Je suppose que beaucoup d’entre nous ont encore beaucoup de disques optiques cachés, car les CD et les DVD ont été le moyen le plus économique de stocker des données pendant 20 à 30 ans. Il suffit de découper un disque par semaine pour dépasser la barre des 1 000, même si je suppose que la plupart d’entre eux ont déjà été recopiés et recyclés.

Le format enregistrable CD-R, qui stocke 702 Mo, a été lancé en 1982, alors que le disque dur de mon IBM PC/XT stockait 10 Mo. Les disques DVD+RW d’une capacité de 4,7 Go chacun ne sont apparus qu’en 1998 environ, lorsque 4 Go étaient une taille raisonnable pour un disque dur. Dix ans plus tard, un reçu Amazon m’indique que j’ai acheté un Western Digital My Book de 500 Go pour 62,20 £. J’ai donc probablement abandonné les disques optiques au profit des disques numériques vers 2008, voire avant.

En théorie, nous aurions pu passer du DVD aux nouveaux disques Blu-ray, car un Blu-ray peut stocker 25 Go (simple couche) ou 50 Go (double couche) sur des disques d’archives. Cependant, au moment où les graveurs Blu-ray sont devenus abordables, nous savions déjà que les disques durs externes allaient gagner la guerre du stockage. Ils devenaient plus grands et moins chers à un rythme rapide. Aujourd’hui, les disques de 8 To et plus confirment que nous avions raison.

 

Argent ou temps ?

La première loi de l’informatique de Schofield dit : Ne jamais introduire de données dans un programme si l’on ne sait pas exactement comment les récupérer. Je n’ai pas pensé à mentionner le stockage, ni l’effort nécessaire pour les récupérer. Techniquement, vos données sont accessibles, mais le volume de DVD est tel que ce n’est pas très pratique. Il est logique de les transférer sur un disque dur, mais il n’y a pas de moyen évident de le faire. L’achat d’un matériel spécialisé serait coûteux, tandis que le faire manuellement pourrait prendre beaucoup de temps.

Au fil des ans, de nombreux systèmes commerciaux ont été équipés de plusieurs lecteurs de DVD, parfois avec des trémies ou des bras robotisés pour introduire les disques. Mais la plupart étaient destinés aux grandes entreprises ou aux fournisseurs de services, et très rarement aux utilisateurs privés.

Les systèmes multi-DVD visaient généralement les marchés de la duplication de disques ou du partage de données. Les produits destinés au premier marché permettaient aux entreprises de créer un grand nombre de DVD identiques en une seule fois. Les produits destinés au second marché étaient des serveurs de fichiers, un peu comme des juke-boxes géants. Ils permettent aux entreprises de partager des données à partir d’un grand nombre de DVD ou de BD, ou de créer des sauvegardes de type « cold storage » pouvant durer 50 ans. Facebook, par exemple, a mis au point un serveur capable de stocker 10 000 disques Blu-ray et a présenté le système dans une vidéo YouTube de trois minutes.

Le ripper CD/DVD/BD de la série Ripstation 7000 de MF Digital devrait faire ce que vous voulez, mais il coûte 4 595 dollars, y compris le PC intégré. Il utilise un bras robotisé pour prendre les disques et les déposer dans un plateau DVD. Les produits de ce type sont destinés aux stations de radio et de télévision, aux empires de l’édition et aux établissements d’enseignement qui avaient besoin – ou ont peut-être encore besoin – de convertir un grand nombre de vieux disques au format numérique. Ils ne sont pas chers par rapport au coût des humains qui le font manuellement.

Je ne suis pas sûr que la station d’extraction de CD musicaux de MF Digital, moins chère, fasse l’affaire, car vous n’avez pas besoin d’extraire vos disques, mais simplement de les copier sur un disque dur. Cependant, je pense que la somme de 1 699,56 £ est supérieure à ce que vous souhaitez payer pour un travail ponctuel.

Il vous reste donc une option rapide : trouver une entreprise qui possède un Ripstation 7000 ou un appareil similaire et qui propose le transfert de fichiers en tant que service. Je n’ai pas réussi à en trouver une – les termes de recherche sont délicats – et le prix peut encore être prohibitif. Je pense qu’il faut compter entre 25p et £1 par disque, et 50p ne semble pas trop déraisonnable. Même avec une offre groupée, le transfert de vos données peut coûter 500 £. Vous serez également confronté au problème de l’expédition d’une très grosse boîte de disques, au moins dans un sens.

Si quelqu’un connaît un service de copie de DVD à disque dur abordable, merci de nous le faire savoir dans les commentaires, ou de m’envoyer un e-mail à l’adresse ci-dessous.

 

Copie manuelle

S’il n’y a pas de solution rapide dont vous pouvez justifier le prix, vous devrez copier chaque DVD à la main. Vous pouvez vous y attaquer comme un projet de vacances, mais c’est une façon fastidieuse de passer votre temps libre. Sinon, fixez-vous un objectif, par exemple copier cinq à dix disques par jour, tous les jours. Même avec quelques pauses, vous devriez y arriver en un an. Si vous ne vous fixez pas d’objectif, vous risquez de ne jamais finir le travail.

Vous pourriez peut-être accélérer le processus en utilisant deux lecteurs de DVD, mais cela dépend du matériel dont vous disposez. Une tour PC peut accueillir deux lecteurs de DVD internes, mais vous devrez probablement les acheter et les installer.

Vous pouvez également acheter un ou deux lecteurs de DVD externes et les brancher sur des ports USB ou sur un hub USB alimenté. (Tous les ports USB ne fournissent pas assez de courant pour faire fonctionner un DVD qui n’a pas sa propre alimentation). Avec deux lecteurs, vous pouvez charger un DVD dans un lecteur pendant que l’autre lecteur copie des fichiers.

Ensuite, ce serait une aubaine d’avoir un logiciel pour détecter les disques et copier les fichiers automatiquement. Cela évite d’attendre que le répertoire de fichiers apparaisse, de mettre en surbrillance les fichiers que vous voulez et de les faire glisser sur votre disque dur.

Perfect Automation propose un utilitaire qui fait bien le travail. Vous cochez la case « Copier automatiquement un grand nombre de CD/DVD » et commencez à lui fournir des disques. Il copie chacun d’eux dans un nouveau dossier qu’il crée sur votre disque dur (CDDVD1, CDDVD2, etc.), puis ouvre le tiroir DVD pour le disque suivant. C’est un petit programme (219K), gratuit et qui n’a pas besoin d’être installé, il vaut donc la peine d’être essayé.

J’ai également essayé le logiciel gratuit AutoCopy 2 d’Averk, qui est encore plus petit (184 Ko). Averk avait à peu près le même problème que vous – il voulait déplacer plus de 100 CD sur un disque dur – et a écrit un petit utilitaire pour le faire. Contrairement au programme de Perfect Automation, AutoCopy 2 comprend un compte à rebours. Bien que sa copie ait pris plus de temps que celle de Perfect Automation sur mon système, j’ai trouvé que les deux étaient plus rapides et plus fiables que de le faire manuellement.

 

Questions de formatage

La première tâche consiste à copier tous les DVD sur un disque dur et, évidemment, sur un disque dur de sauvegarde : vous ne voulez pas faire ce travail deux fois. Vous pourrez vous préoccuper des formats de fichiers plus tard.

À long terme, les meilleurs choix sont généralement les formats les plus courants, surtout s’il s’agit de normes internationales ratifiées. Compte tenu du coût du stockage de nos jours, il n’est pas utile de convertir les fichiers dans des formats plus efficaces et moins encombrants, car cela prend du temps et peut entraîner une certaine perte de qualité. Je laisse mes images jpg et png, ma musique mp3, mes vidéos avi et d’autres fichiers dans leurs formats d’origine.

Je convertis certaines vidéos qui étaient dans des formats moins populaires – comme wmv, mov, flv et rm – en mp4 avec le codec H.264, qui est supporté par les processeurs (Intel Quick Sync Video) et la plupart des cartes graphiques. Des programmes tels que HD Video Converter Factory de Wonderfox rendent cette opération très facile. Vous pouvez également retraiter de vieilles vidéos pour supprimer les reflets de couleur, les rendre plus nettes, corriger les rapports d’aspect défectueux et augmenter leur résolution, même si les résultats obtenus avec mon vieux caméscope VHS-C ne seront jamais satisfaisants au regard des normes actuelles.

Même les films de qualité DVD en valent rarement la peine, à moins qu’il ne s’agisse de vacances, de mariages ou de fêtes d’anniversaire de vos enfants. Les DVD ont une résolution de 720 x 480 pixels (NTSC américain) ou 720 x 540 (PAL britannique). Aujourd’hui, nous vivons dans un monde 1080p (1920 x 1080 pixels) en voie de devenir 4K (3840 x 2160). Vous pouvez probablement regarder les mêmes vidéos en bien meilleure qualité sur Netflix, Amazon Prime, BritBox, YouTube ou un autre service de streaming.