décembre 08, 2021
11 11 11 AM
Les grands groupes pétroliers agissent sagement en tant qu’alliés du climat, mais l’augmentation du prix du brut est loin d’être nette
Frances Haugen, lanceuse d’alerte sur Facebook, demande une réglementation externe urgente
Un mémo révèle que Facebook admet que le site semble câblé pour la désinformation
Cinq questions à Westminster pour la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen
Vous pourriez être en mesure de réserver un taxi volant dans les trois ans
Amazon Prime a son propre service d’achats personnels
Google sur votre iPhone et Android change
Apple lance de nouveaux AirPods et des ordinateurs portables MacBook Pro remaniés
Comment accélérer un ordinateur portable sous Windows 10 ?
Comment puis-je copier 1 400 DVD sur un nouveau disque dur ?
Derniers articles
Les grands groupes pétroliers agissent sagement en tant qu’alliés du climat, mais l’augmentation du prix du brut est loin d’être nette Frances Haugen, lanceuse d’alerte sur Facebook, demande une réglementation externe urgente Un mémo révèle que Facebook admet que le site semble câblé pour la désinformation Cinq questions à Westminster pour la dénonciatrice de Facebook Frances Haugen Vous pourriez être en mesure de réserver un taxi volant dans les trois ans Amazon Prime a son propre service d’achats personnels Google sur votre iPhone et Android change Apple lance de nouveaux AirPods et des ordinateurs portables MacBook Pro remaniés Comment accélérer un ordinateur portable sous Windows 10 ? Comment puis-je copier 1 400 DVD sur un nouveau disque dur ?

Très haut débit pour tous les Français en décembre 2022

“L’objectif sera tenu : apporter le très haut débit à 100% des Français fin 2022, dont 80% en fibre – probablement plus” affirme le secrétaire d’Etat en charge du Numérique, Cédric O.

Atteindre les 30 Mbit/s et même parfois les 100 Mbits/s jusque dans “la bergerie la plus reculée” sera possible à la fin de l’année prochaine.  C’est en tout cas ce qu’affirme Cédric O devant plusieurs centaines d’industriels de la fibre optique durant les “Universités d’été du Très Haut Débit” organisé par Infranum. Le secrétaire d’Etat explique qu’il s’agit d’un effort commun à répartir entre les collectivités territoriales, les industriels et l’Etat.

Les travaux durent depuis près de 10 ans et plus de 20 milliards d’euros (dont 3.3 milliards de subventions de l’Etat et autant des collectivités) ont été investis dans ce projet, mais les chiffres sont plus qu’encourageants, estime le gouvernement. Environ 27 millions de locaux français étaient éligibles à la fibre optique au printemps 2021, avec un déploiement à hauteur de 15 000 nouveaux logements et entreprises voyant arriver la fibre chez eux chaque jour. Si ce rythme est tenu, la barre des 80% de la population éligibles sera franchie dès le premier semestre 2022.

Une avancée saluée d’autant plus que le nombre de foyers en France était estimé à 36 millions en 2013 contre 41  millions en 2022. Quant aux Français qui ne pourront pas tout de suite profiter de la fibre chez eux, une solution alternative sera proposée pour atteindre un débit d’au moins 30 Mbit/s et même parfois de 100 Mbit/s comme pour la fibre : câble, VDSL ou encore un réseau par satellite, notamment avec la mise en place de Konnect VHTS d’Eutelsat, un nouveau satellite ultra performant développé pour fournir un accès très haut débit même dans les coins les plus reculés.

Déploiement de la fibre en France : un essai qui reste à transformer

Le grand chantier de la fibre semble tenir ses promesses. Malgré la crise du Covid-19, le déploiement de cette technologie qui vise, à travers le plan France Très haut débit, à apporter un Internet ultra-rapide à tous les Français à l’horizon 2022, se porte bien. L’un des objectifs du plan, dont le coût avoisine aujourd’hui les 35 milliards d’euros, est de couvrir 80% de la population française en fibre d’ici à la fin de l’année prochaine.

A Saint-Etienne ce mercredi, lors de l’« Université du très haut débit », un événement annuel rassemblant la filière, Cédric O, le secrétaire d’Etat en charge du Numérique, a souligné que cette promesse serait tenue. « Aujourd’hui, 60% des foyers sont raccordables à la fibre », s’est-il félicité. Et au rythme où vont les choses, « nous serons sans doute à plus de 85% d’ici la fin de l’année prochaine », affirme Etienne Dugas, le président d’InfraNum, qui rassemble les industriels du secteur.

Les derniers chiffres de l’Arcep, le régulateur des télécoms, confirment cette accélération. Au 30 juin dernier, quelque 27 millions de locaux étaient éligibles à la fibre. Cela constitue « une augmentation de 30% en un an », se félicite le gendarme des télécoms. Bref, les voyants sont au vert. D’autant que certaines mesures vont permettre de doper la cadence des déploiement. Cédric O a notamment annoncé qu’un accord venait d’être trouvé ce mardi afin que les acteurs qui installent la fibre puissent utiliser, dans certaines campagnes, près de 5 millions de poteaux d’Enedis. Il s’agissait d’une vieille demande du secteur des télécoms.

 

La bergerie la plus reculée

Et les Français qui ne sont pas couverts auront tous une solution alternative offrant des débits supérieurs à 100 Mb/s : VDSL, câble ou, bientôt, satellite – grâce à la mise en service du très puissant Konnect VHTS d’Eutelsat, qui permettra d’accéder au très haut débit « jusque dans la bergerie la plus reculée », se félicite Cédric O.

Neuf ans après le lancement du « Plan France très haut débit », le pari est réussi. C’est d’autant plus impressionnant que les objectifs ont en réalité été réhaussés : l’estimation du nombre total de foyers en France est passée de 36 millions en 2013 à 41 millions en 2022, sans que la barre des 80 % soit abaissée. D’autre part, les difficultés n’ont pas manqué : pénurie de matière première, de main-d’oeuvre, arrêt des chantiers au début de la pandémie…

En France, il y a désormais plus d’abonnés à la fibre qu’à l’ADSL.

Faut-il voir le verre à moitié plein ou à moitié vide? Le déploiement de la fibre en France est un formidable succès mais il ne tient pas toutes ses promesses. Dans les grandes masses, le plan très haut débit du gouvernement est une réussite. Plus de 60 % des Français ont un accès à la fibre, quand la moyenne européenne n’est qu’à 38 %et que la proportion tombe à 8 % en Allemagne. Près de 15 millions de foyers y ont souscrit, selon les estimations de l’Avicca, une association de communes et collectivités locales connectées. Il y a désormais plus d’abonnés à la fibre qu’à l’ADSL.

 

Pression de l’Arcep

Reste à finir le travail. Et les obstacles ne manquent pas dans la dernière ligne droite. Même dans les grandes villes, environ 10 % des foyers restent privés de fibre optique. « Dans certains endroits, c’est même 50 %. C’est inacceptable. Nous allons mettre la pression sur les opérateurs », a grondé Laure de la Raudière, la nouvelle présidente de l’Arcep – visiblement fâchée qu’Orange, SFR, Bouygues et Free ne finissent pas de couvrir les grandes métropoles – alors même que les opérateurs avaient assuré qu’aucun encadrement public n’y serait nécessaire.

Dans les villes moyennes, le compte n’y est pas non plus. Elles étaient censées être intégralement couvertes en fibre fin 2020, dans le cadre d’ engagements opposables pris par Orange et SFR il y a deux ans . Six mois après l’échéance, seuls quatre foyers sur cinq étaient éligibles. Le gouvernement et l’Arcep se renvoient la balle sur une éventuelle sanction, mais un certain agacement est perceptible du côté des autorités.

Quant aux campagnes, la fibre s’y déploie à une vitesse folle. Mais elles ne sont pas intégralement couvertes par les projets déjà lancés. Environ 2 millions de foyers sont encore dans les limbes – incertains de savoir comment ou quand ils auront un jour la fibre. Ces lignes, les plus compliquées à construire et les moins rentables, nécessiteront de nouvelles subventions.

L’Etat a déjà mis 150 millions d’euros sur la table, à travers le plan de relance. L’industrie estime qu’il faudra au minimum deux à trois fois plus. Une mission d’évaluation, commandée par Bercy, qui devrait être rendue publique en fin d’année. On saura alors combien le prochain exécutif devra investir s’il veut apporter la fibre à 100 % des Français.