Tout comme la VHS et le BetaMax, il y a eu une guerre de formats entre le format Blu-ray, qui a gagné, et le format HD-DVD, aujourd’hui disparu. La guerre entre ces deux formats s’est terminée en deux ans à peine, alors que s’est-il passé ?

Blu-ray contre HD-DVD : Les aspects techniques

Les technologies Blu-ray et HD-DVD ont été développées indépendamment l’une de l’autre, mais elles visaient toutes deux le même objectif : stocker du contenu pour la nouvelle génération de téléviseurs HD. Du point de vue de l’utilisateur, les deux formats sont assez similaires. Vous insérez un disque dans un lecteur, puis un film HD est diffusé.

Sous le capot, de nombreuses différences existent, dont la plupart ne sont pas assez importantes pour justifier une discussion. Par exemple, le débit binaire audio Dolby Digital du Blu-ray est de 640 Kbps, alors que celui du HD-DVD est de 504 Kbps. Il s’agit d’une différence mesurable mais qui ne signifie rien ou presque lorsqu’on regarde du contenu.

La plus grande différence entre les HD-DVD et les disques Blu-ray est la quantité de données stockées sur chaque couche. Les HD-DVD peuvent stocker 15 Go de données, tandis que les disques Blu-ray peuvent en stocker 25. Il s’agit d’une différence significative qui, associée à un taux de transfert de données nettement inférieur pour les HD-DVD, signifie qu’une vidéo de meilleure qualité et davantage de contenu supplémentaire sont possibles sur les disques Blu-ray par rapport aux HD-DVD.

Le HD-DVD a été développé par le DVD Forum comme un successeur direct du DVD, il s’appuie donc sur la même technologie. Cela signifie qu’un réoutillage relativement mineur était nécessaire pour passer de la production de DVD à celle de HD-DVD. D’autre part, les HD-DVD auraient les mêmes matériaux et le même niveau de résistance aux rayures que les DVD existants. Les disques Blu-ray offriraient des niveaux de durabilité plus élevés mais seraient plus chers à fabriquer.

Toshiba était le principal fabricant à miser sur le HD-DVD, bien que les principaux acteurs du secteur des disques optiques, tels que HP, NEC, Canon et Ricoh, aient également soutenu cette technologie. Du côté du Blu-ray, Sony était le principal partisan, ce qui s’est avéré être le facteur décisif pour la victoire.

Sony a joué un rôle déterminant

Sony était le principal développeur et promoteur du Blu-ray. Sa position de studio de cinéma et de géant du divertissement en général a contribué à enfoncer le clou dans le cercueil du HD-DVD bien plus efficacement que les différences techniques entre les formats.

Dès le début de la guerre des formats, Sony a convaincu plusieurs studios de rejoindre sa propre division de studios soutenant le Blu-ray. Parmi eux, Disney, Miramax, Touchstone, Warner, Paramount et Lions Gate. Du côté du HD-DVD, on trouvait Universal Studios, Paramount, Warner, The Weinstein Company, Dreamworks et New Line Cinema. Certaines sociétés ont pris des risques en prenant en charge les deux formats.

Sony savait que les studios étaient préoccupés par le piratage, et l’accent supplémentaire mis sur la protection contre la copie du Blu-ray est probablement la raison pour laquelle il a reçu un fort soutien des studios. Cependant, la division Playstation de Sony lui permettrait d’attaquer en tenaille deux grands marchés du divertissement différents.

L’arrivée de la PlayStation 3

Comme pour la PlayStation 2, qui faisait également office de lecteur de DVD, Sony a inclus un lecteur Blu-ray intégré dans chaque PlayStation 3 vendue. Si cela a sans aucun doute contribué au prix de lancement élevé de la PlayStation 3 (qui était encore vendue à perte à l’époque), cela a également permis d’installer des lecteurs Blu-ray dans des millions de foyers.

Une fois que le matériel de lecture est niché sous les téléviseurs, il est beaucoup plus probable que les gens achètent des films dans votre format. En revanche, la Xbox 360 était livrée avec un lecteur de DVD et proposait un lecteur HD-DVD en option. Cette approche « opt-in » rendait moins probable que les clients fassent un effort pour acheter un lecteur supplémentaire, surtout pour un format en compétition.

Il est impossible de dire dans quelle mesure cela a eu un impact sur la disparition du HD-DVD, mais la Xbox 360 avait une avance considérable sur la PS3, et Microsoft en a vendu un nombre énorme au début de cette génération de consoles. Il est concevable que le fait d’avoir autant de lecteurs HD-DVD dans les foyers ait poussé les achats de HD-DVD de manière significative.

Comment la guerre des formats s’est terminée

Le 19 février 2008, Toshiba a effectivement jeté l’éponge en annonçant l’arrêt du développement, de la fabrication et de la commercialisation du HD-DVD. Universal Studios, partisan exclusif du HD-DVD, a annoncé le même jour que son contenu serait transféré sur Blu-ray.

Toute l’infrastructure de soutien et la structure de gestion du HD-DVD ont été rapidement dissoutes et mises hors service. Le Blu-ray étant le seul format proposé, les consommateurs ont pu investir dans un lecteur et des disques. Quiconque est resté avec un lecteur HD-DVD a été une victime malheureuse de ce court conflit.

Le Blu-ray a-t-il vraiment gagné ?

Bien que le Blu-ray soit le seul support optique physique actuel, et peut-être le dernier, pour le contenu HD, il s’agit peut-être d’une victoire à la Pyrrhus. Il n’a pas fallu longtemps après la fin de la guerre des formats pour que le streaming en ligne dévore rapidement le marché que le Blu-ray aurait eu pour lui tout seul. La bande passante et les codecs vidéo plus efficaces étant devenus plus rapides et moins chers, la commodité du streaming ou des achats de films numériques a fait des ravages.

La PlayStation 5 et la Xbox Series X sont équipées de lecteurs Blu-ray Ultra HD, ce qui garantit une base d’installation solide pour ce support, et les téléviseurs 4K sont appelés à devenir la résolution la plus courante à plus ou moins brève échéance. Il n’en reste pas moins que la commodité des services sur Internet est difficile à battre. Même si le streaming est techniquement inférieur en termes de qualité, il semble que le Blu-ray se maintienne grâce aux cinéphiles et aux collectionneurs. Dans le même temps, paradoxalement, le format DVD original reste le format physique de prédilection de millions de personnes dans le monde.