>St-Martin-de-Belleville : petite station, grandes actions Nichée au cœur de la Savoie et du domaine des 3 Vallées, Saint-Martinde-Belleville offre de nombreux vallons sauvages et des espaces naturels protégés abritant une faune et une flore très diversifiées. Signataire de la Charte nationale en faveur du développement durable dans les stations de montagne*, le petit village savoyard agit. Une partie de l’énergie utilisée par les remontées mécaniques est d’origine éolienne ou hydro-électrique et l’huile des moteurs des dameuses est entièrement recyclée. Enfin, le tri sélectif des déchets et le traitement des eaux usées sont également de rigueur. Côté loisirs, la station propose chaque année une journée « Nature en Fête » durant laquelle de nombreuses actions sont mises en place pour promouvoir l’écologie : nettoyage de la commune, pique-nique bio et animations autour de l’écologie. Ça bouge au sommet ! www.st-martin-belleville.com *Cette charte traduit la volonté des maires de stations de montagne d’apporter des réponses concrètes aux évolutions climatiques afin de pérenniser les économies locales et de garantir un tourisme durable. Puy-Saint-Vincent : le tri, c’est par ici ! Labellisée ISO 14001 (norme prescrivant les exigences en matière de management environnemental), Puy-Saint-Vincent dans les Hautes-Alpes allie l’utile à l’agréable au travers de deux grands axes. Les déchets tout d’abord avec pas moins de 43 points de tri répartis sur le site. Une sensibilisation environnementale originale ensuite à travers l’Ice Climbing Ecrins, un rassemblement annuel de glaciairistes internationaux pour une politique de réduction des impacts environnementaux. www.paysdesecrins.com les maires se mobilisent C’est une première en France : 10 stations de montagne ont réalisé le bilan carbone de leurs activités. Les deux principaux émetteurs sont les transports et l’habitat. De nouvelles pistes d’amélioration sont à l’étude pour trouver des alternatives à la voiture : isoler les bâtiments et produire de l’énergie plus propre. Plus d’infos sur www.neoplanete.fr [ 49 ] Plus de voyages sur www. .fr s a n j a gjenero - Ba r ry Meyer / w w w .s x c.h u</pre></div> <div class='panel' id='p50'><pre>[VOYAGER] ORELLE : COQUETS CHALETS Charmante commune regroupée en une dizaine de hameaux au sein de la vallée de la Maurienne, Orelle concentre essentiellement son action autour d’une architecture durable : des maisons en pierre et bois, avec charpentes en mélèze et toitures en lauze. Ici l’environnement porte aussi un autre nom : authenticité. www.orelle.fr LA PLAGNE : DE QUEL BOIS SE CHAUFFE-T-ON ? La célèbre station savoyarde de La Plagne s’équipe d’une chaufferie biomasse afin d’alimenter près de 90 % des besoins locaux, soit une cinquantaine d’immeubles et 90 commerces et bâtiments de Plagne Centre. Voilà un beau projet qui ne risque pas de fondre comme neige au soleil. www.la-plagne.com VAL D’ISÈRE : I BELIEVE, I CAN FLY... Destination touristique de référence, Val d’Isère prend son envol environnemental en participant à la protection et à la sauvegarde des aigles dans le cadre du programme « Save your logo ». Cette initiative mondiale permet à des entreprises de financer des projets de préservation de la biodiversité. www.valdisere.com VALMOREL-VALLÉES D’AIGUE- BLANCHE : LÀ-HAUT ! Au cœur du massif de la Tarentaise, le domaine de Valmorel-Vallées d’Aigueblanche s’étend sur 3 600 hectares [ 50 ] de montagne à travers une nature sauvage et préservée. Ici, l’incidence du bâtiment sur le domaine ne représente que 3 % de la surface grâce en partie à une architecture pensée en fonction du paysage environnant : chalets de pierre et de bois, toits en lauze et façades en trompe-l’œil. Pas de voitures, la station est piétonnière, les trajets se font à ski ou en moon-boots. Enfin, si le vaste domaine de Valmorel comble les skieurs les plus aguerris, il n’occupe que 10 % de l’ensemble naturel du massif local, les 90 % restants étant des espaces vierges. De quoi partir, avec prudence, pour des randonnées sauvages à n’en plus finir ! www.valmorel.com</pre></div> <div class='panel' id='p51'><pre>QU E N T I N HO U YO U X / W W W .S X C.H U APPRENDRE À CONNAÎTRE LA MONTAGNE POUR LA RESPECTER Diffusé dans la plupart des stations de ski, Le C.O.D.E de la montagne 2009-2010 est un guide pédagogique de 16 pages articulé autour de quatre thématiques : Convivialité, Observation, Détente et Environnement. Au programme entre autres : présentation de la montagne (historique, légende, forêts…) écrit par l’Office national des forêts (ONF), éco-gestes à connaître et à appliquer en montagne ou encore quiz ludique sur le recyclage… Indispensable pour les montagnards en herbe comme pour les passionnés de glisse. www.lecodelamontagne.com [ 51 ] Plus de voyages sur www. .fr</pre></div> <div class='panel' id='p52'><pre>[VOYAGER] ZESTS C’EST PAS DU VENT ! Pour s’évader de la frénésie de la civilisation, l’association l’Ami du vent propose des séjours solidaires au cœur du Sahara, à pied ou à dos de dromadaire. Aventure personnelle mais pas solitaire : l’association propose aux voyageurs d’aider les Touaregs du Niger, peuple du Sahara en extrême détresse (soutien scolaire, dons de vêtements, renouvellement du cheptel…). Une aventure qui tient en une seule devise : apprendre de la nature et partager avec l’autre. www.lamiduvent.com. Christofer Jauneau LA PICARDIE, OUI ÇA ME DIT ! Un réseau de pistes cyclables qui traverse 15 000 hectares de massifs forestiers, un paradis de biodiversité à découvrir le temps d’une randonnée, de balades en baie de Somme au Domaine du Val, entre maisons en bois et spectacle de pélicans. La Picardie recèle de petits coins pour souffl er et satisfaire son besoin naturel d’oxygène. Comité régional du tourisme de Picardie. Tél. : 03 22 22 33 66. www.picardietourisme.com S.A. LA RÉUNION VUE DU CIEL Des passerelles suspendues dans les airs qui relient 21 bungalows en bois installés sur pilotis dans les arbres, une végétation luxuriante, des parfums sauvages, le chant des oiseaux…. Bienvenus au lodge Village Nature de Roche Tamarin, dans la Réunion sauvage, au Nord-Ouest entre les villes du Port et de Saint-Denis. www.passiondesiles.com V.R. D R - CRT PICARDIE - SA M BELLET L’ÂME VOYAGEUSE Permettre aux voyageurs de s’entraider tout en réduisant leur empreinte carbone : c’est l’ambition du site evaway.fr, on peut y créer des carnets et itinéraires de voyages ou consulter des visuels interactifs destinés à informer les prétendants à la destination. Au programme : la plantation d’arbres en Indonésie, au Mali et à Madagascar, des zones particulièrement touchées par la déforestation. www.evaway.fr V.R. [ 52 ]</pre></div> <div class='panel' id='p53'><pre></pre></div> <div class='panel' id='p54'><pre>[VOYAGER] ZESTS UN TOUR DE CYCLE EN AFRIQUE À 25 ans, Virgile Charlot a décidé de traverser l’Afrique à vélo depuis Briod, son village du Jura, jusqu’au cap de Bonne-Espérance. Seul, il va parcourir 22 000 km pour photographier des peuples inconnus, découvrir des contrées vierges et sauvages entre Mauritanie, Congo ou Niger. En point d’orgue de son voyage, il écrira le scénario d’un documentaire sur la roue, cet objet millénaire qui a révolutionné le monde. www.parislecap2010.wordpress.com Christofer Jauneau D R - W O R D PRESS ✁ Virgile Charlot, en route vers le continent noir. ET UN ARBRE FUT… Une équipe de botanistes, à laquelle appartiennent des scientifi ques du Muséum national d’Histoire naturelle et du CNRS, vient de découvrir une nouvelle espèce d’arbre endémique du Guyana central : le Carapa akuri. Il peut mesurer jusqu’à 35 m de hauteur et devrait être classé comme espèce en voie d’extinction, afi n de faire face à l’actuelle déforestation de ce territoire. S.A. Néoplanète chez vous ? Abonnez-vous ! � Madame � Mademoiselle � Monsieur Nom : ————————— Prénom : ———————— Adresse : ————————————————————— Code postal : ————— Ville : ——————————— WWW.NEOPLANETE.FR E-mail : ————————————————————— Abonnement pour 1 an comprenant 5 numéros : UNION EUROPÉENNE (Luxembourg, Belgique, Suisse) 27 e, DOM 27 e, TOM 29 e, MAGHREB 30 e. OUI, je m’abonne à Néoplanète pour � 25 e � 27 e � 29 e � 30 e (Montant pour couvrir les frais de traitement, de manutention et d’expédition). Je joins mon règlement par chèque bancaire ou postal libellé à l’ordre de Kel Epok Epik. Si votre adresse de facturation est différente de votre adresse de livraison, veuillez nous l’indiquer sur papier libre. À retourner accompagné de votre règlement à : NÉOPLANÈTE - 14 impasse Carnot - 92240 MALAKOFF [ 54 ]</pre></div> <div class='panel' id='p55'><pre></pre></div> <div class='panel' id='p56'><pre></pre></div> </div> </div> <div id="shade"></div> </div> </div>