<a href="zh5;578" title="WAI HTML"><img alt="Cover" src="/cover/co/578.gif"></a> <div id="wrapper"> <div id="slider"> <ul class="navigation"> <li><a href='#p1'>1</a></li> <li><a href='#p2'>2</a></li> <li><a href='#p3'>3</a></li> <li><a href='#p4'>4</a></li> <li><a href='#p5'>5</a></li> <li><a href='#p6'>6</a></li> <li><a href='#p7'>7</a></li> <li><a href='#p8'>8</a></li> <li><a href='#p9'>9</a></li> <li><a href='#p10'>10</a></li> <li><a href='#p11'>11</a></li> <li><a href='#p12'>12</a></li> <li><a href='#p13'>13</a></li> <li><a href='#p14'>14</a></li> <li><a href='#p15'>15</a></li> <li><a href='#p16'>16</a></li> <li><a href='#p17'>17</a></li> <li><a href='#p18'>18</a></li> <li><a href='#p19'>19</a></li> <li><a href='#p20'>20</a></li> <li><a href='#p21'>21</a></li> <li><a href='#p22'>22</a></li> <li><a href='#p23'>23</a></li> <li><a href='#p24'>24</a></li> <li><a href='#p25'>25</a></li> <li><a href='#p26'>26</a></li> <li><a href='#p27'>27</a></li> <li><a href='#p28'>28</a></li> <li><a href='#p29'>29</a></li> <li><a href='#p30'>30</a></li> <li><a href='#p31'>31</a></li> <li><a href='#p32'>32</a></li> <li><a href='#p33'>33</a></li> <li><a href='#p34'>34</a></li> <li><a href='#p35'>35</a></li> <li><a href='#p36'>36</a></li> <li><a href='#p37'>37</a></li> <li><a href='#p38'>38</a></li> <li><a href='#p39'>39</a></li> <li><a href='#p40'>40</a></li> <li><a href='#p41'>41</a></li> <li><a href='#p42'>42</a></li> <li><a href='#p43'>43</a></li> <li><a href='#p44'>44</a></li> <li><a href='#p45'>45</a></li> <li><a href='#p46'>46</a></li> <li><a href='#p47'>47</a></li> <li><a href='#p48'>48</a></li> <li><a href='#p49'>49</a></li> <li><a href='#p50'>50</a></li> <li><a href='#p51'>51</a></li> <li><a href='#p52'>52</a></li> <li><a href='#p53'>53</a></li> <li><a href='#p54'>54</a></li> <li><a href='#p55'>55</a></li> <li><a href='#p56'>56</a></li> </ul> <div class="scroll"> <div class="scrollContainer"> <div class='panel' id='p1'><pre>[3] L e d é v e l o p p e m e n t d u r a b l e , u n n o u v e l a r t d e v i v r e AVRIL-MAI GRATUIT ne pas jeter sur la voie publique LES RECETTES des frères Pourcel L’Europe à vélo Jim Carrey encore un fan ! test : conduisez-vous écolo ? [ ET AUSSI : ENTRETIEN AVEC THIERRY LHERMITTE, LES ÉOLIENNES, JARDINEZ VERT… ] [ 1 ] 300 000 exemplaires www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p2'><pre>������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������ �������������������������������������������������� �������������������������������������������������� � � ������������������������������������������������������������������������������������������ ��������������������������������������������������������������������������������������������� ������������������������������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������� ����������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������������</pre></div> <div class='panel' id='p3'><pre>PHOTO DE COUVERTURE : © FRANK ROUSSEAU [EDITO] Non, ce n’est pas un photomontage : Jim Carrey a vraiment pris Victoria Abril (celle de notre dernière couv dans ses bras) ! Oui, nous partons à la conquête d’Hollywood ! Et pourquoi pas ? Trêve de plaisanterie… Nous avons confié à notre nouveau correspondant, Frank Rousseau, la mission de nous éclairer sur ces people si influents. Et il y a, manifestement, encore bien du monde à convaincre au pays des Yankees, même si les mentalités commencent à évoluer, comme il nous l’explique page 14. Revenons à notre douce France, avec un printemps particulièrement riche en événements liés au développement durable. Néo Planète est d’ailleurs partenaire de plusieurs de ces manifestations, comme le Salon du développement durable, le Forum équitable, ou encore l’exposition « Biodiversité, nos vies sont liées » (voir page 10). Sinon, quoi de neuf, puissance dix ? La création de notre site Internet, enfin ! Vous êtes une multitude à nous envoyer des mails à ce sujet. Infos, photos, vidéos, témoignages, blogs et débats, liens vers d’autres sites… Nous allons vous donner matière à penser, à débattre, à échanger et à enrichir vos connaissances sur les enjeux de l’environnement. D’ailleurs, une newsletter vous permettra de vous tenir au courant – alternatif, bien sûr ! Enfin, la première séance du Club Néo Planète s’est déroulée dernièrement à Paris. L’idée : réunir, autour d’un thème, des directeurs d’associations ou d’organismes spécialisés, afin de créer un réseau amical de passionnés qui puissent s’entraider et faire bouger les choses. Claude Aubert, l’ingénieur agronome, co-auteur de Faut-il être végétarien ? Pour la santé et la planète (éd. Terres vivantes), a inauguré cette série de débats avec une discussion autour de ce thème tabou et compliqué à accepter (que nous avons traité dans notre dernier numéro) : la pollution due, entre autres, à la consommation excessive de viande. La conclusion de Claude Aubert ne versait pas dans l’interdiction radicale, mais plutôt dans la modération : oui à la viande, mais bio (l’industriel est mauvais pour la santé et particulièrement nocif pour la nature) et en quantité raisonnable (deux ou trois fois par semaine). Mais que cela ne vous empêche pas, au contraire, de dévorer le numéro 3 de Néo Planète. Bon app ! YOLAINE DE LA BIGNE Rédactrice en chef PARTICIPER Innovations, réflexion, consommation… à chacun sa manière d’agir L’éolien, pas un miracle, pas une arnaque p. 4 Zests p. 6 S’ENGAGER Célèbres et passionnés, ils nous invitent à un monde meilleur Jim Carrey tourne rond p. 12 Hollywood, les stars chlorophylle p. 14 Portraits : Thierry Lhermitte, Jacques Rocher, Sylvie Monier et Véronique Jannot p. 16 S’AIMER Pour être bien, beau et écolo J’éco-positive, mode d’emploi p. 20 C’est dans l’hair p. 22 Nouveau credo chez les créateurs p. 24 Zests p. 26 COCOONER Déco, livres, produits d’intérieur pour un chez soi sain et câlin Papillonnez au jardin p.28 Zests p.30 SAVOURER Produits bio et éthiques, bonnes recettes, croquez la vie en pleine santé ! Manger bio et pas cher p. 32 Votre marché de saison p. 34 Assiette de printemps p. 35 Les tomates oubliées des frères Pourcel p. 36 BOUGER Pour (se) conduire en vert et contre tout Test : Avez-vous le permis d’eco-conduite ? p. 38 Zest p. 40 VOYAGER Paradis sauvegardés et contrées protégées L’Europe à vélo p. 44 Zests p. 52 © GÉRALDINE LE GUYADER Néo Planète : 14, impasse Carnot - 92240 Malakoff Editeur : Hervé Pointillart, tél. : 06 07 31 03 29 - hp@neoplanete.eu Directrice de la publication, rédactrice en chef : Yolaine de la Bigne, ydb@neoplanete.eu • Rédacteur en chef adjoint : Stéphane Aitaissa, sa@neoplanete.eu Journaliste : Aline Cochard, ac@neoplanete.eu • Directeur artistique : Sébastien Lenoël Secrétaire de rédaction : Gaëlle Cazaban, gc@neoplanete.eu • Service photo : Géraldine Le Guyader, gl@neoplanete.eu Directrice de publicité : Elisabeth Lecuyer, tél. : 06 16 95 26 61, el@neoplanete.eu Communication : Anne-Sybille Riguidel, tél. : 01 46 67 13 23 - 06 32 10 26 38, annesybille.riguidel@communication-compagnie.com Ont collaboré à ce numéro : Rubrique Participer : Vincent Rondreux, vincent.rondreux@wanadoo.fr ; Chronique d’Allain Bougrain Dubourg : natureproduction@yahoo.fr S’aimer (beauté) : Aurélia Hermange, aurelia.hermange@noos.fr ; Rubrique Savourer : riqueauc@yahoo.fr ; Rubrique Voyager : Jean-François Guggenheim, jfguggenheim@tele2.fr ; Fiche société : tfollenfant@noos.fr ; Fiche produit : Elizabeth Reiss, elizabeth.reiss@ethicity.fr Avec abonnement : 15 euros (frais postaux) • Néo Planète est imprimé sur papier recyclé Néo Planète est édité par HP Conseils - 33, rue de Chazelles - 75017 PARIS N° Siret : 439 832 510</pre></div> <div class='panel' id='p4'><pre>[PARTICIPER] L’éolien : pas un miracle, pas une arnaque Ces moulins à vent modernes génèrent un peu moins d’1 % de l’électricité produite en France. En voie de développement, souvent controversée, l’énergie éolienne n’en reste pas moins une des solutions au problème de l’effet de serre. Par Vincent Rondreux Le 15 juin prochain, Paris accueille l’European Wind Day 2008, avec une éolienne dans son ciel. L’occasion pour les promoteurs de cette énergie renouvelable, France énergie éolienne (FEE) en tête, de rappeler leur ambition : parvenir à une puissance installée de 25 000 mégawatts (MW) en 2020, soit 10 fois le parc éolien français actuel, en implantant 8 000 puissantes éoliennes sur 2 500 km 2 , sur terre et en mer. Avec 387 MW plantés en 2005, 810 en 2006, plus de 1 000 en 2007, l’éolien a déjà amorcé son décollage en Midi-Pyrénées, dans l’Ouest, au Nord, à l’Est… Selon un sondage LH2-FEE, 90% des Français interrogés y sont favorables. Mais les opposants grondent. Outre ses nuisances (bruit, vue…), cette nouvelle énergie ne serait pas vraiment utile. Elle aboutirait même à la construction de centrales à charbon supplémentaires et ne permettrait pas de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Une arnaque en somme. [ 4 ] Perçue au contraire comme la panacée par d’autres, même face au nucléaire, cette solution mérite d’être objectivement reconsidérée. « L’éolien n’est pas la solution, mais l’une des solutions à nos problèmes d’effet de serre », tempère du reste Jean-Yves Grandidier, président de FEE. Parmi ces solutions figurent aussi les économies d’énergie, le solaire, la biomasse, la géothermie, le captage et le stockage du CO 2 , les barrages, le nucléaire… Autrement dit, il faut considérer l’éolien non pas isolément,</pre></div> <div class='panel' id='p5'><pre>Deux scénarios possibles Freins du développement de l’éolien : l’opinion du public. D’excellents gisements de vent se trouvent sur le pourtour méditerranéen et les littoraux. Mais, faute d’acceptabilité locale, des projets sont freinés dans ces zones, selon Réseau de transport d’électricité (RTE). Ce qui conduit à développer plus de projets dans des régions moins ventées... De son côté, France énergie éolienne (FEE) reconnaît que des éoliennes perturbent radars météo et militaires. Et pour l’avenir ? Dans un scénario « énergies renouvelables haut », RTE attribue 17 500 MW à l’éolien en 2015, soit 6,5 % de la production. Bonne nouvelle : dans ce cas, on prévoit une baisse accrue de la production d’électricité venant du charbon. L’alternative « éolien faible » n’accorde que 10 000 MW d’éoliennes installées en 2020. Mauvaise nouvelle : « Il est alors nécessaire d’ajouter 5800 MW de moyens thermiques », prévoit RTE. Sans doute du gaz et donc de l’effet de serre ! Au moins jusqu’à cette échéance, l’éolien apparaît donc bien comme une énergie verte. Sans pour autant nous dispenser d’importantes économies d’énergie… DR mais au sein du bouquet énergétique et du contexte dans lesquels il s’intègre. C’est le travail de Réseau de transport d’électricité (RTE), une filiale d’EDF. Une énergie intermittente, mais prévisible La production électrique française est traditionnellement assurée par le Quelques chiffres • Une éolienne de 2 MW, équivaut à l’électricité domestique de 2 000 personnes. Selon France énergie environnement, l’implantation de 25 000 MW d’ici à 2020 représente 60 000 emplois et 38 milliards d’euros d’investissement. • 25 000 MW d’éolien, c’est 16 millions de tonnes de CO 2 non émises par an, estime l’Agence pour le développement et la maîtrise de l’énergie (Adème). • Surcoût actuel de l’éolien pour un ménage français (pour 2 500 kWh par an, hors chauffage électrique) : 0,6 euro par an (source : ministère de l’Écologie/Adème). nucléaire (à 80 %), complété par de l’énergie thermique fossile (émettrice de gaz à effet de serre) et de l’énergie hydraulique. Grâce à leur souplesse d’utilisation, certains barrages et centrales à charbon, gaz ou fioul sont aussi utilisés lors des pics de consommation, notamment l’hiver. Un système bien huilé qui nous permet même d’exporter de l’électricité en Europe. Là-dessus, vient maintenant se greffer l’éolien. Mais sur terre, une éolienne fonctionne 80 % du temps de manière variable. Il faut donc, si besoin, compléter son action, là encore, par de l’hydraulique ou du thermique. Mais, « si elle est intermittente, l’énergie éolienne est néanmoins prévisible », nuance Jean-Yves Grandidier. Ce qui permet d’estimer la production à l’avance et de gagner progressivement en souplesse. Équilibre géographique Après plusieurs années de production, RTE constate par ailleurs que les éoliennes fonctionnent mieux l’hiver que l’été, sans être forcément gênées par les vagues de froid. Elles permettent donc d’alimenter les pics saisonniers de consommation, en évitant d’allumer des centrales à énergie fossile. Et parce que les vents méditerranéens ne sont pas liés aux vents bretons ni aux vents picards, ils se compensent en partie. Merci Dame Nature. Un parc éolien géographiquement équilibré permet ainsi « une plus grande régularité de la production nationale », précise-ton chez RTE. Mais les grandes pales ne peuvent pas faire de miracles et l’entreprise note qu’il y aurait une limite de croissance, au-delà de laquelle l’éolien nécessiterait la mise en place de davantage de thermique ou d’hydraulique. Cette limite semble loin d’être atteinte en France : en 2006, l’éolien produisait 0,45 % de l’électricité, l’hydraulique plus de 11 %, le thermique près de 10 % (1). Pour la repousser encore, ne faut-il pas également compter, à terme, sur le développement d’un thermique renouvelable (par exemple, biomasse ou biogaz) ? Sur le captage du CO 2 ? Sur le solaire ? Quoi qu’il en soit, notre système énergétique a besoin d’un nouveau souffle. � (1) Selon les résultats 2006 de RTE [ 5 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p6'><pre>[PARTICIPER] ZESTS ESSAI Petrella refait le monde Grande figure de l’altermondialisme, Riccardo Petrella dresse un réquisitoire contre une vision marchande du monde, présentée comme inéluctable. Son dernier ouvrage (1) jette les bases d’un nouveau contrat social, entre gestion de l’eau, biens publics communs mondiaux ou création d’une organisation mondiale de l’humanité. En préambule, l’auteur rappelle que les états ont abandonné « l’idée d’un droit mondial » au profit d’une « régulation légère, à l’initiative individuelle et aux règles spontanées ». Une analyse illustrée par les trois Sommets mondiaux sur le développement durable. Les deux premiers avaient permis l’adoption de conventions sur la biodiversité et la déforestation, et la signature d’un traité sur le changement climatique ; celui de Johannesburg, en 2002, demeura stérile. Seul reste un rhétorique « document politique » qui, dixit Petrella, « brille par la pauvreté des contenus et le manque de courage politique ». (1) Pour une nouvelle narration du monde, de Riccardo Petrella, éditions Écosociété (15 �). B.A. ba Comment économiser l’eau au quotidien ? ��Privilégiez les douches aux bains (une douche consomme en moyenne 50 litres d’eau contre 100 à 150 litres pour un bain). ��Coupez l’eau lorsque que vous vous lavez les dents, quand vous vous savonnez sous la douche, ou lorsque vous vous rasez. ��Surveillez les fuites (un robinet qui goutte toute la journée, c’est l’équivalent de 100 litres d’eau, soit 36 500 litres d’eau gaspillés par an). ��Équipez vos robinets d’un régulateur de pression. ��Optez pour un mitigeur : il vous permettra de réduire de 10 % votre consommation d’eau. ��Préférez la chasse d’eau à double débit (3 à 6 litres d’eau consommés) à la chasse d’eau classique qui consomme 9 à 12 litres d’eau. ��Investissez dans un récupérateur de pluie pour votre jardin. La chronique d’Allain Bougrain Dubourg UNE NOUVELLE MENACE PÈSE SUR LES ABEILLES « Le matin, quand on est abeille, pas d’histoires, faut aller butiner », disait le poète Henri Michaux. Mais les dévouées butineuses auront-elles encore longtemps la possibilité d’œuvrer pour la communauté ? L’Union nationale de l’apiculture française en est de moins en moins convaincue. Ses petites protégées, qui ne déméritent pas auprès de l’homme depuis quelque 12 000 ans, pourraient en effet rejoindre la triste liste rouge des espèces en sursis. En cause ? Les apiculteurs ont l’honnêteté d’avouer que personne ne sait précisément. Une synergie d’agressions multiples expliquerait l’alarmant phénomène. N’empêche que les pesticides en tout genre, largement répandus dans nos belles campagnes, n’arrangent sûrement pas les choses. Au titre des accusés, le Gaucho et le Régent TS ; leur commercialisation en France sera finalement suspendue en 2005, après d’interminables combats menés par les apiculteurs. L’année suivante, les États-Unis enregistrent un effondrement des populations d’abeilles sur leur territoire. Le phénomène se poursuit avec un pic durant l’hiver 2006-2007, qui révèle la disparition inquiétante d’un quart du cheptel des ruches. En Europe, la situation n’est guère plus rassurante : en effet, les pertes peuvent atteindre localement jusqu’à 90 % des colonies ! Dans un pareil contexte, l’autorisation de mise sur le marché accordée en début d’année au Cruiser (un petit cousin des deux autres) n’a pas manqué de générer une colère légitime. Le ministère de l’Agriculture tempère en soulignant qu’il s’agit d’une expérimentation soumise à évaluation (pendant un an), mais les seules recommandations d’emploi dudit produit suffisent à inquiéter. Il est par exemple recommandé d’enfouir les semences traitées afin que les oiseaux n’y aient pas accès. On imagine mal l’agriculteur balayant méticuleusement ses sillons pour éviter d’affecter le peuple des airs. L’alouette des champs, qui ne sait pas lire ces avertissements, ingurgite 400 chenilles par jour en saison. De même, la mésange bleue mange son propre poids en insectes dans le même temps. Il faudra expliquer à ces oiseaux (et à bien d‘autres), potentiellement affectés, qu’ils devraient reconsidérer leur régime alimentaire… FRANÇOIS LEFEBVRE / HOSSEIN FOTOWAT KHAH/WWW.SXC.HU / LOTUS HEAD/WWW.SXC.HU [ 6 ]</pre></div> <div class='panel' id='p7'><pre></pre></div> <div class='panel' id='p8'><pre>[PARTICIPER] ZESTS COMPENSER CARBONE : ET APRÈS ? De nombreux spécialistes de l’effet de serre sont très critiques à l’égard de ce que l’on appelle la « compensation », voire la « neutralité » carbone. La compensation carbone consiste à donner de l’argent à un prestataire, lorsqu’on prend l’avion par exemple, pour soutenir un projet participant à la réduction des gaz à effet de serre : économies d’énergie, développement d’énergie renouvelable, reforestation, etc. Différentes structures offrent en France ce genre de prestations : Action Carbone, CO2solidaire, Climat Mundi, ou encore EcoAct. Une excellente chose en soi. Mais, outre des appréciations différentes sur le mode de calcul des émissions de CO 2 , sur le prix de la tonne de carbone ou sur les actions à réaliser (la plantation d’arbres ne fait ainsi pas l’unanimité), les émissions compensées de gaz à effet de serre ne représenteraient en fait qu’une très petite partie des émissions réellement émises… Attention donc aux abus de langage : la compensation carbone n’est qu’un premier pas vers un effort bien plus important. Et la route est encore longue. Vincent Rondreux B.A. ba JE FAIS ATTENTION À MES EMBALLAGES • Privilégiez des emballages qui ont un impact moindre sur l’environnement (cartons, briques…) ; • Optez, si possible, pour des emballages labellisés ; TOC, TOC ! Pas moins de 45 artistes se sont réunis pour réaliser des sculptures originales sur le thème de la porte. Les versions en petit format seront mises aux enchères, au profit de la reforestation. L’intégralité des sommes perçues sera confiée à l’association Planète Urgence (www.planete-urgence.org) pour la plantation de jeunes pousses en Afrique. Les artistes exposent leurs sculptures grandeur nature du 5 au 13 avril, sur trois sites parisiens : place de la Bastille (côté boulevard Richard-Lenoir), place Voltaire (devant la mairie), rue de la Roquette. La vente aux enchères aura lieu le samedi 12 avril, à 16 h, salle Olympe de Gouges, 15 rue Merlin, Paris 11 e . • Achetez en grand conditionnement : vous économiserez de l’argent et jetterez moins d’emballages ; • Evitez les fruits et légumes sous vide, préférez les produits non emballés ; • Triez vos emballages : ils seront plus facilement recyclés. « Si nous sommes capables de mobiliser le génie humain, le monde de demain va nous surprendre en bien. » Nicolas Hulot, à la conférence de presse de Ushuaïa TV, le 17 Mars à Paris. BRAVO À Innocent, la marque britannique de smoothies qui distribue ses jus de fruits 100 % naturels dans des bouteilles plastique totalement recyclées et recyclables. Urbasolar, qui vient de réaliser dans le Gard la plus grande toiture photovoltaïque d’Europe pour un bâtiment dédié aux activités de l’enseigne Carrefour. EDF, qui a lancé un concours d’architecture inédit visant à récompenser des projets d’habitat « bas carbone » en France. Ces logements devront être peu gourmands en énergie, intégrer les énergies renouvelables et réduire au maximum les émissions de CO 2 . Un jury de particuliers pourra voter pour ses coups de cœur au mois de juin. Abcvert ® , l’annuaire du développement durable, guide pratique gratuit qui recense les adresses pour consommer bio, équitable, mais aussi pour recycler et traiter ses déchets, habiter naturel, développer les énergies renouvelables, voyager et investir autrement. Disponible également sur Internet : www.abcvert.fr/annuaire.html RUTH GARDINE / DR [ 8 ]</pre></div> <div class='panel' id='p9'><pre>Une façon originale de pointer du doigt le gaspillage. ÉCOLO RIGOLO Une maison à la une Désespérés par le nombre de quotidiens gratuits laissés négligemment sur les trottoirs londoniens, Karen Janody et ses collègues de Creative City ont pointé du doigt ce gaspillage avec un symbole fort : les Londoniens ont été appelés à amener leurs vieux magazines et à les rouler, afin de bâtir une « Newspaper house » (maison-journal). Les habitants de la City se sont prêtés au jeu et l’artiste Sumer Erek a pu installer le drôle d’édifice. Ce projet artistique et écologique a fini… au recyclage, mais est appelé à se renouveler dans plusieurs villes britanniques. Genou survolté C’est un petit pas pour l’homme, mais un grand pas pour l’environnement ! Le chercheur Max Donelan et ses collaborateurs du laboratoire de Burnaby (Canada) viennent de mettre au point le « Biomechanical energy harvester », une genouillère qui convertit l’énergie mécanique créée par la flexion du genou en électricité. Les 5 watts produits peuvent alimenter, par exemple, dix téléphones portables. Reste un détail à améliorer : le poids du système. Avec 1,6 kg accroché au genou, la démarche risque d’être un peu pataude… Des téléphones qui ont du jus ! Une équipe de chercheurs américains a mis au point une batterie qui fonctionne… au sucre ! En améliorant le procédé, ces piles pourraient être utilisées pour alimenter les téléphones portables. Imaginez : quelques gouttes de jus d’orange matinal pour recharger votre mobile pour la journée. En voilà une idée qui a la pêche ! Stéphane Aitaissa et Aline Cochard LE DD NE DOIT PAS ÊTRE UN HANDICAP La Fédération des associations pour adultes et jeunes handicapés (APAJH) fait du développement durable une priorité : tri sélectif et utilisation de produits recyclés dans ses établissements et services, campagne de sensibilisation au respect de l’environnement auprès des salariés et des personnes en situation de handicap qu’elle accompagne, lutte contre les émissions de gaz à effet de serre (avec la mise en place progressive d’un parc automobile de véhicules hybrides ou électriques) et respect des normes de qualité environnementales pour la construction de ses nouveaux établissements. www.apajh.org [ 9 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p10'><pre>[PARTICIPER] ZESTS LES REQUINS NOUS VEULENT DU BIEN C’est ce qu’entend prouver le documentariste canadien Rob Stewart à travers son film Sharkwater (1). « Les requins jouent un rôle capital dans le maintien de la biodiversité des océans. Ils sont notre réserve d’oxygène », insiste-t-il. S’il n’est qu’un maillon des écosystèmes marins, le requin est ainsi capital par sa position terminale dans la chaîne alimentaire : en effet, il maintient la « bonne santé » évolutive des populations des proies dont il se nourrit. Sa disparition modifierait considérablement les rapports dominants entre les espèces, et augmenterait leur compétition. Par ailleurs, la surpêche qui, avec le déclin des espèces supérieures, vise les maillons inférieurs provoque un glissement vers le bas de la chaîne alimentaire. En clair, si nous ne voulons pas finir par manger du plancton, des méduses ou des vers marins dans les années à venir, préservons le roi des prédateurs ! Et Rob Stewart de fustiger le shark finning, qui consiste à capturer des requins pour leur trancher les ailerons (dont la cuisine asiatique raffole) et à les rejeter, agonisants, à la mer… Une pratique qui constitue la cause la plus importante du déclin des requins. Une soupe chinoise après le ciné ? Oui, mais aux vermicelles alors… Aline Cochard (1) Sharkwater, de Rob Stewart, en salle le 9 avril www.sharkwater.com RETROUVEZ NÉO PLANÈTE... À PARIS � Forum du commerce équitable, 25 et 26 Avril à la Villette : présentation de deux silhouettes mode. ��Conférence de presse de Natura, le 3 avril, à 19 h, mairie du 6 e arrondissement. Le leader des cosmétiques naturels au Brésil a en effet choisi la France pour s’implanter en Europe. Avec la participation de Yolaine de la Bigne. ��Exposition « Biodiversités, nos vies sont liées », du 22 mai au 30 septembre, au Muséum d’histoire naturelle (voir p. 28 et sur neoplanete.eu) ��Salon du développement durable, du 10 au 13 avril, Paris Expo, porte de Versailles. ��Festival Ménilmontant, capitale de la musique équitable et écologique, du 19 au 25 mai. Rendez-vous à la Roulotte solaire, place Ménilmontant, dans le 20 e . DANS LE GERS ��Shell-Eco marathon, du 22 au 24 mai, au circuit de Nogaro (32). Participation de l’Urban-Concept, la voiture de l’AFORP soutenue par Néo Planète (voir p. 43). À MARSEILLE. ��24 e Festival Science frontières, du 2 au 5 avril, au palais du Pharo. Participation de Yolaine de la Bigne, le 4 avril, à une table ronde sur le thème « J’ai choisi une vie durable ». ÉPARGNEZ POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE ! Une méthode pour travailler à un monde meilleur ? Placer son épargne sur des supports qui privilégient le développement sociétal de l’économie et l’environnement. Tout d’abord, il suffit d’orienter son épargne long terme sur une assurance-vie ou sur un compte-titre, vers des fonds qui concilient ce qui est apparemment inconciliable : « l’économiquement rentable » et le « socialement acceptable ». C’est le monde de l’investissement socialement responsable. Pour les obligations gouvernementales de son portefeuille, Dexia Ethique Gestion Obligataire porte une attention particulière au respect des principes démocratiques, et à l’adhésion aux grands traités internationaux. La part actions est composée de titres émis par des entreprises choisies selon les critères du développement durable. Toute entreprise qui viole l’un des principes du pacte mondial des entreprises est exclue du portefeuille. La gestion du fonds interdit certains secteurs controversés : armement, énergie nucléaire, pornographie, tests sur les animaux, OGM, et activités sous régimes totalitaires. Il est aussi possible d’investir son épargne dans des fonds thématiques dédiés à l’environnement. Le fonds commun de placement BMG Environnement, par exemple, dans le cadre d’une allocation dynamique, s’investit dans des secteurs comme la bio-énergie, le traitement des déchets, le traitement de l’eau, l’énergie solaire ou l’énergie éolienne, tout en recherchant à moyen ou long terme un rendement supérieur à l’indice de référence. Enfin, pour les épargnants qui souhaitent privilégier les organisations humanitaires, les fonds solidaires redistribuent une partie des bénéfices à des associations. Gagner de l’argent en respectant de façon durable la planète et l’être humain, voilà une idée qui a de l’avenir ! Jean-Louis Bézert Pour en savoir plus L’agence des acteurs du développement durable, http://www.financer.cdurable.com Mail : epargne_3d@yahoo.fr [ 10 ] DR</pre></div> <div class='panel' id='p11'><pre></pre></div> <div class='panel' id='p12'><pre>[S’ENGAGER] DR [ 12 ]</pre></div> <div class='panel' id='p13'><pre>Jim Carrey... tourne rond « The Mask » n’a pas son pareil pour devenir vert… de rage. Surtout lorsqu’il s’agit de dénoncer les mauvaises habitudes des Américains en matière d’environnement. Propos recueillis par Frank Rousseau, à Los Angeles Êtes-vous sensible à la protection de l’environnement ? La fibre écologique, je l’ai acquise un peu par nécessité. Mes parents avaient peu d’argent. Nous avons même été contraints, à un moment, de vivre dans un mobile home sur un terrain vague. Dans ces moments-là, vous apprenez à ne pas gaspiller. Lorsque la télé ne fonctionnait plus, on ne la jetait pas, on essayait de la réparer avec les moyens du bord. Chaque année, rien qu’aux États-Unis, on balance plus de 700 000 millions de tonnes d’écrans de télés ou d’ordinateurs ! Sans parler des 50 millions de téléphones cellulaires jetés au pilon ! Si certains sont vraiment cassés, d’autres sont jetés seulement parce qu’ils ne sont plus tendance ! Vous semblez passablement agacé par l’utilisation des sacs plastique ? Cela ne m’agace pas, cela me désespère ! Je mène une guerre permanente contre l’utilisation de ces sacs polluants. Malheureusement, vous avez beau dire aux caissières « Je ne veux pas de sac plastique », ces dernières sont tellement conditionnées qu’elles vous en tendent automatiquement. Un vieux réflexe commercial. N’oubliez pas que l’Amérique est une société de services. Les États-Unis consomment 400 milliards de tonnes d’emballages divers par an. Et sur ces 400 milliards, seulement 2 % de déchets spécifiques sont recyclés ! Une ville comme San Francisco a d’ores et déjà pris des mesures drastiques. Les commerçants n’ont désormais plus le droit de distribuer des sacs non biodégradables. Sous peine d’amende ! De plus en plus de stars à Hollywood se mobilisent pour l’environnement. Être « eco-friendly » est devenu très tendance. Une prise de conscience sincère, selon vous ? Nous sommes des personnes publiques. Lorsque nous avons des convictions, nous ne devons pas nous contenter de paroles. Nous, les acteurs, évoluons dans un monde de paillettes et de faux-semblants et ne réalisons pas toujours que le « Le monde ne peut plus être considéré comme un libre-service » monde ne peut plus être considéré comme un libre-service où nous puisons ce dont nous avons besoin, quand nous en avons besoin. Nos ressources naturelles se tarissent, notamment nos réserves de pétrole. D’un autre côté, ne prenons pas les gens pour des imbéciles. Notre métier nous oblige à nous déplacer constamment aux quatre coins de la planète. Je me vois mal me rendre en Europe en planche à voile ! Voyez-vous une évolution aux États-Unis, premier pollueur de la planète ? La Californie se donne en tout cas les moyens d’une politique environnementale sans précédent. Les choses bougent. Les mentalités changent. Par exemple, des parents amènent leurs enfants à l’école à pied, et non plus en voiture. Il est vrai que faire démarrer un moteur pour faire 800 mètres, cela avait quelque chose d’absurde ! C’est comme rouler sous le cagnard dans une voiture décapotable, vitres ouvertes, avec l’air conditionné poussé à fond ! Que pensez-vous de l’investissement des politiques en matière d’écologie, aux États-Unis ? L’écologie c’est avant tout une philosophie de vie, une démarche personnelle et volontaire. En ce qui me concerne, je n’attends rien des politiques. D’ailleurs, je me suis toujours dit que si l’on parvenait à canaliser les forces ô combien démagogiques qui animent parfois nos dirigeants, l’énergie récoltée suffirait à éclairer une ville comme Los Angeles pendant vingt ans ! Tout le monde sait en effet que la plus efficace des éoliennes, c’est le politique. Pour ce qui est de faire du vent, il n’a pas son pareil (rires) ! � Actu Horton hears a who, de Jimmy Hayward et Steve Martino. Dans ce dessin animé des créateurs de L’Âge de glace, Jim Carrey prête sa voix à Horton, un éléphant qui vient en aide à une… poussière. Sortie française le 2 avril. [ 13 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p14'><pre>[S’ENGAGER] � � � � �� � Hollywood : � des stars couleur chlorophylle Les stars sont de plus en plus nombreuses à s’impliquer pour la sauvegarde de la planète. Réel engagement ou pur cinoche ? Par Frank Rousseau, à Los Angeles [ 14 ] De plus en plus de stars américaines surfent sur la vague verte ? Un énième « special effect » opportuniste, diront les sceptiques ! Quand bien même : l’important c’est que cette confrérie pailletée se mobilise. Si les Kevin Costner, Robert Redford ou Leonardo DiCaprio sont depuis longtemps acquis à la cause, ils semblent être rejoints par une cohorte de jeunes premiers à la mâchoire carrée et de producteurs nababs bedonnants. Les « wannabe » (ceux qui veulent être), les acteurs… jamais les habitués des tapis rouges n’avaient autant misé sur le vert ! Prenons la dernière cérémonie des Oscars. Que constatet-on ? Finies, les limousines aussi puissantes que polluantes ; aujourd’hui, pour être dans la mouvance, nos amis les « pipoles » semblent avoir opté pour des moyens de locomotion beaucoup plus respectueux de l’environnement. Et ce n’est pas Alan Shandling, président de l’association des véhicules de place de Californie, qui soutiendra le contraire. Selon lui, une cinquantaine de véhicules sur les deux mille utilisés par la profession dans la Cité des Anges seraient déjà passés au vert. « Le nombre de véhicules de transport de luxe fonctionnant aux énergies alternatives à Los Angeles a augmenté de 300 % l’an passé », précise l’homme d’affaires. « Et ce n’est-là qu’un début. Nous estimons en effet qu’avant 2015, 90 % de nos limousines rouleront sans aucune émanation de CO 2 . » Même son de klaxon, du côté d’ Y Fray, P-DG d’EcoLimo, service de chauffeurs de voitures plus écolos que la moyenne aux États-Unis. Ses meilleurs clients ? Leonardo DiCaprio, Pierce Brosnan, Cameron Diaz, George Clooney et même Pamela Anderson. Si les Toyota Prius sont majoritai- DR</pre></div> <div class='panel' id='p15'><pre>Kiefer Sutherland, Pamela Anderson et Sienna Miller res dans sa flotte, on y trouve aussi des Mercedes et un 4x4 Ford, fonctionnant au gazole biologique. Pourquoi ? « Parce vous avez encore des acteurs qui veulent bien contribuer à la préservation de l’environnement, mais qui ne se font pas à l’idée de débarquer aux Oscars dans une auto qui n’en mette pas plein la vue ! Question de standing et d’ego. Mais les mentalités changent, affirme Madame Fray. Il y a dix ans, si l’on m’avait dit qu’Arnold Schwarzenegger, grand collectionneur de Hummer, deviendrait gouverneur de Californie et promulguerait une loi imposant aux constructeurs automobiles de réduire les émissions de gaz à effet de serre de leurs véhicules, je vous aurais probablement ri au nez ! » À Los Angeles, la révolution ne se joue pas uniquement sur quatre roues, mais également sur deux jambes. Ainsi la sexy Natalie Portman, en végétarienne soucieuse du sort des bêtes, vient de lancer une ligne de chaussures fabriquées sans aucun composant d’origine animale. Quant à Julia « mama » Roberts, depuis qu’elle a trois bambins à gérer, elle n’utilise que des couches lavables et a découvert les avantages du compost ! Comme quoi, on peut être riche à millions et ne pas être une adepte du gaspillage. L’ex-héroïne d’Erin Brockovich a même pris Finies, les limousines puissantes et polluantes : les « pipoles » optent pour des voitures de luxe écolo ! du galon en devenant porte-parole d’Earth Biofuels, une firme texane spécialisée dans la recherche et la conception de carburants alternatifs. Prochaine mission de notre « pretty » militante ? Encourager les collectivités à investir dans le biogazole pour les bus scolaires. Pour info, il y en aurait 500 000 aux États-Unis. Tous très polluants. À se demander comment ils font pour rester jaunes ! En novembre dernier, lors de la 17 e cérémonie de l’Environmental Media Awards, Sienna Miller, l’ex du renversant Jude Law, s’est distinguée en confiant à la presse qu’elle utilise un téléphone cellulaire dont la dynamo se recharge manuellement ! On s’active également chez Orlando Bloom, qui vient de terminer, à quelques encablures de Londres, la construction d’une villa très peu énergivore, équipée de panneaux solaires, et éclairée uniquement avec des ampoules à basse consommation. On applaudit enfin l’initiative des studios de la Twentieth Century Fox, qui ont décrété l’interdiction des véhicules à moteur diesel sur les plateaux de tournage. C’est acté : Jack Bauer, alias Kiefer Sutherland, ne pourra donc désormais compter que sur des véhicules hybrides pour traquer les vilains terroristes, dans la série 24 heures chrono. À quand le Smith &amp; Wesson sans déflagration ? � [ 15 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p16'><pre>[S’ENGAGER] GORASSINI GIANCARLO/ABACA [ 16 ]</pre></div> <div class='panel' id='p17'><pre>Thierry Lhermitte « Garder le contact avec le terroir » En trente-cinq ans de carrière et de films à succès, Thierry Lhermitte est devenu l’un des acteurs préférés des Français. Mais derrière l’apparente légèreté de ses personnages se cache un homme responsable, soucieux du devenir de la planète. Propos recueillis par Sam Bobino On vous sait très en harmonie avec la nature. Qu’estce que cela représente pour vous ? Pour moi, c’est quelque chose d’essentiel, de vital. Un paysage, des milieux naturels... Ça me fait davantage rêver qu’un monument. C’est pourquoi chaque matin, je fais du cheval dans de très beaux endroits, ça me permet de m’évader et de garder la forme. Il paraît aussi que vous cuisinez bio… Oui, mais j’aime le bio « d’origine », pas celui distribué en supermarché. Je vais tous les week-ends en dehors de Paris, dans une ferme qui vend des produits frais ; j’y achète des légumes et un poulet fermier, que je choisis et que je prépare moi-même. Rien ne vaut les produits naturels. C’est important de savoir d’où vient ce que l’on mange et de garder le contact avec le terroir. Avez-vous une âme de militant écologiste ? Je suis plutôt un citoyen très concerné par tout ce qui l’entoure et un écologiste convaincu. Je m’efforce de faire des choix citoyens qui s’appuient sur le bon sens. Je m’efforce aussi de ne pas trop polluer au quotidien. Par exemple en prenant les transports en commun le plus souvent possible. J’utilise aussi une voiture qui pollue peu… Comme Arnold Schwarzenegger, qui avait repris votre rôle dans True Lies, remake de La Totale ? (Sourire) Sauf que vous ne me verrez jamais au volant d’un 4x4, même si lui a investi plusieurs dizaines de milliers d’euros dans un pot catalytique, donc moins polluant. C’est bien que quelqu’un d’aussi connu que Schwarzenegger donne l’exemple. Surtout en tant que gouverneur de Californie, qui est un des états, sinon l’état d’Amérique, qui a le plus grand parc automobile du pays. Le fait qu’il ait légiféré sur la réduction des gaz à effets de serre est une très bonne chose. À condition que ces lois soient appliquées. Le réchauffement de la planète est quelque chose de terrible. On commence seulement à en prendre conscience. La pollution des mers est tout aussi dramatique. Et l’homme en est responsable à 90 %. On vous sent pessimiste pour l’avenir… Le développement durable, ce n’est pas facile. Cela signifie renoncer à certaines choses. Pas évident d’expliquer aux pays en voie de développement qui accèdent enfin à une meilleure qualité de vie, comme le peuple chinois, qu’ils ne devront plus construire d’usines alors que nous l’avons fait outrageusement pendant des siècles. Espérons juste que les générations futures sauront redresser la barre et ne commettront pas les mêmes erreurs que nous. C’est tout ce que l’on peut souhaiter pour que notre planète soit toujours plus préservée. � Actu À l’affiche de : Notre univers impitoyable, de Léa Fazer, avec Alice Taglioni et Jocelyn Quivrin. Ça se soigne ?, de Laurent Chouchan, avec Stéphane Freiss, Isabelle Gélinas. [ 17 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p18'><pre>[S’ENGAGER] Jacques Rocher porte bien son nom Solidement convaincu, cet industriel atypique fait partie de ces défenseurs infatigables des droits de la nature qui souligne son attachement à la cause verte. Propos recueillis par Stéphane Aitaissa Vous incarnez à travers le groupe Yves Rocher une certaine idée du développement durable… J’ai des engagements mais surtout des convictions. Je suis évidemment très impliqué dans la marque Yves Rocher en tant que directeur du développement durable et de la prospective. Je préside également la fondation Yves Rocher- Institut de France, qui agit dans le cadre exclusif de l’environnement et du rapport de l’homme avec la nature. Grâce à cette fondation, nous avons notamment lancé le prix « Terre de Femmes » qui soutient financièrement et moralement des projets ou des associations dirigées par des femmes en faveur de la nature. Comment votre groupe agit-il concrètement pour l’environnement ? Certaines actions sont palpables, comme celle des sacs « engagés », réutilisables, moins nocifs, qui sont accompagnés d’un petit message en faveur du respect de l’environnement. Mais je m’attache aussi particulièrement à travailler l’invisible, comme le fait de cultiver 40 hectares de champs de fleurs bio ou de renforcer nos efforts concernant l’éco-conception de nos packaging. Je travaille à gerer au mieux nos contradictions. Cette vocation à respecter et à défendre la nature vient-elle de vos racines bretonnes ? Ce matin encore, je parcourais les marais de Glénac en bateau en admirant les oiseaux, la végétation, les ragondins. Et je me souviens qu’à l’âge de 8 ans, j’avais déjà le réflexe d’observer ces mêmes marais, sa flore, ses grenouilles… J’ai vécu dans un milieu naturel une grande partie de ma jeunesse. Cela crée des liens forts avec la nature et les cycles de vie. Aujourd’hui je suis citadin, mais j’éprouve toujours autant le besoin de venir me ressourcer dans ma région. Et puis se confronter à des milieux naturels très puissants permet de garder son humilité. «J’ai compris que mon bonheur passait par la nature» N’êtes-vous pas découragé par la déforestation de l’Amazonie ou choqué par la Chine qui entame d’importants travaux pour réaliser un barrage, alors que le désert continue de gagner du terrain ? Nous évoluons dans une société qui a les moyens de voir très loin grâce à une source d’intelligence et de technologie énorme, mais qui fonctionne encore sur du court terme. C’est la grande complexité du monde actuel. Rien ne sert de condamner les Brésiliens par exemple, mieux vaut comprendre leur situation économique. C’est extrêmement complexe, car nous sommes dans une course à la croissance. Les pays émergents, le Brésil, la Russie, la Chine ou l’Inde ont des besoins qui les poussent à produire et à consommer. Ça n’exempte pas les Américains, les Européens ou les Japonais de réduire leurs impacts sur l’environnement. Comment sensibilisez-vous vos proches à l’environnement ? Il est inutile de miner la tête des gens et de les culpabiliser. Avant de faire prendre conscience de l’échelle des dégâts environnementaux à ma fille de 6 ans, je préfère qu’elle garde un œil émerveillé devant le spectacle qu’offrent une coccinelle, un oiseau ou la nature en général. L’homme est de plus en plus dénaturé, car il est en décalage avec les milieux naturels, il ne les vit pas. J’ai depuis longtemps compris que mon bonheur passait par la nature. Et qu’il fallait enfin lui rendre ce qu’elle nous donne. � À lire : Ma terre est une femme, de Jacques Rocher. Éditions Presses de la Renaissance, 19 �. PATRICK WALLET / DR [ 18 ] </pre></div> <div class='panel' id='p19'><pre>Haie d’honneur pour Sylvie Monier Sylvie Monier, animatrice responsable de la mission « Haies d’Auvergne » a fait de son action un véritable sacerdoce. Ses objectifs ? Préserver, entretenir et reconstituer les haies en Auvergne. « En cinquante ans, près de 70 % des haies ont disparu en France, à cause du remembrement en arbres et en haies et de la politique commune. » Intarissable, Sylvie Monier se bat depuis huit ans pour la préservation du bocage de sa région, par le biais de la mission « Haies d’Auvergne ». « Mon orientation était initialement fondée sur la plantation. J’ai retravaillé les choses en amont, en préservant d’une part, en replantant puis en sensibilisant d’autre part. » En véritable passionnée, Sylvie Monier vante pêle-mêle les multiples rôles environnementaux des haies : effet brise-vent pour abriter les troupeaux et les cultures, préservation des ressources en eau, source de biodiversité, refuge pour les oiseaux… Vaines sollicitations L’action de Sylvie a notamment été remarquée par la Fondation Yves Rocher, qui lui a décerné récemment le premier prix de son trophée « Terre de femmes ». Pour autant, les élus semblent rester sourds au combat mené par la jeune femme et ceux qui, comme elle, souhaitent préserver ce type de végétation. « On lance des actions sur le plan national pour tenter d’intervenir auprès des ministères et des politiques concernés. Sans réponse... » Oubliés des politiques agricoles et publiques en général, les « arbres hors forêts » souffrent d’un déficit d’image. « Le bocage est considéré comme banal, et fait songer à trois frênes qui poussent entre deux cours d’eau ou à une aubépine qui s’implante entre deux clôtures », regrette Sylvie Monier. « Un élu choisira plutôt de goudronner une route que de replanter des haies. Notre travail consiste donc aussi à faire évoluer les mentalités et ce n’est pas la moindre des missions. » � S.A. Pour en savoir plus : Association française arbres et haies champêtres (www.afahc.com). Mission Haies d’Auvergne : Tél. : 04 71 60 24 95 moniersylvie@hotmail.com Véronique Jannot : de l’eau en barre ! Marraine de l’opération « 1 litre acheté = 10 litres puisés au Sahel », la comédienne s’engage à nouveau pour la cause humanitaire. Déjà impliquée dans la cause tibétaine, Véronique Jannot s’est trouvé un nouveau cheval de bataille en parrainant le programme d’accès à l’eau potable au Niger, partenariat mené conjointement par l’Unicef et Volvic. Dans l’un des pays les plus pauvres de la planète, « l’accès à l’eau salubre et à l’assainissement est une préoccupation quotidienne de la population locale », souligne la comédienne. Son engagement au sein de cette action lui semblait donc essentiel. « La majorité des habitants n’ont souvent qu’une seule source d’eau, provenant de puits simples, du fleuve du Niger ou des mares. Acheter de l’eau chez nous pour favoriser la construction de puits dans les pays qui en ont besoin est une belle symbolique. Aujourd’hui, nous sommes encore en position d’aider les gens à aller puiser de l’eau dans leurs sous-sols. Mais demain, où ira-t-on la chercher ? Elle sera polluée et de plus en plus rare. » ��S.A. [ 19 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p20'><pre>[S’AIMER] J’éco-positive, mode d’emploi Comment garder le moral en ces temps de réchauffement de la planète ? Et se comporter sans verser dans l’un des deux extrêmes - déni de la réalité ou anxiété permanente ? Voici dix arguments antidéprime et pro-action, car ce n’est pas en broyant du noir que les choses vont changer ! Par Tinka Kemptner 1Les éco-optimistes ne sont pas (que) de doux rêveurs Au contraire, parmi eux, on trouve même d’éminents scientifiques. Comme Michael Oppenheimer, spécialiste des Sciences de la terre à l’université de Princeton, aux États-Unis ; réputé pour avoir la tête sur les épaules, il explique (1) : « Je suis confiant sur le fait que nous allons trouver une solution au changement climatique. Après tout, nous avons déjà géré des problèmes de la même ampleur par le passé, et nous pouvons le faire à nouveau. Le monde n’a-t-il pas agi face à la menace nucléaire en décidant de réduire le nombre d’armes ? » (1) http://news.bbc.co.uk/1/hi/sci/tech/6270871.stm Pétrole cher = aubaine 4 Le jour où le prix du baril de pétrole flirtera avec les 200 dollars (il a déjà dépassé la barre des 100 dollars), même les plus insouciants finiront par se débarrasser de leur 4x4. À moins d’être millionnaires, ils n’auront tout simplement pas le choix. D’où l’effervescence des constructeurs qui tentent de trouver de nouvelles solutions. Ainsi, la voiture à air comprimé qui, telle l’Arlésienne, fait parler d’elle depuis dix ans : voilà que la firme indienne Tata Motors annonce sa commercialisation d’ici à fin 2008 ! L’économie est parfois plus convaincante que l’écologie... 2Ça innove à tout-va Nécessité fait loi : plus la fin d’une époque approche (et avec elle l’asphyxie de la planète), plus les idées écolo-malignes fleurissent pour nous aider à changer notre mode de vie. Des exemples ? Le WasH2O, lavelinge écolo du fabricant chinois Haier, électrolyse l’eau et permet de nettoyer les vêtements sans lessive ni produit chimique. NOxer ® , un procédé pour murs anti-bruit, qui élimine les gaz polluants. Le cyclopousse électrique, testé à Villeurbanne pour aider les personnes âgées. Ou encore la vitre mise au point par Shimizu Corp. et Sharp, qui accumule l’énergie solaire dans la journée pour la restituer à la tombée du jour et éclairer vos soirées. Ça n’arrête pas dans les labos et les cerveaux ! Tout le monde se met au tri 3 L’écolo-attitude est un véritable raz-de-marée : depuis un an, plus de 500 000 Français ont adopté cinq gestes verts au quotidien, pour faire du bien à la planète : trier ses déchets, éviter les produits à usage unique, éteindre les appareils électriques plutôt que de les mettre en veille, remplacer les bains par des douches, conduire moins vite... Le geste le plus « in » ? Le tri des déchets : plus de 70 % des ménages affirment trier régulièrement verre, piles et emballages. Des réflexes, encore marginaux il n’y a pas si longtemps, deviennent de nouvelles habitudes. VICKY S/WWW.SXC.HU / LOUISE DOCKER/WWW.SXC.HU / MICHEL MEYNSBRUGHEN/WWW.SXC.HU [ 20 ]</pre></div> <div class='panel' id='p21'><pre>Écolo = hype 5 Depuis que les marques chic surfent sur la tendance green, plus besoin de faire rescapé du Larzac pour s’habiller écolo, ou s’oindre avec des crèmes bio. Au rayon fringues, des marques pointues - Levis, Jérôme Dreyfuss, Stella McCartney… - rivalisent de propositions sexy pour modeux anti-CO 2 . Côté cosmétiques, Origins, Nuxe, ou encore La Prairie sortent des gammes bio. Et pour nos déplacements, Chanel a eu la bonne idée de relooker la petite reine en véhicule pour reines du podium (8 900 � le vélo griffé du double C, tout de même !). Quant aux produits recyclés, 73 % des Français (1) les considèrent aujourd’hui comme des produits de qualité et non plus comme des articles bas de gamme. (1) Selon une étude TNS Sofres pour Éco-Emballages 6Le DD, c’est bon pour l’image ! De plus en plus de célébrités ne jurent plus que par les voitures hybrides, les couches lavables, la nourriture bio… Certaines stars, comme Leonardo DiCaprio ou Darryl Hannah, passent d’ailleurs plus de temps à militer pour la bonne cause qu’à tourner dans des films. Et depuis qu’écolo rime avec glamour, même les plus gâtés des people changent de discours (et, on l’espère, d’actes). Il est loin, le temps où les divas prenaient leur bain dans de l’eau minérale. Aujourd’hui, toute star qui se respecte doit se limiter à des douches de moins de 3 minutes 30. Marketing ? Qu’importe : cela fait bouger les mentalités ! ZDESLAV SCHREIBER/WWW.SXC.HU / SKYRO/WWW.SXC.HU Vive les radins ! 7 Chouchouter la planète, c’est bien. Chouchouter son portefeuille en même temps, c’est encore mieux. En réfléchissant à nos actes d’achats, on évite de dépenser n’importe quoi : c’est le credo de ceux qui prônent un retour à une plus grande simplicité, à une vie plus équilibrée. Cultiver son jardin, c’est bon pour le moral et moins cher que les séances chez le psy. Arrêtons donc de remplir nos chariots de choses inutiles et redonnons du sens à notre consommation. L’écologie, c’est aussi une philosophie. 8Les scénarios catastrophe ne sont que… des scénarios Certes, si l’on continue de polluer comme par le passé, le pire est à craindre. Mais il est encore temps de changer la donne. Un seul exemple : l’énergie géothermique. Selon une étude récente réalisée par le Massachusetts Institute of Technology (MIT), cette source d’énergie encore sous-exploitée pourrait couvrir 250 000 fois nos besoins mondiaux en électricité ! Et c’est une technique parmi d’autres… Y a de l’espoir ! Enfin de vraies actions 9 Les associations sont de plus en plus actives, le Grenelle de l’environnement a changé les mentalités, des mesures concrètes commencent à être prises… Bref, ça frémit un peu partout. Ainsi, en 2010, la distribution des sacs plastique à usage unique dans le commerce sera interdite en France. Devançons le mouvement dès aujourd’hui, à l’instar d’un nombre croissant de Français : en trois ans, la consommation de sacs jetables a en effet diminué de 64 %. Vive le joli cabas, écologique et chic ! [ 21 ] Ça va mieux en agissant 10Il vous faut un argument de plus pour agir ? Faire des gestes pour l’environnement au quotidien permet de se sentir moins dépassé par les événements, et par conséquent, d’angoisser moins. Donc : recyclez vos bouteilles vides, enfourchez votre vélo, éteignez votre télé… Vous verrez, ça ira tout de suite mieux. Bon, ce n’est pas une révolution, mais c’est déjà ça. Et ce n’est pas en angoissant que vous allez sauver la planète. Qui dit déprimé, dit moins efficace ! www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p22'><pre>[S’AIMER] C’est dans l’hair… Asphyxiés par la pollution, bombardés d’UV, saturés de produits chimiques, nos cheveux ne demandent qu’à se mettre… au vert. Pas de panique : entre coloration végétale, soins bio et formules nature, il existe toute une panoplie écolo pour leur redonner éclat et légèreté ! Par Aurélia Hermange CHEVEUX SECS ET CASSANTS : FAITES UNE PAUSE NATURE ! Brushing, shampooings agressifs et colorations à répétition finissent par déshydrater les cheveux. Décapé et en mal de douceur, le cuir chevelu ne fabrique plus assez de sébum. Résultat : les mèches, moins lubrifiées, se font électriques et cassantes, elles s’emmêlent plus facilement et deviennent rêches. Pour lutter efficacement contre ces menues rébellions capillaires, chouchoutez votre cuir chevelu pour lui permettre de restaurer en douceur son film hydrolipidique. Première mission : hydrater. Pour nourrir et protéger les cheveux secs, les shampooings et soins aux actifs riches en acides gras sont vos meilleurs atouts. Karité, jojoba ou huile de carthame pénètrent en effet au cœur de la kératine et l’aident à reconstruire ses défenses naturelles. Deuxième suggestion : bannir les teintures (qui agressent le cheveu) et les gels coiffants (qui contiennent souvent de l’alcool, à l’action desséchante). En revanche, usez et abusez des masques nourrissants, à laisser poser deux fois par semaine sur les cheveux rincés et bien essorés. NOTRE SÉLECTION NATURE • Le Shampooing Cheveux Secs de Melvita, riche en acides aminés essentiels et en huile de carthame, très hydratante et adoucissante (7,28 �). DR [ 22 ]</pre></div> <div class='panel' id='p23'><pre>Zoom sur la coloration végétale, avec Martine Mahé Voici déjà près de quarante ans que Martine Mahé a créé son centre de remise en forme du cheveu en plein cœur de Paris. Ici, les shampooings fleurent bon le thym, la menthe, le ginseng ou la pêche, tandis que les teintures sont issues de pigments de plantes, sans eau oxygénée ni ammoniaque. « Nos clientes éprouvent des réticences vis-à-vis des colorations classiques, expliquent les coloristes maison. Elles leur reprochent de piquer la peau, voire de brûler le cuir chevelu, et nombre d’entre elles ont fini par développer des allergies. Certes, la coloration végétale ne permet pas tous les résultats - les décolorations ne sont pas possibles et les formules à base de plantes ne couvrent pas la totalité des cheveux blancs, mais les reflets obtenus sont magnifiques. Et pour toutes celles qui ont fait le choix d’une alimentation bio, ce type de coloration est un prolongement logique de leur démarche. » • Coloration à l’institut à partir de 45 �. Et pour prolonger le bénéfice du soin et de votre coloration : Shampooing Reflets à l’Huile de Camélia Martine Mahé (19 �). Le Salon vert Martine Mahé - 28, rue Vignon – Paris 9 e . Tél. : 01 47 42 25 96 À lire Envie de plus d’infos ? Rien de plus simple : le Palmarès 2008 des cosmétiques, de Laurence Wittner, vous dit tout. Un ouvrage à garder sous la main pour acheter en toute confiance… Aux éditions Leduc.S (23 �). • Shampooing Bio Régénérateur Cheveux Abîmés d’Eumadis, au jojoba bio gainant et à l’orange douce bio tonifiante, qui redonne du peps aux cheveux fatigués (9,50 �). • Le Shampooing Natura Organics Ultra-Nourrissant au jojoba et à l’aloe vera, qui permet aux cheveux de retrouver leur hydratation, leur brillance et leur souplesse naturelle (15,70 �). CHEVEUX GRAS : VIVE L’ALLÉGÉ ! Il se peut, à l’inverse, que votre cuir chevelu sécrète trop de sébum, ce qui a pour effet de priver les cheveux de volume. Pour retrouver une chevelure saine et légère, tout est alors affaire d’équilibre, car il s’agit de traiter le cuir chevelu sans l’irriter, afin d’éviter qu’il ne se mette à produire des pellicules… Pour commencer, résistez à l’appel du shampooing quotidien : la tentation est grande de multiplier les lavages, mais cela détruit le sébum et relance le travail des glandes sébacées. Conséquence : à l’impression de propreté succède rapidement une sensation désagréable de graissage, qui s’accentue au fil des shampooings… Pour assainir le cuir chevelu et les racines, utilisez tous les deux jours un produit doux en alternance avec un shampooing traitant, et laissez vos cheveux sécher à l’air libre pour éviter le stress du séchoir brûlant. Sachez également que les shampooings bio et naturels moussent moins car ils ne comportent pas ou peu de tensioactifs (qui, à la longue, peuvent se montrer agressifs). Mais qui dit mousse ne dit pas meilleur lavage : inutile d’utiliser des tonnes de produit, du moment que vous émulsionnez convenablement ! NOTRE SÉLECTION NATURE • Le Shampooing Bio au Vinaigre de Romarin de Cattier, qui assainit le cuir chevelu et élimine l’excès de sébum, grâce à un mélange d’huiles essentielles purifiantes (6,90 �). • Le Shampooing sébo-régulateur Phytocédrat de Phyto, à l’huile essentielle de cédrat, au géranium, à l’ortie, au romarin et à la sauge, qui normalise l’activité des glandes sébacées et diminue les sécrétions de sébum (10 �). • L’Huile Traitante Origins Organics, car qui dit cheveux gras dit cuir chevelu sensibilisé : les huiles essentielles bio de lavande et de menthe poivrée de ce produit sauront l’apaiser (33 �). [ 23 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p24'><pre>[S’AIMER] Nouveau credo chez les créateurs Il flottait un parfum de mode verte au dernier salon Prêt-à-Porter Paris ® . La manifestation So Ethic rassemblait en effet 68 créateurs tournés vers le développement durable. Et en prime, le prix Néo Planète a été remis à la créatrice Céline Faizant, récompensant ainsi une marque moderne, éthique et française… Cocori-écolo ! Par Matthew Allen 100 % naturel Après avoir parfaitement maîtrisé le coton bio, travaillé sous forme de jersey, de popeline et de sergé, Article 23 poursuit son chemin sur la route des matières naturelles avec l’utilisation de la soie par le biais de satin et d’abutai ! www.article-23.com Néo Planète honore Céline Faizant La jeune créatrice de mode éthique s’est vu remettre le premier prix Néo Planète au dernier salon So Ethic de Prêt-à-Porter Paris ® . En sélectionnant des matières nobles et respectueuses de l’environnement, Céline Faizant propose des collections très prisées dans le secteur du luxe et de la haute couture. Son style volontairement en marge des tendances actuelles lui permet également de prétendre à une mode durable. Chapeau Céline ! www.celinefaizant.fr [ 24 ] Bllack is beautiful Bllack est la nouvelle marque de Noir, le Danois ultra-mode qui a présenté, lors de la London Fashion Week, une collection sexy et burlesque en coton bio. www.noir-illuminati2.com DR</pre></div> <div class='panel' id='p25'><pre>Katharine E Hamnett, the best one En 1984, invitée à rencontrer Margaret Thatcher, alors Premier ministre britannique, Katharine E Hamnet se rend au 10 Downing Street, arborant un T-shirt « over size » avec un slogan s’opposant aux essais de missiles engagés par la Dame de fer. Barrés d’un « Choose life » ou d’un « Save the world » en lettres capitales, ces T-shirts sont alors furieusement copiés ; on les retrouve dans les clips de Wham, Frankie goes to Hollywood et de Boy George. Aujourd’hui Katharine E Hamnet conseille les Nations unies en matière de développement durable, enseigne à l’université des Arts de Londres et dessine sa collection de prêt-à-porter en coton bio distribuée aux quatre coins de la planète. Associée au projet de Designers Against Aids, elle a créé les T-shirts « Stop and think » et « Use a condom », en vente chez H&amp;M et chez Colette (au prix de 12 �). Les ventes permettront de financer les actions de prévention du sida menées par Designers Against Aids. www.katharinehamnett.com Basiques version écolo La prestigieuse St Martins School of Design rejoint le mouvement So Ethic avec Amana, une nouvelle marque qui met en scène une collection de basiques réinterprétés avec un petit plus de conscience écolo et un toucher luxueux en prime ! Recyclage vintage « Delight ! Say delicious… » Hetty Rose, la marque de la jeune créatrice anglaise Henrietta Rose Samuels, récemment diplômée du London College of Fashion, explose grâce à sa collection de chaussures faites à la main à partir de matières recyclées, notamment des étoffes de kimono. Un style très girly et une âme vintage étonnamment moderne. www.hettyrose.co.uk www.amana-collection.com Bien dans ses pompes Gardons les pieds bien sur terre avec Terra Plana, un chausseur au style sans compromis, qui associe méthodes traditionnelles et écologiques aux matières naturelles : cuirs à tannage végétal, semelles en latex, teintures à l’eau, bois issus de forêts gérées, couvertures recyclées… Le tout est cousu main, jamais collé ! www.terraplana.com Top et créateurs s’engagent Pour un coton éthiquement et écologiquement correct. C’est la dernière campagne menée par l’ONG Environmental justice foundation, qui se bat contre les injustices sociales et environnementales en lien avec l’industrie et le milieu de la mode. Trois créateurs et vingt top model s’engagent s’engagent ainsi pour la protection de notre futur (« Save the Future ») : Christian Lacroix, Betty Jackson, Luella et les top Irina Lazareanu, Lily Cole, Caroline Trentini... www.ejfoundation.org [ 25 ]</pre></div> <div class='panel' id='p26'><pre>[S’AIMER] ZESTS Et qui t’es ? Équitable ! Vous voulez un monde nouveau ? Achetez différemment ! Le Forum du commerce équitable est un rendez-vous incontournable de cette nouvelle façon de consommer. Néo Planète vous y donne rendez-vous pour y sélectionner des articles de mode pour ceux qui veulent porter les couleurs d’une société différente. CÔTÉ FILLES Collier du Comptoir éthique Collier en graines de tagua, l’ivoire végétale de Colombie. Ramassées à même le sol (et non cueillies dans les arbres), les graines sont séchées au soleil avant d’être décortiquées, découpées puis trempées dans des colorants végétaux. Sautoir en tagua : 25 � www.comptoir-ethique.com Robe des Fées de Bengale Robe bustier en soie rebrodée de perles, signée des trois Fées du Bengale. Éblouies après un voyage en Inde, elles ont décidé de travailler avec des coopératives féministes indiennes qui aident les plus démunies (financement d’un hôpital, campagnes d’information sur leurs droits, éducation des enfants, etc.). Robe Campanule, 190 � www.lesfeesdebengale.fr Sac de filles en fil Dans le Maine-et-Loire, Claire, Florence et Karine créent des accessoires à partir des excédents des industries de la mode, qui ferment ou se délocalisent afin de soutenir le savoir-faire de leur région. Sac Le Kaba, 130 �. www.deuxfillesenfil.fr En ouverture de la 8 e quinzaine du commerce équitable (du 25 avril au 11 mai), le Forum du commerce équitable est organisé par la plate-forme pour le Commerce Equitable, Max Havelaar France et le Groupe SOS. Plus de 90 exposants et 12 000 visiteurs pour un joli programme : conférences, Un Forum pour le commerce équitable [ 26 ] animations, massages, dégustations, spectacles, dans des secteurs variés (mode, cosmétiques, déco, alimentation, voyages...) Forum du commerce équitable, 25 et 26 avril, à la Cité des Sciences et de l’Industrie, Paris 19 e . Entrée gratuite. www.forumequitable.org</pre></div> <div class='panel' id='p27'><pre>CÔTÉ GARÇONS Sac Coll.part Sac Gus, à bandoulière. Coll.part est une collection particulière créée à partir de sacs d’aliments pour poissons récupérés dans des piscicultures, et des sacs de riz glanés sur les marchés au Cambodge. 62 � www.etikebo.com Baskets Veja Devenues des grands classiques, les premières baskets issues du commerce équitable « made in Brazil », réalisées avec des matières naturelles. Veja volley (existe en vert, rouge, noir, bleu ou rose) : 85 � www.veja.fr T-shirt Monsieur Poulet Drôles et pétillants, les T-shirt de M. Poulet sont en coton bio et équitable, fabriqués par des producteurs d’Afrique de l’Ouest. L’impression des motifs est certifiée Imprim’Vert (déchets recyclés, encres non toxiques…). T-shirt : 26 � www.monsieurpoulet.com Jean Nu Jean Nu, en coton bio et équitable tissé en Turquie et confectionné en Tunisie. Les teintures, boutons, rivets et fermetures répondent aux normes environnementales les plus strictes. Le jean : 89 � [ 19 ]</pre></div> <div class='panel' id='p28'><pre>[COCOONER] Papillionnez au jardin ! Alors que le jardin nous permet de retrouver un lien avec la nature, des pratiques peu respectueuses de l’environnement y sont encore courantes, souvent par méconnaissance. Quelques conseils à suivre pour un jardin plus vert… En collaboration avec Noé Conservation La friche, c’est chic ! Une friche est un endroit où l’on oublie binettes et sarcleuses, arrosoir et pulvérisateur. Un petit coin où la nature pourra s’exprimer, où des espèces de plantes et d’animaux - souvent en voie de disparition - pourront se maintenir et prospérer. Il n’y a pas de papillons sans mauvaises herbes ! La petite prairie devant la maison La pelouse est sans aucun doute le type de plantation qui occupe la plus grande surface dans nos jardins. Transformer cet espace de gazon en prairie présente pourtant des avantages : d’abord des économies de temps et d’argent (finies, les dépenses de carburant et les frais de réparation pour la tondeuse !), une réduction des nuisances sonores et une diminution de la consommation de produits chimiques. Il y a aussi l’aspect esthétique, puisqu’une prairie, plus romantique et sauvage, se couvre de fleurs du printemps à l’automne ! La biodiversité est préservée et votre jardin protégé, car ce petit coin de prairie accueille de nombreux insectes, utiles pour votre espace vert. La biodiversité dans tous ses états À travers vingt grands thèmes, illustrés de photos étonnantes, l’exposition interactive intitulée « Biodiversités, nos vies sont liées » ouvre la voie à des changements d’habitudes qui laissent place à de nouveaux comportements : consommer moins et mieux, économiser l’eau et l’énergie, manger local et de saison, etc. Autant de gestes à adopter pour sauver la biodiversité… et donc l’humanité. Du 22 mai au 30 septembre, au Muséum national d’histoire naturelle de Paris. www.noeconservation.org Vos amis les bêtes Protéger la biodiversité c’est aussi protéger notre avenir. Le bon fonctionnement de notre planète (cycles du carbone, de l’eau, de l’oxygène…) est lié à la santé des écosystèmes. Une espèce qui disparaît, c’est un des maillons d’une chaîne qui se brise, remettant en question la survie d’autres espèces… Accueillir la biodiversité dans son jardin permet aussi de limiter son travail et l’emploi de pesticides. Plus votre jardin ressemble à un écosystème naturel, plus il pourra se défendre contre les aléas climatiques et les ravageurs. Les insectes pourront améliorer la pollinisation au potager et au verger, et protègeront de façon naturelle vos plantations contre les pucerons et autres cochenilles. L’eau, une ressource à préserver Économiser l’eau est bon pour le porte-feuille et l’écologie ! L’arrosage du jardin représente en moyenne 9 litres par personne et par jour. Avec des gestes simples, il est possible d’économiser environ 35 m³ d’eau par an, soit 100 �, pour un jardin moyen : investissez par exemple dans un récupérateur d’eau de pluie, ou placez une bassine en permanence dans l’évier pour récupérer l’eau sans en perdre une goutte, et arroser ensuite vos plantations. Faites votre compost Presqu’un rêve d’alchimiste : transformer les déchets en une matière en or ! En effet, 30 % de nos détritus peuvent devenir, en quelques mois, un véritable engrais naturel. Avantages ? De meilleures récoltes, des économies d’eau, la réduction des déchets et l’emploi de matières naturelles dans le jardin. Le compost améliore la structure du sol, l’enrichit en matière organique sans détruire les micro-organismes si importants pour les CRAIG PITTS/WWW.SXC.HU / DANI SIMMONDS/WWW.SXC.HU / MICHEL SOMSEN/WWW.SXC.HU [ 28 ]</pre></div> <div class='panel' id='p29'><pre>Le secret d’un beau jardin ? Laisser libre cours à la nature ! végétaux. De plus, il est disponible pour les plantes sur le long terme et ne pollue pas les nappes phréatiques et les rivières. Extinction des feux Chaque nuit, au retour des beaux jours, les éclairages de jardins provoquent la mort directe ou indirecte de centaines d’insectes, dont certains sont proches de l’extinction. L’éclairage figure ainsi parmi les trois causes principales du déclin des papillons, avec l’abus de pesticides et la raréfaction des habitats. L’été, près de 150 insectes meurent en moyenne sur chaque réverbère… Et s’ils ne sont pas piégés ou tués par l’installation elle-même, ils sont souvent victimes de leurs prédateurs (chauves-souris, crapauds, etc.) attirés par la présence de proies en si grand nombre. Sans oublier que les lumières extérieures sont très énergivores : en France, l’éclairage public serait responsable à 4 % des émissions de gaz à effet de serre. La flore locale, petit bonheur des papillons Les papillons sont souvent confrontés à de grandes difficultés pour se nourrir et se reproduire dans nos jardins. Les chenilles, par exemple, dont le régime ne tolère souvent qu’une ou quelques espèces de plantes, ne trouvent pas leur bonheur avec les plantes exotiques de nos jardins. Replanter des fleurs et arbustes locaux est ainsi indispensable pour accueillir et préserver papillons et autres insectes. Prenez soin de vos sols Le sol est l’élément de base du jardin, dont dépend la croissance et la santé de nos plantations. Bien le gérer permet donc de mieux valoriser les apports nutritifs, réduire l’arrosage, limiter le traitement des maladies… Attention donc à l’abus d’engrais, cause de pollution des milieux naturels. Bannissez les pesticides Les pesticides ne sont pas des produits anodins. Ils contiennent des substances actives qui agissent sur les mauvaises herbes et les nuisibles, mais aussi sur la vie sauvage. Dans les jardins, les produits généralistes touchent tous les insectes, donc aussi ceux dits « utiles », comme les abeilles, les coccinelles ou les papillons. Devenez ambassadeur de la diversité Faites partager votre plaisir d’entretenir un jardin naturel, avec des oiseaux, des papillons et toute une vie sauvage. Vos amis seront séduits et puis qui sait, vous ferez peut-être des émules ! � [ 29 ]</pre></div> <div class='panel' id='p30'><pre>[COCOONER] ZESTS Chauffe-eau : 1,2,3… solaire Le chauffe-eau solaire individuel a le vent en poupe en France : pour la seule métropole, près de 37 000 unités ont été vendues en 2007, selon les premières estimations d’Enerplan, l’association professionnelle de l’énergie solaire. C’est en effet actuellement l’une des manières les plus simples de faire entrer l’énergie renouvelable dans sa maison. L’installation consiste à faire passer dans un système vitré et placé dans un endroit ensoleillé, un liquide calorifique qui va chauffer l’eau sanitaire d’un ballon. Avec 2 à 8 m 2 de capteurs, selon que l’on se trouve au sud ou au nord du pays, on peut produire 40 à 80 % des besoins en eau chaude d’une famille, selon Enerplan. Le coût ? Il varie de 3 800 à 5 800 euros, selon les modèles, pose comprise (pour 3 à 5 m 2 de capteurs et un ballon de 200 - 300 litres). Sachez qu’il existe des possibilités de crédit d’impôt de 50 %, des aides locales ou l’application d’un taux de TVA réduit pour la réalisation de travaux d’installation d’un chauffeeau solaire. V.R. Pour en savoir plus : www.ademe.fr www.enerplan.asso.fr Le prix Néo Planète attribué à… un arrosoir ! Comme chaque année, le Salon Maison&amp;Objet a récompensé divers exposants. Dans la catégorie « objets du monde », Néo Planète a décerné le prix « Découverte » à la société Taloma, pour son arrosoir fabriqué à partir de boîtes de conserve recyclées. Cette jeune entreprise a également lancé une large gamme d’écoproduits réalisés à partir de packs de jus de fruit recyclés : cabas, trousse de maquillage, corbeille à fruits, sac à main ou porte-monnaie. www.taloma.fr ECO KID Du DD pour les bébés Jeune boutique en ligne, Kidybio propose une large gamme de produits bio pour bébés et jeunes mamans, des couches lavables aux écharpes de portage en passant par les produits d’hygiène et de soins. www.kidybio.com Mini-éolienne Le monde du jouet se met aussi à l’heure écolo avec cette éolienne qui capte l’énergie du vent et recharge en même temps les piles logées dans un boîtier. Eolienne, Eveil et Jeux, 20 �. Tél. lecteurs : 0892 350 777 Les pieds dans le plat ! Livre jeunesse entièrement consacré au développement durable et à l’éco-citoyenneté, Les Pieds sur terre invite le lecteur à exercer son sens critique, à travers un enrichissant tour du monde. (Elka éditions, 14,50 �) www.lespiedssurterre.fr [ 30 ]</pre></div> <div class='panel' id='p31'><pre>ILLUSTRATION : CHRISTOPHE BESSE / DR B.A. ba La HQE, qu’est-ce que c’est ? HQE : un sigle à la mode dans le monde du bâtiment. La référence « haute qualité environnementale » a été créée en 1996 et regroupe des professionnels, des experts et des collectivités locales. Démarche volontaire, elle répond à deux préoccupations essentielles : la raréfaction des ressources et l’effet de serre d’une part, la demande des usagers de plus de confort et de sécurité d’autre part. La référence HQE regroupe plusieurs critères : • l’harmonie du bâtiment avec son environnement immédiat ; • les produits, systèmes et procédés de construction ; • l’impact environnemental du chantier ; • la gestion de l’énergie, de l’eau, des déchets ; • l’entretien et la maintenance de la construction ; • le confort hygrothermique, acoustique, visuel, olfactif ; • la qualité sanitaire des espaces, de l’air et de l’eau. Une maison certifiée « NF maison individuelle – démarche HQE » doit prendre en compte l’ensemble de ces points, avec un niveau de performance élevé. V.R. www.assohqe.org Jouez durablement Le jeu NéoEco propose une approche concrète du développement durable. Chaque joueur expérimente l’impact de ces nouveaux enjeux sur l’entreprise à travers l’eau, les rejets, l’énergie, la ou encore le social. Une manière de comprendre pourquoi leadership et performance passent aujourd’hui par responsabilité. NéoEco, à partir de 15 ans, 59 �. www.neoeco.fr Sauver la planète avec Pinocchio DVD interactif en 3D à vocation écoloéducative, On va sauver la planète nous plonge dans le quotidien de Pinocchio, à travers dix éco-gestes essentiels pour préserver l’environnement. www.pinocchio-lesite.com FICHE ENTREPRISE L’engagement DD du secteur économique Le groupe Suez Par Teddy Follenfant Premier fournisseur de services à l’énergie en Europe, Suez conçoit des solutions durables et innovantes dans la gestion de services d’utilité publique : électricité, gaz, services à l’énergie, eau et propreté. Avec 140 000 collaborateurs dans le monde, le groupe dessert 3 000 municipalités au quotidien et 500 000 clients industriels et commerciaux. LES POINTS FORTS : • Suez est depuis de longues années engagé dans une politique globale de développement durable reposant sur trois piliers essentiels : la protection de l’environnement, le social et le développement économique. • Les implantations du groupe s’accompagnent systématiquement d’une véritable intégration durable au cœur des territoires. À partir de 1998, Suez a édité plusieurs chartes en interne : une charte sociale internationale, qui constitue le socle de son engagement, une charte de l’environnement ou encore une charte de l’éthique… • Pour Suez, le développement durable est créateur de valeur : en 2007, l’entreprise a par exemple embauché 26 500 personnes dans le monde et prévoit de recruter 110 000 personnes d’ici à fin 2012. • Le groupe est aussi très impliqué dans la lutte contre le changement climatique et la préservation de la biodiversité. • Enfin, signe indiscutable de cet engagement, le développement durable est représenté au sein même du comité exécutif de la firme. LES POINTS FAIBLES : • Alors que les initiatives sociales, notamment sur le terrain, sont importantes, le ratio hommes/femmes dans le groupe reste à améliorer, sachant qu’une politique volontariste en la matière est mise en place depuis deux ans. • Il reste également à faire progresser la transparence sur les obstacles rencontrés lors du déploiement de la politique de développement durable dans une société international aussi importante. • Enfin, la multiplicité tous azimuts des initiatives (bonnes pratiques) et des indicateurs rendent parfois difficile l’homogénéité de l’action. CONSEILS : Le groupe Suez a pris des engagements chiffrés en termes d’environnement et d’emploi ; cette initiative est à encourager dans tous les autres domaines du développement durable. NOTE DD : 4 étoiles sur 5 [ 31 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p32'><pre>[SAVOURER] 10 trucs pour manger bio et… moins cher ! Trop cher, le bio ? Faux : manger bio, c’est une philosophie, une hygiène de vie. Mais c’est aussi manger à moindre coût ! Il suffit de s’en donner la peine. La preuve par dix. Par Vincent Rondreux Quand on regarde les prix au kilo affichés en magasin, le bio est de 15 à 25 % plus cher. Mais comme l’explique le médecin et auteur Lylian Le Goff, ajoutez au prix d’un produit classique le coût des subventions données à l’agriculture intensive, via les impôts, pour qu’elle puisse continuer à vivre, et le bio devient finalement très compétitif. D’autant qu’il est plus nourrissant et tout simplement plus « goûteux »… Outre leur richesse en vitamines et en oligo-éléments, les aliments bio ont un « effet rassasiant, dû à leur plus grande densité en nutriments et à la richesse en fibres des produits végétaux », explique Lylian Le Goff dans son livre Manger bio, c’est pas du luxe. Autrement dit, on a besoin de moins de pâtes complètes bio que de pâtes classiques pour se nourrir… Et puis, le bio c’est aussi et surtout une philosophie de vie, une recherche d’harmonie avec son environnement, comme le soulignent tous les spécialistes. Voici donc dix conseils pour consommer vert sans faire virer son compte en banque au rouge. Se fournir directement auprès des 1 producteurs (ou, à défaut, préférer les circuits courts). En privilégiant la proximité, on limite les surcoûts intermédiaires : transport, distribution… On permet au producteur de mieux vivre de son travail, sans forcément payer plus cher. Acheter en vrac. De nombreux magasins bio proposent 2 des produits sans emballage : céréales, légumes, fruits, produits secs, plantes… Sans conditionnement, les coûts sont réduits. [ 32 ]</pre></div> <div class='panel' id='p33'><pre>Se mettre aux fourneaux ! En préparant soi-même un 3 plat au lieu d’acheter l’équivalent tout prêt et non bio, on rentabilise très vite le temps passé. C’est vrai pour les carottes râpées mais aussi pour les tartes, les pizzas, les gâteaux… Mangez régulièrement cru. À défaut de jardin, n’hésitez pas à cultiver en pot persil, thym, laurier, coriandre, romarin, cerfeuil… Autant d’arômes que vous aurez toujours sous la main, à moindre coût. Mieux connaître les fruits et légumes. Leur peau est 4 pleine de fibres. Si elle est bio, elle se mange et renforce la sensation de satiété. Au lieu de l’éplucher, il est donc préférable de brosser l’aliment sous l’eau. De plus, le bio permet de (re)découvrir de nombreux légumes anciens, pas forcément chers : topinambour, rutabaga, panais, salsifis, crosne, variétés de courges… Respecter les saisons. Les produits 5 saisonniers sont moins chers quand on les achète à la bonne époque. En hiver, bannissez fraises et cerises de votre panier ! Manger moins de viande. 6 Les nutritionnistes soulignent que la surconsommation de viande est mauvaise pour la santé ; ils déconseillent même d’en manger le soir. Un motif excellent pour faire des économies ! Bien choisir avant d’acheter. Regardez les prix : certaines 7 viandes sont plus onéreuses que d’autres, sans être plus nourrissantes pour autant. Les morceaux de bœuf à mijoter (ragoût, pot-au-feu, bourguignon) sont intéressants pour le porte-monnaie. Autre exemple : tant qu’ils sont extra-frais, les poissons les moins chers comme les maquereaux, les sardines, les merlans et même les tacauds, sont excellents. Redécouvrir les légumineuses. Les haricots, flageolets, 8 lentilles, pois cassés, pois chiches, ou encore soja remplacent avantageusement la viande, grâce à leur apport en protéines. Lylian le Goff a fait le calcul : « À ration protéique égale, soit 20 g de protéines par portion pour une personne, l’association de 100 g de céréales bio et de 50 g de légumineuses bio est nettement moins chère que l’équivalent carné, à savoir 100 g de viande non bio ». Préparer des repas équilibrés. Il s’agit de mieux connaître 9 ce que l’on mange. Sans forcément devenir végétarien, on peut faire très bien manger en mélangeant céréales et légumineuses, ou céréales et viande ou poisson, en alternant repas avec et sans viande : couscous avec de la semoule de blé complet, riz ou pâtes accompagnés… En bref, se régaler à moindre coût ! .Apprendre à utiliser les restes. Inutile de jeter : il suffit 10 de trouver le bon accommodement, notamment en associant céréales et viande ou céréales et légumineuses. Quant aux radis, carottes et navets, même leurs fanes se conservent : vous pouvez les émincer dans une salade de crudités, les cuire à l’eau ou encore les braiser. � À LIRE : • Manger bio, c’est pas du luxe, de Lylian Le Goff, éditions Terre vivante. • Manger bio, c’est pas cher, de France Guillain, Éditions Jouvence. •Cuisiner bio, mode d’emploi, de Valérie Cupillard, éditions La Plage. SUR LA TOILE… Producteurs, préparateurs, importateurs et distributeurs… Tous sont répertoriés dans l’annuaire officiel des professionnels de la bio. À consulter sur http://annuaire.agencebio.org/ STEVE WOODS/WWW.SXC.HU / CARLOS ZARAGOZA/WWW.SXC.HU / SANJA GJENERO/WWW.SXC.HU / BSK/WWW.SXC.HU [ 33 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p34'><pre>[SAVOURER] Votre marché de saison Vert petit pois, rose radis, et irrésistible rouge des premières fraises : dès le mois d’avril, les couleurs du printemps illuminent les étals. Pour acheter de saison, consultez notre tableau ! Et au marché, n’hésitez pas à questionner maraîchers, bouchers et poissonniers. Ils sont généralement bien informés sur la provenance de leurs produits et sont ravis de faire connaître leurs recettes. Par Aline Cochard STEFANIE L./WWW.SXC.HU LÉGUMES Avril Mai Juin Ail nouveau Artichaut R R R R Asperge R R R Aubergine R Batavia R Blette R Brocolis R Carotte nouvelle R R Céleri branche R Concombre R Chou-fleur R Courgette R Cresson R R Epinard R R Fève R R Frisée R Haricot vert R Laitue R R Navet primeur R Oignon nouveau R R Oseille R R R Petit pois R R R Pois gourmand R R Poireau primeur nantais, R R Poivron Pomme de terre primeur R R Radis R R Romaine R Roquette R Tomate Scarole FRUITS Avril Mai Juin Cassis R Cerise R Fraise R R R Fraise des bois R R R Framboise R Melon R Mûre R R R Orange R Poire R R Pomme R R R Rhubarbe R R R R R [ 34 ] VIANDES** Avril Mai Juin Agneau R R R Canard R Lapin R R Pigeon poulet R Veau R Veau de lait R R Avril Mai Juin CHAMPIGNONS Girolles Morilles R R Mousserons R R POISSONS ET FRUITS DE MER* Avril Mai Juin Anguille R Araignée de mer R Ecrevisse R Etrilles R Homard R Langoustine R R R Maquereau R R Saint-pierre R R Sardine R Seiche R R Thon blanc R Tourteau R Turbot R R FROMAGES Beaufort R Bleus R Brebis ossau-iraty R Camembert R R Cantal R Chaource R Brie de Meaux R Chèvres R R R Coulommiers R Epoisses R Fromage blanc R R Fourme d’Ambert R Langres R Livarot R R R Pont-l’évêque R Saint-Marcellin R R Tomme de Savoie R R Avril Mai Juin * Certaines espèces de poissons sont menacées. Pour consommer responsable, informez-vous sur Internet : www.nausicaa.fr et www.greenpeace.org/france/press/reports/et-ta-mer-t-y-penses ** Pour le bien-être de la planète, mieux vaut limiter sa consommation de viande. N’oubliez pas que les légumineuses, le soja, les céréales sont, eux aussi, sources de protéines. Pour en savoir plus : www.consodurable.org</pre></div> <div class='panel' id='p35'><pre>[SAVOURER] � Le printemps dans votre assiette À l’heure où la nature s’éveille et où les oiseaux chantent, la table se pare de couleurs. Saveurs de printemps, fruits et légumes de saison, notre sélection de recettes annonce le retour des beaux jours ! Par Christophe Riqueau FRUITÉ ET LÉGER Domaine de Clairac. Petite Réserve rouge Velouté de carottes à l’orange Élaboré en Languedoc par Deborah Knowland, spécialiste en phytothérapie, ce vin cultivé en biodynamie, aux arômes de griotte, prune et pruneaux, fruité et léger, accompagnera aussi bien une salade composée qu’un plat de pâtes aux légumes. Domaine de Clairac - Cazouls-lès-Béziers (34) En vente sur www.n2b.fr. Prix indicatif : 6 � � Pour 4 personnes Préparation :10 minutes Cuisson : 15 minutes 500 g de carottes 1 cébette 0,6 litre d’eau 3 portions de fromage fondu (ou 25 cl de crème fraîche) 1 cube de bouillon de volaille 1 zeste d’orange 1 brin de coriandre sel, poivre • Lavez les carottes à l’eau, coupez-les Lasagnes aux épinards en gros tronçons. • Mettez-les dans une cocotte avec 0,6 litre d’eau, le zeste d’un quart d’orange et le cube de bouillon. • Faites cuire 10 minutes à la cocotte sous pression (ou 15 minutes à couvert dans une casserole). • En fin de cuisson, ajoutez la cébette émincée et la coriandre . • Mixez le tout en ajoutant les portions de fromage fondu. Salez et poivrez. LE PETIT PLUS Variez les plaisirs en remplaçant le zeste d’orange par du gingembre râpé, une cuillère à café de curry, ou encore une demi-cuillère à café de cumin. Laissez libre cours à votre imagination... Pourquoi ne pas ajouter quelques moules cuites, en fin de cuisson ? � CHRISTOPHE RIQUEAU Pour 4 personnes Préparation : 30 minutes Cuisson : 1 heure 300 g de lasagnes 600 g d’épinards ou de jeunes pousses 3 oignons 2 cébettes 20 cl de crème fraîche 1/2 litre de lait 100 g de gruyère râpé 50 g de parmesan 3 branches de coriandre noix de muscade sel et poivre • Faites revenir les oignons sans les faire dorer dans une grande poêle. • Lavez les épinards, ôtez la partie inférieure de la tige et émincez le vert en petites lamelles. • Mélangez aux oignons, couvrez et laissez cuire 3 à 4 minutes. • Ajoutez les cébettes émincées, la coriandre, et une pincée de noix de muscade râpée. • Versez le lait et la crème. • Dans un plat à gratin, alternez une fine couche de préparation, avec une couche de lasagne, puis de fromage ; salez, poivrez. • Répétez l’opération trois fois. Terminez par la préparation aux épinards et recouvrez de gruyère. Laissez cuire 40 minutes au four, th. 7/8 (220 °C). [ 35 ]</pre></div> <div class='panel' id='p36'><pre>[SAVOURER] Les tomates oubliées des frères Pourcel Voyageurs et curieux de nature, les frères Pourcel ont picoré des idées et ouvert des restaurants dans le monde entier. Sont-ils sensibles à l’environnement ? Quand cela rend la vie plus goûteuse, bien sûr ! Pour Néo Planète, les chefs étoilés du Jardin des Sens ont concocté de savoureux tapas aux tomates. Propos recueillis par Yolaine de la Bigne Les cuisiniers peuvent-ils contribuer à la sauvegarde de la nature ? Dans les campagnes, les chefs sont à l’origine de la subsistance des paysans et des petits éleveurs. Car ce sont eux qui font cultiver des produits rares ou oubliés, qui vont permettre à toute une économie locale de survivre. Quand nous avons commencé à travailler et à faire produire des tomates oubliées en Languedoc, ce fut une vraie découverte pour les habitants du coin. Au marché, notre fournisseur affichait devant son étal « Producteur du restaurant le Jardin des Sens ». Tout cela interpellait les passants qui voulaient goûter... Que pensez-vous du bio ? Le bio nous inspire la nature, les terroirs et nous fait rêver à une meilleure nourriture pour tout le monde. Plus qu’une façon de consommer, c’est un mode de vie. Je vois trop souvent des personnes qui consomment bio et qui roulent en 4x4, il y a quelque chose d’incohérent. Alors consommer bio, certainement, mais aussi vivre bio, et là c’est un vrai engagement. Et en cuisine ? L’avantage du bio, pour un chef de cuisine, c’est la sauvegarde des saveurs et des vrais goûts des produits. Les produits naturels sont très faciles à travailler car ils sont bons tout de suite et ne nécessitent pas d’accompagnements alambiqués ! Le Jardin des Sens, 11 avenue Saint-Lazare, Montpellier (34). OLIVIER MAYLARD - DR [ 36 ]</pre></div> <div class='panel' id='p37'><pre>Gelée de tomate, mousse de mozzarella, pesto de roquette � POUR 10 PERSONNES GELÉE DE TOMATE - 2 kg de tomates - 1 oignon - 2 échalotes - 1 branche de céleri - 1 c. à soupe de concentré de tomates - environ 5 feuilles de gélatine - une noix de beurre - thym, laurier - un trait de vinaigre de xérès - sel, poivre - Émincez oignon, échalotes et céleri. Faites-les suer dans le beurre. - Ajoutez tomates concassées, thym, laurier et concentré de tomates. - Mouillez à hauteur, assaisonnez et laissez cuire une dizaine de minutes. Passez ensuite au chinois. - Rectifiez l’assaisonnement si nécessaire et ajoutez le vinaigre. - Incorporez la gélatine préalablement ramollie à l’eau froide. Réservez au frais. MOUSSE DE MOZZARELLA - 300 g de mozzarella taillée en dés - 50 g de fromage blanc - crème liquide - 2 c. à soupe de vinaigrette au citron (élaborée à partir de 15 cl d’huile d’olive, 15 cl d’huile de colza, du jus d’un citron, de quelques c. à soupe d’eau tiède et d’une pincée de sel et de poivre) - 2 c. à soupe de ciboulette ciselée - Mélangez tous les ingrédients. Réservez au frais. PESTO DE ROQUETTE - 50 g de roquette - 2 glaçons - 10 cl d’huile d’olive - sel, poivre - Mixez tous les ingrédients. Vérifiez l’assaisonnement et réservez au frais. FINITION - Préparez un caramel en faisant réduire une dizaine de minutes dans une poêle 25 cl de vinaigre balsamique. - Coupez 2 oignons moyens dans leur largeur, détaillez-les en rondelles. Trempez ces dernières dans une fécule (de type Maïzena) et faites frire à l’huile d’arachide. Salez légèrement et réservez. DRESSAGE Dans des verres, coulez la mousse de mozzarella (assurez-vous qu’elle soit à température ambiante) puis, par-dessus, la gelée de tomate. Terminez avec 1 c. à café de pesto. Décorez d’un filet de caramel balsamique et de 2 rondelles d’oignons frits en tempura. Tout en fraîcheur, cette verrine des Frères Pourcel Tartare de tomates evergreen à la menthe, brochettes de tomates moya, sorbet de tomate Toutes les saveurs du Jardin des Sens dans un tartare de tomates. POUR 10 PERSONNES LES BROCHETTES DE TOMATES MOYA - 3 tomates moya pelées à vif et taillées en cubes de 2 cm - 4 c. à soupe de vinaigre balsamique réduit en caramel - 1 bouquet de ciboulette ciselée - fleur de sel, poivre du moulin - Chauffez une poêle. Versez le caramel de balsamique et glacez les dés de tomates. Laissez refroidir et piquez en brochettes. LE TARTARE DE TOMATES EVERGREEN - 5 tomates evergreen moyennes mûres, mondées et coupées en petits dés - 1 mangue mûre coupée en petits dés - 2 brins de menthe fraîche taillés en julienne (en réserver un peu pour la déco) - le jus et le zeste d’1 citron vert - quelques brins de ciboulette ciselée - sel fin, poivre du moulin [ 37 ] - Mélangez tous les ingrédients. Rectifiez l’assaisonnement si besoin et réservez au frais. LE SORBET DE TOMATE VERTE - 250 g de tomates vertes (evergreen, green zebra…) mondées - 3 feuilles de menthe - le zeste de 2 citrons verts - le jus d’1 citron vert - sel - Mixez tous les ingrédients. Passez au chinois et vérifiez l’assaisonnement. Mettez à turbiner dans une sorbetière (à défaut de sorbetière, versez le jus mixé sur une plaque et faites prendre au congélateur ; grattez ensuite avec une fourchette pour obtenir un granité). DRESSAGE Disposez le tartare dans le fond de verres transparents. À l’aide d’une poche à douille de pâtissier, ajoutez le sorbet de tomate verte. Terminez avec la brochette de tomate et une pointe de julienne de menthe. www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p38'><pre>[BOUGER] Test : Avez-vous votre permis d’éco-conduite ? Quel genre de conducteur êtes-vous ? Tendance « green » ou plutôt « dans le rouge » ? Testez votre aptitude à avaler du bitume sans mettre la planète en surchauffe. Par Hélène Binet et Emmanuelle Vibert Au feu rouge, votre activité favorite, c’est : - Repérer les conducteurs qui profitent de cette pause pour fouiller dans leur nez (B). - Guetter les feux piéton. Dès que le bonhomme passe au rouge, vous commencez à appuyer sur le champignon (A). - Attendre qu’on vous klaxonne pour démarrer (C). Pour vous, un filtre à particules, c’est : - Un filtre placé sur le pare-brise pour éviter aux passagers d’être enfumés par les camions (A). - Un filtre en bambou portatif qui permet de récupérer les cendres de cigarette, très pratique en voiture (B). - Un système de filtration qui se place sur le pot d’échappement et permet d’éliminer les fines particules contenues dans les rejets des moteurs Diesel (C). Avec votre voiture, vous êtes plutôt du genre : - Un bain par semaine : vous la lavez tous les dimanches à grande eau (A). - Paris-Dakar : votre voiture aime le grand air et quelques traces de boue ne peuvent pas lui faire de mal (C). - Very polish : comme Papi lustrait sa Peugeot 404, vous aimez passer une belle peau de chamois enduite de votre produit maison pour faire briller Titine (B). Lorsque vous susurrez des mots doux à votre tacot, vous lui dites : - CO 2 , mon amour (C). - Mon amour de coccinelle (B). - Speed racer (A). Rouler moins vite sur l’autoroute, c’est : - Une incroyable perte de temps (A). - Votre contribution pour protéger l’environnement et sauver la planète (C). - La meilleure option pour pouvoir discuter tranquillement avec vos passagers (B). Laquelle des affirmations suivantes est fausse ? - L’air est plus pollué à l’intérieur de la voiture qu’à l’extérieur (C). - Pour faire 3 km en ville aux heures de pointe, il faut 27 minutes en voiture, et 36 à pied (B). - Un Paris-Marseille en voiture est plus polluant en avion qu’en voiture (A). L’été, dès qu’il fait chaud - Toutes fenêtres ouvertes, vous en profitez pour bronzer du coude gauche (B). ANDRE OLIVEIRA/WWW.SXC.HU [ 38 ]</pre></div> <div class='panel' id='p39'><pre>- Vous mettez la clim à fond : 19 °C, c’est l’idéal, comme dans votre appartement l’hiver (A). - Pas de problème, l’essentiel, c’est d’être à l’aise : vous vous déshabillez entièrement (C). Pour vous, le pire comportement en voiture c’est : - Insulter un 4x4 qui roule en ville (A). - Faire tourner son moteur pendant des heures (C). - Écouter de la mauvaise musique les fenêtres ouvertes (B). � Vous avez un maximum de A : vous êtes « Zéro de conduite » et recalé Dans le genre Fangio, vous êtes plutôt bon. Mais pour ce qui est de la conduite écolo, vous avez tout faux. Vous démarrez en trombe à chaque feu rouge ? Savez-vous qu’en ville, votre voiture peut consommer jusqu’à 45 % de carburant en plus, le premier kilomètre. Vous aimez bomber sur l’autoroute ? Songez à votre porte-monnaie. En réduisant votre vitesse de 10 km/h (c’est-à-dire en passant de 130 à 120), vous ne mettrez que 18 minutes de plus pour un Paris-Lyon et économiserez entre 3,5 et 4,5 l de carburant. Vous soutenez les 4x4 en ville au nom de la liberté individuelle ? Sachez qu’ils émettent en moyenne 223 g de CO 2 /km (contre 90 g pour une Smart Diesel !). Verdict : vous êtes largement recalé. Pour une prochaine présentation, travaillez à réduire votre vitesse, à adopter une conduite souple et à faire quelques infidélités à votre Titine pour découvrir les joies des transports en commun et de la marche à pied. ��Vous avez un maximum de B : vous êtes « Auto-détaché» et recalé La voiture, ce n’est pas votre truc. Vous la prenez parce que c’est pratique, sans trop vous poser de questions (si on devait décortiquer chacun de nos actes, on ne serait pas rendu ! ). Sans vous passionner pour les pots catalytiques, les voitures hybrides ou la pastille verte, sachez quand même que les trois quarts des déplacements en voiture font moins de 5 kilomètres (que l’on ferait en un quart d’heure, à vélo), que la bagnole fait tousser les villes (elle serait responsable, selon l’OMS*, de 100 000 décès prématurés d’enfants par an en Europe) et qu’elle coûte à ses heureux propriétaires 400 � par mois (amortissement, assurance, essence et réparations compris). Verdict : vous êtes recalé pour déficit d’information. Pour une prochaine présentation, pensez à regonfler les pneus de votre véhicule et à retirer la galerie installée sur le toit (responsables de surconsommation). Inscrivezvous sur un site de covoiturage (pour ne plus [ 39 ] rouler, comme 80 % des Français, seul dans votre voiture). C’est sûr, vous allez adorer. ��Vous avec un maximum de C : vous êtes « 2 CV verte » Ah ! qu’il est rare d’accueillir des bons élèves de la conduite verte ! En voiture, malgré les assauts des excités du volant, vous savez rester zen, ne pas conduire trop vite pour ne pas trop consommer. Vous connaissez les travers de la climatisation qui, non seulement pousse à la surconsommation mais en plus, rejette dans les airs des fluides frigorigènes responsables, entre autres, du réchauffement de la planète. Vous savez aussi que l’air est plus pollué dans l’habitacle de votre véhicule qu’à l’extérieur. Avec vos collègues, vous vous êtes organisé pour covoiturer. Vos enfants pédalent pour aller à l’école et, dès que possible, vous prenez le train pour partir au loin. Verdict : vous êtes admis. Bravo ! *Organisation mondiale de la santé</pre></div> <div class='panel' id='p40'><pre>[BOUGER] ZESTS L’EARTHRACE AU SOMMET DE LA VAGUE Ca y est, il est parti… L’Earthrace, que l’on croirait tout droit sorti d’un épisode de Star Wars, est en fait l’un des bateaux motonautiques les plus rapides et respectueux de l’environnement. Ainsi, il ne contient pas de peintures toxiques et est approvisionné à 100 % en bioéthanol, pour une émission nette de carbone égale à zéro. Ce trimaran motorisé a été mis en mer à Auckland, en Nouvelle-Zélande, et tente depuis le 1 er mars de battre le record de vitesse du tour du monde en bateau à moteur. « Notre objectif est de changer le regard porté sur les ressources renouvelables, de prouver qu’elles sont synonymes de puissance et de performance, en établissant un nouveau record à l’aide de biodiesel », explique Pete Bethune, promoteur du défi et skipper d’Earthrace. Il a d’ailleurs de quoi être confiant : « Notre bateau est au top de la technologie, à tous les niveaux, depuis le type de carburant utilisé, jusqu’au design “wave piercing” (perceur de vague, NDLR) de sa coque ». Il ne reste plus qu’à souhaiter bon vent à l’Earthrace et à son équipage ! � www.earthrace.net ÇA PLANE POUR CLEAN SKY Contributeur pour moins de 3 % du total des émissions de gaz à effet de serre (1) malgré un trafic aérien toujours soutenu, le secteur aéronautique perpétue ses efforts en matière d’environnement, en lançant le programme Clean Sky. Réduction de 50 % du bruit extérieur, diminution de 50 % des émissions de CO 2 grâce à une consommation allégée en carburant, baisse de 80 % des émissions de NOx (l’oxyde d’azote, un polluant local)… le projet Clean Sky est ambitieux. Il sera piloté comme un programme de recherche industrielle par les leaders de l’aéronautique, suivant six plates-formes : avion de transport (Airbus et Saab), avion régional (Alenia et EADS CASA), hélicoptère (Eurocopter et Agusta Westland), moteurs (Rolls-Royce et Safran), systèmes (Thales et Liebherr) et éco-design (Dassault Aviation et Fraunhofer). Élaboré sur la base des objectifs environnementaux quantitatifs fixés par le Conseil consultatif pour la recherche sur l’aéronautique en Europe (ACARE), la perspective des résultats définitifs se situe à l’horizon 2020. Et donnera à l’Europe la position de numéro un dans le secteur de la lutte contre la pollution de l’aéronautique. �. (1) Source : Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales BRAVO À… La société de motos-taxis Citybird, qui s’est engagée à « compenser » carbone, avec le prestataire spécialisé Climat Mundi. Au programme : financer des projets de production d’énergie réduisant les émissions de CO 2 , comme un barrage en Chine ou des foyers de cuisson à haut rendement en Erythrée. � V.R. CHEVAUX AU VENT ! Premier cabriolet alimenté au gaz naturel, le Cévennes Turbo CNG, développé par PGO Automobiles, est actuellement le plus sportif des véhicules respectueux de l’environnement. Présenté au dernier Salon automobile de Genève, ce petit bijou devrait prochainement être commercialisé en Suisse, où le parc des véhicules fonctionnant au gaz naturel est de plus en plus conséquent. � www.pgo.fr ILLUSTRATION : CHRISTOPHE BESSE / DR [ 40 ]</pre></div> <div class='panel' id='p41'><pre></pre></div> <div class='panel' id='p42'><pre>[BOUGER] ZESTS Ces engins venus d’ailleurs L’écologie booste le secteur des vélos électriques. Pour aller plus loin dans le green style, de nouvelle marques proposent des deux-roues et autres véhicules étonnants et insolites, qui semblent tout droit sortis d’un dessin animé. TWIKE, L’ÉLÉGANT Commercialisé depuis des années en Suisse et en Allemagne, où les conducteurs se sont regroupés en club, le Twike devrait bientôt arriver en France. À mi-chemin entre tricycle à pédales et voiture, c’est une sorte de cockpit de planeur, élégamment posé sur trois roues. Et si le pilote n’a pas besoin de pédaler avec la version Twike Easy, le Twike Active, en revanche, permet d’économiser les batteries et de participer à la performance du véhicule tout en faisant son exercice physique ! Le hic ? Son prix : environ 20 000 � selon le modèle et les options. V.R. www.twike.fr TOP FRIME, LE SEGWAY ! Evidemment qu’il attire l’œil, le Segway. Perché sur une mini plate-forme à deux roues assistée d’un guidon intuitif, vous arpentez la rue droit comme un i ! Les policiers new-yorkais en sont fous et le modèle X2 Golf risque de supplanter la voiture électrique sur les greens. Son utilisation est simplissime : toutes les phases du mouvement étant contrôlées par l’inclinaison du corps, il suffit de se pencher pour tourner ! Le Segway affiche 20 km/h de vitesse de pointe, pour une autonomie batterie de 25 à 38 km en moyenne. En revanche, son prix est prohibitif : 6 899 � pour le modèle de base ! De quoi se rasseoir sur sa selle…S.A. www.segway.fr DR [ 42 ]</pre></div> <div class='panel' id='p43'><pre>Néo Planète prêt pour le Shell-Eco marathon ! Parcourir un maximum de kilomètres en consommant le moins de carburant possible : c’est le défi proposé par le Shell- Eco marathon. Créée en 1977, l’épreuve Urban Concept, véhicule du futur ? est ouverte aux élèves du secondaire et des écoles d’ingénieurs. Les étudiants sont chargés de faire courir des véhicules qu’ils auront eux-mêmes conçus, développés et fabriqués. Pour l’édition 2008, qui aura lieu du 22 au 24 mai sur le circuit de Nogaro (Gers), Néo Planète a décidé de soutenir l’Urban Concept conçu par l’AFORP (1), une école d’apprentissage de la région parisienne qui s’investit durablement dans ce marathon. Une section d’apprentis en BEP MPMI (métiers de la productique et de la mécanique industrielle) a donc travaillé sur la coque de ce véhicule, en le réalisant à partir de canettes de boissons recyclées, collectées dans l’établissement. Le petit bolide sera équipé d’un moteur fonctionnant à l’éthanol. Au final, cette course est un bon moyen de former et d’inspirer ces étudiants en les encourageant à mener une réflexion de fond sur le développement durable, et plus largement sur la citoyenneté. Résultat des courses au prochain numéro… ��S.A. (1) AFORP (Association pour la formation et le perfectionnement du personnel des entreprises industrielles de la région parisienne), rue de la Butte, Drancy (93). Tél. : 01 43 11 10 70. ... Et des berlines du quotidien plus vertes que nature SYMPA TRIKKE Cela ressemble une trottinette à trois roues. Et pourtant, pas la peine de mettre pied à terre pour propulser le Trikke ! Il se déplace grâce à la force musculaire et aux mouvements du corps, en tournant le guidon tantôt à droite, tantôt à gauche. Résultat : une trajectoire en zigzag, des sensations qui font penser au ski ou au surf, et un joli travail musculaire ! Excellent pour se maintenir en forme ! Facile à plier, et donc à transporter, le Trikke annonce une vitesse de 30 km/h sur terrain plat. De 119 � le modèle enfant à 499 � pour un modèle pro. V.R. www.trikke.com [ 43 ] Pour son essai de voiture consacré à l’environnement, le magazine La Tribune et Moi a choisi Néo Planète et demandé à « la femme en or de l’environnement », Yolaine de la Bigne, de tester la nouvelle Mercedes-Benz E 300 Bluetec. Après le succès de la E320 Bluetec, élue voiture écologique de l’année aux Etats-Unis, la firme allemande introduit son nouveau modèle sur le marché européen. Mais le concept Bluetec, qu’est-ce que c’est ? Il s’agit du véhicule diesel le plus propre et le plus économe du marché haut de gamme, grâce à un traitement efficace des gaz d’échappement à l’aide d’un catalyseur ultra performant. Résultat : un peu moins de puissance que sur l’ancienne version, mais des performances élevées, dignes de Mercedes. Et pour une pollution moindre ! www.media.daimlerchrysler.fr www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p44'><pre>[VOYAGER] Europe : le vélo en Si Paris s’est récemment mise au Vélib’ et que Londres annonce un projet similaire à l’horizon 2010, d’autres capitales européennes n’ont pas attendu ce phénomène de mode. Et de Berlin à Stockholm, en passant par Dublin ou Amsterdam, on se balade à bicyclette. Textes et photos de Jean-François Guggenheim [ 44 ]</pre></div> <div class='panel' id='p45'><pre>capitales [ 45 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p46'><pre>[VOYAGER] Stockholm, les bicyclettes suédoises Les champs de blé se balancent au gré de la brise marine et la mer Baltique renvoie les rayons d’un soleil scandinave. Le chemin est agréable et le vélo roule sans effort sur l’île de Birka, si sauvage. Débarqué en début d’après-midi d’un caboteur tout blanc, on profite de la nature avec bonheur. À une petite heure de là, Stockholm se visite aisément sur deux roues. Un château de bois posé sur l’eau, de style baroque tardif, où chaque année sont décernés les prix Nobel. On pose sa bicyclette sur un banc pour découvrir la vieille ville sur l’île de Gamla Stan. Le quai de Strömg se dévale à belle vitesse. Un drakkar de bois y rappelle la vocation mar itime des descendants des Vikings. Les cyclistes se saluent, heureux. Les jours d’hiver sont si courts et froids que le printemps semble une fête quotidienne. Vélo à la main, on grimpe les ruelles du centre historique. La grand-place du marché est somptueuse, demeures patriciennes aux couleurs pastels, terrasses ensoleillées où l’on se presse, musée dédié à l’inventeur de la dynamite, Alfred Nobel, paradoxalement militant de la paix dans le monde. On flâne au hasard d’échoppes colorées, proposant artisanat de bois et colliers d’ambre, avant de repartir d’un coup de pédale. Un pont de pierre surplombant l’onde et c’est Nybroplan, une île infime où semblent s’être donné rendez-vous l’art et la culture suédois. Le design des années 1960, des sculptures du XVIII e siècle, des statues de bronze ponctuant les ruelles pavées, que l’on découvre dans un heureux silence, ponctué de temps à autre par un joyeux tintement de sonnettes. Car à Stockholm, on se promène partout… à bicyclette. � [ 46 ]</pre></div> <div class='panel' id='p47'><pre>Rome, la dolce vita à vélo Cape noire au vent, cornette blanche sur la tête, trois bonnes sœurs, guillerettes, pédalent en cadence aux alentours du Vatican. Rome que l’on croyait trop urbaine, noyée dans les fumées des automobiles et des Vespas tonitruantes, retrouve le calme le temps du week-end. La ville se révèle même facile à pratiquer, tranquille, aérée. Via del Fico, pas une voiture. Les ruelles où l’on se perd, via della Pace aux alentours de la piazza Navona semblent dédiées à la balade cycliste. Seul danger : quelques fils où parfois sèchent des draps, immaculés. Bien en selle, on file prendre l’air dans l’un des plus beaux jardins de la Ville éternelle. La villa Borghèse au cœur du parc éponyme, est un régal architectural. La flore y est extraordinaire. Senteurs de Méditerranée et d’Afrique, couleurs chatoyantes ou discrètes. On imagine Charles Trenet y composer les premières strophes de son Jardin extraordinaire. La ville aux Sept Collines porte bien son nom : ça monte et ça descend mais - miracle en la ville papale - les vélos contemporains comportent tant de vitesses, que l’on se prend pour Eddy Merckx. Il faut bien cela pour aller jusqu’à la fontaine de Trévise, y lancer une pièce, faisant vœu de voir apparaître Anita Ekberg, sous les yeux d’un Mastroianni charmé, en souvenir du légendaire film de Fellini. Raphaël, tout proche, se repose au Panthéon. Le Caravage s’expose, à la galerie des Arts antiques. On croit soudain voir passer un char antique ; ce n’est qu’une voiturette à pédales, conduite par un couple de Japonais. Ils s’arrêtent ici et là, consultent les cartes des restaurants en terrasse. Une bruschetta divine, un sorbet au pamplemousse. Quelques jeunes femmes, à l’élégance unique, toute italienne, semblent voler, tel un songe, sur leurs bicyclettes rouges. À Rome, la dolce vita est plus qu’un mythe : c’est une réalité. � [ 47 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p48'><pre>[VOYAGER] Dublin, ville nouvelle dédiée au vélo Sans quelques entrepôts de brique rouge rappelant la vocation originelle des docks de Dublin, il serait bien impossible d’en imaginer le passé. Des immeubles de verre, dont l’architecture contemporaine ferait passer le quartier de La Défense pour antédiluvien, ont poussé, çà et là. Immeubles de bureaux, lofts de golden boys ayant profité de l’extraordinaire dynamisme économique de la ville, fonds européens aidant, anciennes usines transformées en ateliers d’artistes. Le long de la rivière, sur les quais et les ponts d’acier, des pistes cyclables ont été créées. De la ville contemporaine aux quartiers victoriens, le vélo est devenu roi. Les dizaines de milliers d’étudiants de la cité universitaire le préfèrent aux bus à impériale ; même les hommes d’affaires pédalent en ville, attaché-case ficelé sur le portebagages. Statue si trendy allongée sur une pierre de Merrion Square, le dandy libertin qu’était Oscar Wilde doit en rire. Le long des rues pavées, des grilles en fer forgé abritent de jolis hôtels particuliers, balcons fleuris, parcs aux arbres géants… Il fait bon flâner dans cette ville où quelques « cabs », ces taxis noirs à l’anglaise, affichent une courtoisie « so british ». Au hasard des pubs, les clients feignent une rixe, devant un match de rugby télévisé. L’occasion de vider quelques chopes, d’inviter le « Frenchie » qui n’a pas à rougir des talents hexagonaux en terme de ballon ovale. S’enfuir de peur d’y laisser sa santé. Suivre le cours de la rivière Liffey, direction la mer d’Iroise. Des pentys comme en Bretagne, bordés d’hortensias. Des criques de granit où s’abritent quelques barques. Le facteur à vélo salue le cycliste étranger. Un imperméable porté quelques minutes, le temps d’une averse. Un « fish’n’chips » enfin, préféré au traditionnel « irish stew » dans un restaurant posé sur la mer avec, pour vue, quelques îlots surmontés de chapelles. La musique gaëlique, tantôt entraînante, tantôt mélancolique, vous accompagne quelques instants avant le retour vers Dublin, entre les vagues et la lande, toujours à bicyclette. � [ 48 ]</pre></div> <div class='panel' id='p49'><pre>À Amsterdam, une petite reine pour chaque quidam Dans le port d’Amsterdam, il y a des marins qui chantent et… des vélos partout ! Malheur au piéton ou à l’automobiliste qui aura l’outrecuidance de ne pas respecter les pistes cyclables ! L’avertissement d’une sonnette sera suivi d’une réflexion bien trempée dans la Venise du Nord, où la bicyclette est reine. De biens jolis modèles d’ailleurs, hauts sur pattes, noirs et élégants, de vrais pur-sang. Parfaits pour traverser cette ville aux pavés parfois glissants. Comme le font les Hollandais, juchés sur deux, voire trois ou quatre roues propulsées par une chaîne, un plateau et des jambes joliment musclées. Les fleuristes charrient des plantes, les parents leurs enfants, les brocanteurs lustres, chaises ou mappemondes. Et le touriste, son plaisir, du marché aux fleurs vers les canaux de Prinsengracht, Herengracht. S’arrêtant ici ou là devant les boutiques, si jolies, où se vendent collections de brosses à dent ou de lunettes, luminaires en tout genre et de toute facture, passant devant le paradis du hamac ou une boutique de Noël délirante, ouverte 365 jours par an. Au printemps les terrasses se remplissent : celles des « cafés bruns », antiques estaminets, comme celles des « cafés blancs », lofts contemporains. Longeant les canaux bordés de somptueux hôtels particuliers, face à quelques barques sur lesquelles ont embarqué des épicuriens, champagne et gouda à la main, on part vers Jordaan, ancien quartier ouvrier devenu havre des bobos, avec ses estaminets où résonne encore le son de l’accordéon et des bandits manchots. Des dames sans âge, coiffées d’un chignon d’un blond curieux, cibiche aux lèvres. Des bicyclettes bariolées, un petit air de nostalgie… Et des ateliers d’art où s’empilent splendides chaises en plastique, tables à repasser insolites, ou lampes fluo hallucinantes. Un week-end de douce folie, d’art et de sport ! Demandez à votre hôtel de vous prêter un vélo pour retourner à la gare. En taxi, vous risqueriez fort de louper votre train. Car à Amsterdam, seule la bicyclette est reine. � [ 49 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p50'><pre>[VOYAGER] Est-ce une navette spatiale, le prototype d’un sous-marin ? Dans le décor de verre et d’acier, résolument futuriste des somptueuses tours du nouveau Berlin-Est, on peut se poser la question. À mieux y regarder, il ne s’agit que d’un taxi à la carrosserie oblongue ; à l’avant, confortablement assise, une demoiselle vous propose de vous emmener visiter Berlin, à coups de pédalier. Partir en « Turquie », au bout de la Karl-Marx-Allee, dans le quartier des migrants du Bosphore, devenu depuis peu avant-gardiste, avec ses épiceries dignes d’Istanbul, ses senteurs d’épices et d’encens, ses cafés où se jouent des parties de dames acharnées devant un thé brûlant. Dans une boutique de location, on délaisse ce pousse-pousse des temps modernes pour choisir un vélo, la Berlin, en pousse-pousse sous les tilleuls liberté et l’autonomie. En route vers quelques passages obligés. La porte de Brandebourg, au bout d’Unter den Linden (« sous les tilleuls »). Porte symbole de l’Allemagne, avec ses 26 mètres de haut et ses 60 mètres de large. Seul le Kaiser avait le droit de la franchir. Près de 100 000 personnes y manifestaient le 22 décembre 1989, avant l’ouverture officielle du mur séparant Berlin-Est de Berlin-Ouest depuis près de trente ans. Checkpoint Charlie, et ses réminiscences de romans d’espionnage. Quelques figurants costumés, l’histoire du site écrite sur les murs, des frissons le long des avant-bras. La ville est grisante. Les avenues y sont d’une telle largeur que vélos et automobiles s’y côtoient sans souci. Au Pergamon Museum et à l’Altes Museum, des collections fabuleuses sur Byzance, Athènes et Rome. Berlin- Est de nouveau, avec ses dédales de cours arborées, ses cafés qu’il faut [ 50 ] chercher un peu, ses couturiers branchés. Au milieu du rénové, brillant, les marques du passé, parfois lugubres. Des immeubles comme à Saint- Pétersbourg, délabrés, des impacts de balles sur les murs, glaçants. L’époque de la Stasi ne semble pas si loin. Sur un bras de rivière, dans une péniche aménagée en salle de spectacle, un quatuor à cordes joue sous les étoiles. À vélo dans Berlin, pas de doute, le printemps est si beau.��</pre></div> <div class='panel' id='p51'><pre>[PRATIQUE] AMSTERDAM : Office néerlandais du tourisme et des congrès 7, rue Auber - Paris 9 e Tél. : 01 43 12 34 20 www.amsterdam.info www.visitamsterdam.nl (site en anglais) Jet Tours propose un week-end (3 jours et 2 nuits) à Amsterdam, au départ de Paris, à partir de 280 �. Logement au cœur de la Venise du Nord, à 10 minutes de la gare et du marché aux fleurs. Tél. : 0825 30 20 10. www.jettours.com Hôtel coup de cœur : Hotel Arena Design, trendy, contemporain, loin des nuisances des quartiers touristiques, on y rencontre artistes et créatifs anglo-saxons. Une belle adresse pour connaître les courants alternatifs d’Amsterdam. A partir de 105 �. www.hotelarena.nl DUBLIN : Tourisme irlandais 33, rue Miromesnil – Paris 8 e Tél. : 01 70 20 00 20 www.irlande-tourisme.fr Aer Lingus propose des liaisons directes Roissy- Charles-de-Gaulle/Dublin entre 38 et 170 � A/R. www.aerlingus.com Comptoir des Voyages propose un week-end (3 jours, 2 nuits), avec logement en hôtel, au centre du quartier victorien de Dublin. Au départ de Paris, à partir de 310 �. Comptoirs des Pays Celtes : 0892 239 039 www.comptoir.fr Hôtel coup de cœur : Brownes Dublin Un boutique hôtel dans des bâtiments du XVIII e siècle. Élégant, superbe brasserie, l’une des adresses préférées de Paul McCartney à Dublin. À partir de 170 �. www.brownesdublin.com STOCKHOLM : Office suédois du tourisme et des voyages Tél. : 01 70 70 84 58 www.visitsweden.com SAS Scandinavian Airlines System, vol A/R Paris- Stockholm, à partir de 233 � Tél. : 0825 325 335 www.flysas.com Trois jours à Stockholm avec Kuoni, logé dans un hôtel sur les hauteurs de la vieille ville. Le temps de découvrir l’archipel de la Baltique, ses ruelles mais aussi ses îles sauvages, où l’on se laisse porter sur sa bicyclette. À partir de 412 � au départ de Paris. Tél. : 0820 05 15 15 www.kuoni.fr Hôtel coup de cœur : Värdshuset clas pä hörnet, hôtel comme une auberge de campagne, en plein Stockholm. Chambres de charme, belles antiquités. A partir de 140 �. www.claspahornet.com ROME : Office national italien du tourisme – 23, rue de la Paix – Paris 2 e Tél. : 01 42 66 66 68 www.enit-france.com « Voyageurs en Italie » propose un weekend « Dolce Vita » (3 jours, 2 nuits) à l’hôtel Columbia pour découvrir la Ville éternelle. Départ de Paris, vol A/R compris, à partir de 570 �. Tél. : 0 892 235 656 www.vdm.com Hôtel coup de cœur : Hôtel Manfredi Un hôtel de charme, central et discret, à quelques mètres de la piazza di Spagna. Une belle adresse que les Romains expatriés choisissent lorsqu’ils sont de retour au pays. À partir de 120 �. www.hotelmanfredi.it BERLIN : Office national allemand du tourisme 21, rue Leblanc – Paris 15 e Tél. : 01 40 20 01 88 www.allemagnetourisme.com Directours propose des séjours (3 jours, 2 nuits) en vol régulier à l’hôtel Grand Hyatt (5 étoiles) à partir de 392 � par personne. À deux pas des dernières créations architecturales de Berlin et juste à côté des grands axes qui permettent de découvrir la ville à vélo. www.directours.com Hôtel coup de cœur : Myer’s Hotel Berlin Un quartier branché, très art contemporain, une adresse confortable et sympathique pour flirter avec les nouveaux courants de la ville. À partir de 87 �. www.myershotel.de [ 51 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p52'><pre>[VOYAGER] ZESTS Tourisme durable dans le Massif central Les dix parcs naturels du Massif central affichent désormais les couleurs d’un tourisme vert. Depuis 2002, cette magnifique région, qui s’étend sur près de 80 000 km 2 , s’est engagée dans la mise en œuvre de la « charte européenne du tourisme durable dans les espaces protégés ». Le but ? Concilier les ressources naturelles, culturelles et sociales, le développement économique et l’épanouissement des hommes qui vivent, travaillent ou séjournent au cœur de ces sites. S.A. www.parcs-massif-central.com Allez zoo ! Mettre des animaux dans des zoos pour les sauver de la disparition : paradoxe ou nécessité, les avis sont partagés. C’est en tout cas la mission de la Fondation Pal Nature, qui agit pour la conservation de la biodiversité, en accueillant notamment les espèces animales sauvages et en assurant la protection de leur habitat naturel. Le tout dans des bâtiments écologiques en bois et chanvre, avec chauffage au bois pour les animaux. Cette entité du Parc d’attractions et animalier, situé en Auvergne, est déjà connue pour son aide à la protection et à la reproduction des oiseaux marins menacés de pollution marine en Afrique du Sud, ou du gibbon en Indonésie, via la création de réserves naturelles. Pas bête du tout ! S.A. Fondation le Pal nature, Saint-Pourçain-sur-Bresbre, Dompierre-sur-Bresbre (03). www.lepal.com Week-end au vert et en vert Désormais, le séjour éco-responsable à Londres est garanti par un label municipal. Vous pourrez ainsi dormir dans un hôtel soucieux du tri des déchets, assister à un concert dans une salle attentive à sa consommation d’électricité… Les établissements qui s’acquittent d’un écobilan, moyennant une redevance de 350 à 750�� annuels, peuvent se prévaloir de leur verte conduite auprès des touristes, de plus en plus nombreux dans la capitale britannique à l’approche des Jeux olympiques. Parmi les premiers signataires de la charte figurent le très prestigieux hôtel Ritz, le presque bicentenaire zoo de Londres et l’O2 Arena, grandiose salle de spectacle du quartier de Hammersmith. A.C. Londres se met au tourisme éco-responsable. BRAVO À Projects Abroad et ses missions en Afrique, Asie ou Amérique latine, qui permettent à des volontaires de progresser dans leur développement personnel en s’inscrivant dans un projet de solidarité nationale. S.A. www.parenthese-utile.org [ 52 ]</pre></div> <div class='panel' id='p53'><pre>FICHE PRODUIT À la belle étoile Porteur de l’esprit campeur, Huttopia vient d’ouvrir un camping au cœur d’une forêt domaniale à Font-Romeu, dans les Pyrénées-Orientales. Un projet du même type est en train de voir le jour dans le Perche, en pleine forêt de Senonches. Et pour les globe-trotters, Huttopia offre la possibilité de bivouaquer sous des tentes « toile et bois », au cœur des parcs nationaux du Québec. S.A. www.huttopia.com Un voyage dans un pays du Sud Quelles sont les conséquences de nos envies de tourisme ? Par Elisabeth Reiss, agence Ethicity, www.ethicity.net alessandro librandi - sxc.hu. / R.Etienne/Item-Huttopia � ENJEUX ENVIRONNEMENTAUX Impacts négatifs - Émissions de gaz à effet de serre : transport en avion (par exemple, un aller-retour Paris/Rio de Janeiro génère 4 tonnes équivalent CO 2 ), déplacements sur place, ressources pour l’entretien des véhicules ; - Consommation non raisonnée par les hôtels : en énergie, via le chauffage, la climatisation. Le tourisme mondial annuel consomme autant d’énergie qu’un pays comme le Japon ; en eau (arrosage, piscines, lessives,…). L’arrosage d’un terrain de golf en Thaïlande consomme autant d’eau que 60 000 habitants locaux par an ; - Gestion des eaux usées ; - Traitement des déchets dans des pays qui n’ont pas de système de tri (le tourisme annuel mondial produit près de 5 millions de tonnes de déchets par an) ; - Fabrication d’objets artisanaux issus de produits en voie de disparition (bois, ivoire). Impacts positifs : - Préservation de la biodiversité et des paysages qui permettent de développer le secteur du tourisme. Ainsi, au Costa Rica, les espaces protégés représentent près de 26 % du territoire. � ENJEUX SOCIAUX Impacts négatifs - Conditions de travail des salariés dans les hôtels par exemple, où les emplois ne sont pas toujours déclarés. Impacts positifs : - Création d’emplois ; - Apprentissage de langues étrangères. � ENJEUX SOCIÉTAUX : Impacts négatifs - Comportement de certains Occidentaux : tourisme sexuel, non-respect des cultures, des religions, des traditions (la Thaïlande attire chaque année 10 millions de touristes ; le chiffre d’affaires lié au tourisme sexuel représenterait 12 % du PIB). Impacts positifs : - Découverte d’autres cultures, contacts avec l’étranger. ENJEUX ÉCONOMIQUES : Impacts négatifs - Risque de dépendance, avec de lourdes conséquences lorsqu’un pays est soudainement fermé au tourisme (comme la Mauritanie, depuis le début de l’année) ; - Répartition de la richesse au profit d’un secteur. �� Impacts positifs : - Création de zones de développement locales : routes, accès à l’électricité, à l’eau, et donc à l’hygiène ; - Le tourisme annuel mondial représente 11 % du PIB mondial et emploie 200 millions de personnes ; - Valorisation et protection de nombreux espaces naturels ; - Transferts de richesse et économie induite : alimentation, services. � QUE FAIRE ? - Lire avec attention les chartes d’engagement des voyagistes ; - Choisir des tours opérateurs certifiés (ATR, Clé verte, etc.) ; - Privilégier les éco-lodges et les hôtels certifiés ISO 14001, compenser ses émissions de gaz à effet de serre en finançant des projets de reforestation ou de transfert de technologies propres dans des pays en développement. Plus d’infos : www.actioncarbone.org www.climatmundi.fr www.co2solidaire.org Union nationale des associations de tourisme, reconnue d’utilité publique, regroupant les principales associations et organismes à but non lucratif de tourisme français (www.unat.asso.fr ) Sources : climatmundi.fr ; UNEP ; diplomatie.gouv.fr ; tourisme-durable.net [ 53 ] www.neoplanete.eu</pre></div> <div class='panel' id='p54'><pre>[VOYAGER] ZESTS � Prix orange pour Les Orangeries Niché au cœur du Poitou, l’hôtel Les Orangeries est le premier hôtel à bénéficier de l’écolabel européen en France. Déjà largement impliqué dans des préoccupations quotidiennes - gestion de l’eau et de l’énergie, limitation des déchets, repas bio ou engagés dans une démarche d’agriculture raisonnée, prêt de vélos électriques pour la visite des sites touristiques -, l’hôtel s’engage à recenser la biodiversité de son jardin et à poursuivre son action de sensibilisation auprès des écoles. À noter : le blog environnement de l’hôtel, qui témoigne en temps réel de sa démarche. Une initiative qui mérite bien cinq étoiles ! S.A. Hôtel Les Orangeries, 12 avenue du Docteur-Dupont, Lussac-les-Châteaux (86). Tél. : 05 49 84 07 07. www.lesorangeries.com http://lesorangeries.over-blog.com Allons-nous danser le slow tourisme ? Le slow tourisme, encore un nouveau concept ? C’est en tout cas le scénario de « développement durable et désirable » du tourisme d’ici à 2050, proposé par le Groupe intergouvernemental d’experts sur l’évolution du climat (GIEC) et des experts du changement climatique et du tourisme, les scientifiques Jean- Paul Céron et Ghislain Dubois. L’idée : conserver la possibilité d’envolées lointaines, à condition qu’elles soient de longue durée, afin d’éviter les allers-retours incessants et polluants pour de brefs séjours. Autres loisirs à privilégier : les sorties de proximité. Les transports aériens et routiers devraient chuter tandis que le train et le bus arriveraient à représenter plus de la moitié des parts de marché en 2050 ! Ghislain Dubois imagine notamment la création d’un véritable réseau TGV européen. C’est la fin de l’hypermobilité et le développement du slow tourisme, où le temps de voyage fait partie du temps de vacances. V.R. L e d é v e l o p p e m e n t d u r a b l e , u n n o u v e l a r t d e v i v r e BULLETIN D’ABONNEMENT A retourner accompagné de votre règlement à : NÉO PLANÈTE - 14 impasse Carnot 92240 MALAKOFF � OUI, je m’abonne à Néo Planète pour 15 � Je joins mon règlement par : ��Chèque bancaire ou postal libellé à l’ordre de Néo Planète ��Carte bancaire N° Expire le Signature : � Mme � Mlle � M. Nom : ————————— Prénom : ——————— Adresse : ——————————————————— ——————————————————————— Code postal : ————————— Ville : ———————————————————— Email : ———————————————————— [ 54 ]</pre></div> <div class='panel' id='p55'><pre>������������������ ��������������������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������������� ��������������������������������������������������������������������������������������������������� ���������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������������������������������������������������������� �������������������������������������������� ���������������������������������������</pre></div> <div class='panel' id='p56'><pre></pre></div> </div> </div> <div id="shade"></div> </div> </div>